Vous êtes ici : Accueil > Un sublime Weekend avec ma petite filleule adorée Chapitre 2 Final
Histoires taboues Inceste Vieux - Jeunes

Un sublime Weekend avec ma petite filleule adorée Chapitre 2 Final

Un père et sa fille de 18 ans dorment dans une cabane abandonnée et baisent ensemble partie 1

Fin de week-end avec ma petite filleule adorée ( suite et fin)

Si alors le dimanche matin réveil vers 9hrs 30 combien plaisant et heureux, malgré cette courte nuit de sommeil, après ses mille ébats de la veille, de plus encore un peu enlacés tous les deux se laissant encore à quelques tendres bisous, nous décidons de nous lever, petit passage à la salle de bains pour se rafraichir pour ensuite nous rhabiller un minimum (sourire). Et comme il faisait ce matin déjà bien agréable, si pour ma part, je m’étais couvert d’un petit short sans plus, je vois ensuite arriver ma petite chipie d’amour, vêtue d’un petit polo trois quart je veux dire jusqu’au nombril, portant tout comme moi, un petit short jeans bien serré, remarquant au premier regard, qu’elle ne portait rien en dessous, lequel la rendait de si bon matin, combien déjà aguichante à bouffer, ne me laissant bien sur aucunement insensible à ce joli corps dont si j’avais déjà tant profité, mais duquel, sans rien dire à mon petit cœur d’amour, j’avais encore combien envie. Et si nous aurons alors pris un petit déjeuner rapide, nous aurons ensuite profité à nous asseoir un moment sur sa jolie terrasse, à converser et à profiter des quelques rayons de soleil, qui faisaient énorme de bien.

Si toutefois, le temps passait, et qu’il était pas loin de 11hrs, je rappelle à mon Isa, que si notre petit week-end super intime était à quelques heures de sa fin, elle se laisse juste à STP..STP parrain, ne me fais pas déjà y penser, il nous reste encore quelques belles heures à profiter cool l’un de l’autre, sachant que tu ne repartirais que pour 18hrs, où après cela, ce sera bien sur le retour de ma petite tribu. Et si ma Shtroumfette, se lève ensuite pour aller nous chercher et nous servir un petit apéro, passant près de moi, je ne résiste pas à laisser mes mains un instant partir entre ses jambes, autour de ce petit short, lui prodiguant quelques petites caresses qui déjà la font frémir et se mordre ses lèvres. Et là, profitant de ce petit moment coquin, elle me fait tout en souriant « devines mon parrain chéri, le moment qui aura été pour moi le plus fort et combien jouissif dans nos ébats d’hier…. » Et si je lui réponds, il y en aura eu tellement ma coquine, mais je sais que tu vas te faire plaisir à me le dire !!!!!!! .

Et en effet sans gêne ou autre, elle se laisse à m’avouer que cela aura été le moment où je lui aurais sodomisé son petit trou de cul, n’ayant jusqu’alors jamais profité d’un tel sublime plaisir, qui si pour bien des gens, ce dernier peut sembler super incestueux, saches que pour moi mon parrain chéri, ta coquine petite folle, combien cela aura été dément et sublime. Et si cela m’aura fait sourire, un peu étonné que pour une première, cela ne l’aura aucunement faite même un peu souffrir, je me doutais un peu que peut être quelques petits godes avaient dû y passer avant moi comptant bien avant mon départ, une fois encore me laisser à lui enculer son joli petit cul, sachant à présent combien elle adorait cela. Alors si je réfléchissais déjà du moment à choisir pour remettre ce petit jeu, de la façon la plus perverse et jouissive pour tous les deux qui me viendrait (sourire) cela ne dura pas longtemps, où alors l’occasion rêvée semble se présente.

Et en effet, même si nous n’étions pas loin de midi, mais aucunement pressé à déjeuner et ce, même si mon Isa se propose à un moment, d’aller nous préparer un petit repas cool, se lève tout en me jetant par la même un sourire bien pervers, rentre alors très vite dans sa cuisine, je ne résiste à la rejoindre, la tire très vite vers moi où sans plus, nous voilà reparti à se dévorer nos bouches, nos langues, où là encore, nos mains ne se retiennent en rien, profitant très vite à laisser les miennes partir sous son petit polo, que si je lui retire alors, me permet de lui malaxer ses jolis seins, laissant déjà cette dernière à des « comme c’est bon parrain… continue… encore… encore », laissant à son tour, l’une des siennes partir entre mes jambes et profiter de ma petite queue, déjà en érection.

Si elle se laisse malgré cela à rappeler « il faut que je prépare notre petit repas mon parrain chéri.. . Alors arrêtes STP …STP », où alors, me sentant à cet instant dans une euphorie combien démente, je lui fais, que nous avions tout le temps pour déjeuner mon Isa, profitant encore avec démence de nos bouches, me laissant de plus à ne retenir l’une de mes mains, qui doucement se promène alors dans son dos, longeant ce dernier avec douceur, jusqu’à se retrouver à la limite du bord de son joli short, où si ma petite garce adorée, se laisse encore à des « Arrêtes parrain… Arrêtes, tout en se trémoussant », n’y tenant plus, je laisse cette main s’introduire avec douceur derrière ce petit short, caressant avec douceur ses petites fesses où si ma chipie se laisse à des petits gémissements et petits râles de « Oh Ouiiiiiii….Ouiiiiiii mon parrain chéri… Encore…. », je laisse lentement glisser mon majeur dans son petit trou de cul tout en lui disant, tu aimes bien ça… avoues ma petite garce adorée, tu aimes, c’est bien là que tu as encore trop envie de sentir et profiter de ma petite queue bien dure….

Et si en effet, elle se laisse à m’avouer que Ouiiiiii mon parrain chéri… Ouiiiiiii… j’adore…, j’ai encore tellement envie d’elle…. l’entrainant alors comme ma petite poupée soumise dans le salon, me saisissant au passage d’une petite couette posée sur le canapé, dépose cette dernière sur le devant de la table, où alors nous laissant un instant à reprendre nos bouches, je la fais un léger basculer en avant, y déposant son joli torse nu, avec ses deux jolis petits seins et ses deux mains posées sur l’avant de la table, laissant à ma seule vue ce joli petit cul…écartant de plus un léger ses jambes, passant ensuite mes mains autour de sa taille, Je me laisse à lui malaxer ses deux jolis petits globes, ce qui laisse mon Isa aussitôt à des râles déments, me lançant des Oh…Ouiiiiii parrain….. Continue…. Continue…. Vas-y… mets la moi….. , encules moi encore…, j’en ai tellement envie… » .

Et là, si ma queue se trouve dans une érection terrible, lentement je laisse celle-ci, se promener autour de ce joli petit trou de cul qui m’est offert, pour enfin la faire glisser dans ce dernier, où s’y enfonçant encore et encore… je me laisse par la même à des va et viens incessants et déments. Et comme droguée de ce plaisir, ma petite garce continue ses râles de plus en plus fort, surtout au moment où de plus, l’une de mes mains part entre ses jambes écartées, y retrouvant sa jolie petite chatte, dans laquelle je laisse partir deux doigts, pour très vite y retrouver ce clitoris trempé que je lui branle alors sans retenue.

Et si ces torrides jeux durent encore quelques sublimes longues minutes, où alors ma petite perverse, tout comme moi même, étions au summum de ce plaisir combien partagé, où très vite nous nous libérons tous deux, mon Isa adorée, dans un orgasme qui la laisse presque à des cris de ce plaisir dément ressenti, tout comme moi, qui dans une jouissance sans nom, toujours dans des va et viens effrénées, explose sans retenue, laissant, à mon tour dans des râles fous gicler mon sperme au fond de ce petit trou de cul.

Si enfin après ces ébats torrides, je libère mon petit démon adorée de sa position, elle se jette sur moi, me dévorant la bouche comme une petite folle, se laissant à des « Merci….Merci mon parrain chéri… c’était démentiellement bon. Et si nous allons cette fois encore nous rincer un peu sous la douche, pour ensuite un léger nous couvrir, même s’il n’était pas loin de 13hrs, mon Isa heureuse et souriante comme je l’adore, se laisse au plaisir de nous préparer le petit repas qu’après un petit quart d’heure nous prenons en tête à tête sur la terrasse. Et nous laissant à converser, tout en se souriant de ce petit week-end, dément de plaisirs sexuels.

Et ce, jusqu’au moment où si alors, le portable de mon Isa retenti, restant pour ma part silencieux, c’était le père de l’un de ses enfants qui la prévient que si ses derniers avaient envie aujourd’hui de ne pas être séparés, d’un commun accord, leurs pères respectifs avaient alors décidé de les emmener dans un Parc d’animation à une cinquantaine de kilomètres et que s’ils y sont toujours, ils auront bien sur du retard en soirée, mais la rassure par la même, qu’ils seront rentrés au plus tard pour 20hrs.

Et si une fois raccroché ma Shtroumfette, avec ses adorables petits yeux combien brillants et vicieux, me fait part de cette nouvelle, de plus en me souriant, n’étant à cet instant pas loin de 14hrs, elle rajoute cela nous laisserait encore presque cinq à six heures de liberté (sourire) mais me précise-t-elle, si bien sur cela ne te pose pas de problèmes mon parrain chéri….. Et si je lui fais alors, bouges pas mon Isa, laisses moi faire. Si je prends ensuite mon portable, pour lui dis je, appeler ma moitié, tout en mettant le haut parleur, cette dernière combien surprise de mon appel, me demande si j’allais bien, je lui réponds que oui, mais que j’aurais été invité encore en soirée pour aller manger quelques tartes flambées avec les enfants de notre Isa et que je pense ne rentrer qu’après 21hrs. Et si bien sur, mon appel aura déjà rassuré ma moitié, elle se laisse juste à me dire que cela restait sans problème, me souhaitant par le même bon appétit, rajoutant un gros bisou à sa filleule.

Si alors ravis et heureux, je raccroche, voyant le sourire radieux de ma petite garce, qui sans se retenir, vient alors trop vite se jeter sur mes genoux, trémoussant ses petites fesses sur ma queue derrière mon short, ce qui était trop agréable, reprenant encore ma bouche comme une petite gourmande, tout cela pour me faire comprendre combien elle était heureuse de pouvoir encore un me garder pour elle, me doutant bien que ma petite chipie avait encore trop envie de quelques moments de folies.

Et s’il est vrais, qu’il faisait bien chaud sur cette terrasse et ce même en short, elle me propose avec son petit sourire toujours coquin et vicieux, « et si nous prenions le café au salon parrain. », lui répondant alors « comme tu voudras mon adorée.., » étant pour ma part, bien décidé de profiter à mon tour à quelques unes de mes envies, autant que ma petite garce avait déjà bien profitée des siens, lui ayant déjà baisé à plusieurs reprises son petit cul, et combien j’aurais bien sur adoré cela, comptant de plus m’y laisser une dernière fois avant la fin de la journée. Et si alors pour le moment, de retour au salon tous deux, où en effet il faisait bien moins chaud, ma coquine sort un instant pour aller nous chercher le café, revenant toutefois très vite nous le servir, où là une fois encore sous mes yeux agars et me jetant un petit sourire, la chipie avait profité à retirer son petit polo, ne gardant que son petit short, laissant juste encore à ma vue ses deux super jolis petits globes érigés de leurs petits tétons, revenant ensuite s’asseoir près de moi. Et là, je ne résiste à saisir entre mes mains ses deux jolis seins, laissant très vite, ma petite garce partir en arrière dans ce canapé avec des « Ouiiiiiii parrain.. Prends-les… Ils sont à toi…Fais moi du bien, » je laisse alors partir ma bouche, qui dévore avec fougue ses deux adorables mamelons.

Et si de plus dans ce moment déjà divin, une envie encore perverse me germe, faisant sans un mot, basculer ma Shtroumfette, qui à présent allongé tout en long, se laissant à ses petits râles habituels, je profite, me remettant à la caresser de partout, pour alors me relever et venir à califourchon me mettre en douceur sur joli son torse, positionnant très vite mon petit cul, juste au dessus de ses sublimes petits seins, pour alors lentement laisser se baisser mon cul sur l’un d’eux, jusqu’à finir par sentir le petit téton, doucement se glisser dans ce trou, où si ma petite garce toute grimaçante et gémissante, se lâche encore à des « comme c’est bon ça aussi mon parrain chéri …Ouiiiiiii…Encore.. »

Elle m’avoue ensuite, n’avoir jamais connu ce jeu avec un autre homme, ne se retenant de plus à se saisir ensuite de ma queue en érection, devant ses yeux, qu’elle me branle alors doucement, toujours pour ma part, assis sur ce téton dur comme une queue que je sentais alors bien au fond dans mon trou , me trémoussant dans tous les sens, et ce, tout en me faisant branler ma queue par ma petite garce, nous laissant une fois encore comme deux petits pervers que nous étions à un plaisir partagé insoutenable et qui bien sur ne tarde pas à repartir dans des moments tout simplement de folies perverses.

Et en effet, si je me relève ensuite du torse de ma petite chipie, l’aidant à son tour à se relever elle aussi, me recouvrant de mon short, se retrouvant à nouveau assis dans le canapé tous deux à nous remettre de ce moment encore dingue, tout en nous couvrant de petits bisous bien chauds…, reprenant un petit café avec de plus cette fois un petit alcool doux pour encore trinquer à cette journée combien secrète mais surtout inoubliable.

Alors même, si ma petite chipie, n’aura aucunement daignée se couvrir ses jolis seins, elle vient tendrement quelques instants se reposer, posant sa tête avec douceur sur mes genoux, toute souriante à sentir bien sur ma petite queue, alors cachée, toujours en érection, où si je me laisse à lui dire « tu ne seras jamais assez rassasiée ma Shtroumfette,,, » me répondant juste que cette journée ne risque pas de se renouveler de sitôt mon parrain chéri….., » alors profitons en juste sans plus. Et si comme je l’écrivais déjà plus haut, le temps passait, reprenant encore démentiellement nos bouches, je me remets à laisser partir l’une de mes mains le long de ses jambes, pour ensuite à nouveau faire tomber son short tout comme le mien pour alors, nous fais basculer avec douceur, sur le grand tapis au sol et repartir dans un déchainement d’ébats indescriptibles, à encore se dévorer mutuellement nos sexes, laissant nos mains à toutes les caresses les plus perverses, se doigtant à nouveau nos trous de culs sans retenue dans des gémissements réciproques.

Et bien sur, sur ce tapis, à nous ébattre comme deux petit déments, ma petite garce adorée voulant je pensais encore pimenter l’affaire, se laisse à un instant à essayer de rejoindre le canapé à quatre pattes, où derrière elle, laissant à ma vue son joli petit cul, je la saisi autour de la taille pour encore rependre ses seins que je lui malaxe avec douceur, la serrant contre moi lui faisant sentir ma queue se promener entre ses fesses se laissant à des « Oh Ouiiiiii.. Mon parrain chéri…. Encules moi encore… Fais-moi encore la sentir, » où, adossée contre ce canapé sur les genoux, les mains posées sur ce dernier relevant encore par jeu son joli petit cul, me permet d’y réintroduire ma queue, et de la faire encore et encore profiter à sentir cette dernière lui le sodomiser avec douceur, toujours dans des râles indescriptibles.

Et si à faire encore perdurer ce jeu torride, la couvrant de mille caresses, se laissant toujours à des râles et gémissements partagés, n’y tenant plus, je relâche enfin mon adorable soumise, la faisant rebasculer au sol, pour ensuite me saisir d’un coussin de ce canapé près de nous, que je lui dépose dans le bas de son dos, faisant encore relever ses petites fesses, où là sans plus, reprenant avec fougue sa bouche, je me laisse à faire pénétrer ma queue dans cette chatte alors trempée d’envies et de cyprine, dans laquelle cette dernière à la limite de l’explosion y entre et encore…. et encore…. »

Et si ma dévergondée, plus folle que jusqu’alors, se remet à des « Oh Ouiiiiiiiiii…. Ouiiiiiii mon parrain chéri….Combien j’adore ta queue, Continues… Mets la encore plus profond….. Vas-y… encore…mon parrain chéri…» me voilà reparti dans des va et viens indescriptibles jusqu’à cogner mon bas ventre contre le sien, où cette dernière ne se retenant plus, arrive à la limite de ce plaisir dément se laissant « ça me vient… ça me vient.. Oh Ouiiiiiii parrain chéri…Continu…Ouiiiiii… Ouiiiiiii » Et là ne pouvant moi-même me retenir, la voyant encore grimacer, relevant son corps du sol pour encore mieux sentir cette queue au fond de sa chatte, finissons au même instant à exploser tous deux dans une jouissance jamais ressentie aussi forte, mélangeant avec force et démence nos spermes au fond de sa chatte, se laissant tous deux à des râles encore indescriptibles de ce moment qui dura encore quelques divines secondes.

Et si combien apaisés tous deux de ce dernier moment de folies, nous partons ensuite sous la douche où après y avoir encore passé quelques moments de douceur et de tendresse, nous remerciant l’un et l’autre de ce sublime week-end, nous nous rhabillons alors où après avoir encore avoir pris un petit verre avec mon Isa, je remballe alors mes affaires, et enfin après quelques tendres bisous, se promettant de remettre cela si l’occasion se présentait, je m’installe dans ma voiture pour alors reprendre comme si de rien n’était le chemin du retour chez moi.

FIN.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Rencontres

Webcam Skype

telrosegol

Catégories

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Bloqueur de publicités

Notre site web est rendu possible par l'affichage de publicités en ligne pour nos visiteurs. Veuillez envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité.

Bons plans coquins

Visio Skype

skype tel rose amateur

Histoires lues en ce moment

Bons plans

Médias de la Communauté

Sexe à distance

téléphone rose pas cher

Remontons le temps