Histoire erotique Histoires taboues et histoires de sexe Vieux - Jeunes Xstory

Une divorcée tombe dans la luxure avec un jeune stagiaire universitaire

Une divorcée tombe dans la luxure avec un jeune stagiaire universitaire
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Xstory d’une femme divorcée. Chaque année, un étudiant de l’université locale est sélectionné pour effectuer un stage dans nos locaux. Il s’agit généralement d’un étudiant de premier ou de deuxième cycle, l’idée étant de lui donner une véritable expérience professionnelle dans le domaine avant qu’il n’obtienne son diplôme. C’est évidemment une grande affaire pour le stagiaire. Notre propriétaire est un ancien élève et aime rendre la pareille. Cela peut être pratique pour nous aussi, d’avoir un coup de main supplémentaire (et non rémunéré) pour le travail de bureau, la dactylographie, les courses, les choses simples.

Charlie n’avait rien de spécial. Et je ne veux pas dire cela de manière cruelle, c’était un étudiant fantastique et un type formidable. Mais je n’ai rien fait de tout cela à cause de lui. Ce n’est pas qu’il était trop beau, trop charmant pour que je lui dise non. En fait, il s’agissait moins de lui que de moi.

Cet été-là, j’étais divorcée depuis environ un an. Séparée depuis plus longtemps, mais ce n’est pas vraiment réel tant que ça ne l’est pas. Au début, cela a été difficile. J’ai passé de nombreuses nuits seule, à pleurer sur mon oreiller. Mais comme on dit, le temps guérit toutes les blessures. J’ai commencé à sortir avec des amis, à rencontrer de nouveaux garçons. Et c’était épuisant. On dit qu’il y a beaucoup de poissons dans la mer, mais ce qu’on ne dit pas, c’est qu’il y a aussi beaucoup d’ordures. Rendez-vous après rendez-vous, je me suis retrouvée avec des losers, des tricheurs ou des mecs géniaux avec lesquels je ne m’entendais tout simplement pas. J’ai eu quelques aventures occasionnelles, mais rien de très satisfaisant ni de durable. Je faisais une pause pour ne pas perdre la raison quand j’ai rencontré Charlie.

Il travaillait dans mon service, mais je n’avais pas grand-chose à voir avec les stagiaires. Debra, de la DRH, l’a amené pour qu’il rencontre tout le monde. Elle a frappé à la porte ouverte de mon bureau et nous a présentés. Charlie semblait assez sympathique et manifestement intelligent s’il avait obtenu ce stage. Je n’ai pas vraiment réfléchi à son cas. Je l’ai croisé tout au long de la semaine au bureau. Autour de la fontaine à eau, dans la salle de repos, dehors, assis au soleil. C’était un garçon intelligent qui aimait lire pendant sa pause déjeuner. Il s’asseyait au soleil, lisait et profitait de la chaleur. Je l’observais de ma fenêtre et lui demandais souvent ce qu’il lisait. Il s’agissait généralement d’un classique : Jane Austen, George Elliot ou Charlotte Bronte. Il aimait les femmes auteurs de cette époque, disait-il. Il fallait beaucoup de courage et de résilience pour publier dans un domaine dominé par les hommes, et il a dit qu’il admirait cela.

“De plus, j’ai l’impression qu’elles ont parfois plus de choses à dire.

J’ai commencé à parler de plus en plus avec Charlie. C’était un jeune homme intéressant ? Guy. Pas tout à fait un homme, mais certainement pas un enfant. Au bout de quelques semaines, j’ai assisté à un happy hour organisé par mon employeur. Charlie était là, mais nous n’avons pas vraiment parlé plus que “bonjour” et “Dieu merci, c’est vendredi”. Il m’a dit qu’il partait camper ce week-end, en solo, dans les montagnes. Je n’avais pas l’impression qu’il était du genre actif et en plein air. Mais maintenant, en dehors du bureau et un peu plus détendu, je le voyais mieux. Je lui ai souhaité bonne chance et lui ai serré le bras. Ce n’était qu’un geste amical, évidemment.

“Erin, si tu t’arrêtes un peu, ce garçon va t’écraser”, m’a dit Margaret, pas tout à fait sérieusement.

“Je ne comprends pas ? J’ai répondu en prenant ma bière au bar. D’habitude, il n’y avait pas d’happy hours le vendredi soir, alors nous en profitions tous. Nous pouvions aller assez loin, et la semaine avait été longue. Nous venions de signer un gros client, à l’échelle du comté. Il y avait donc de nombreuses raisons de faire la fête.

“Charlie ! Ce gamin est fou de joie”. Margaret est taquine. C’était mon amie la plus proche au bureau, et l’une de celles qui avaient le plus travaillé pour me faire oublier mon ex-mari. Mais c’était une commère et une taquine.

“Oh, allez”. Je roule des yeux. “Ne soyez pas ridicule. Personne ne veut d’un vieux divorce comme moi.” J’ai dit ça pour plaisanter, pour tuer la conversation. Mais ce n’était pas très éloigné de mes sentiments réels. Certainement pas quelqu’un de jeune et de beau, qui commence à peine sa vie comme Charlie.

“Oh, je t’en prie ! Il est jeune et excité, tu es belle et accomplie. Je parie qu’il se branle sur toi tous les soirs”.

Margaret était manifestement ivre. Je l’ai fait monter dans un taxi peu de temps après, et je me suis retrouvé à la maison, avec une bouteille de vin ouverte et un bain de bulles chaud comme compagnons. Margaret n’a pas réfléchi avant de parler. De toute évidence, Charlie ne s’est pas “branlé” devant moi. Ce serait de la folie. Ce serait fou, non ? Ce serait fou.

J’ai commencé à me sentir chaude, et à me sentir floue. Le bain et les boissons faisaient merveilleusement bien leur travail. C’était étrange de voir Charlie dans une atmosphère détendue et informelle comme au bar ce soir. C’est comme jeter un coup d’œil dans la vie séparée et secrète de quelqu’un. La vie qu’ils cachent en dehors du travail. Un personnage différent, plus précis.

Je n’avais même pas réalisé que j’étais sur Instagram avant d’être sur sa page. Il ne postait pas beaucoup de photos, et encore moins de photos de lui. Mais celles qu’il faisait étaient artistiques, classiques, de bon goût. Il avait un sourire si facile à vivre, authentique et chaleureux. Il ne semblait pas avoir de petite amie. Ce qui est étrange, car c’était vraiment un homme intelligent, gentil et beau.

Quelques photos de lui et de ses amis en train de faire de l’escalade. Un harnais autour de sa taille et de ses jambes, encadrant son…

J’ai rapidement fait défiler cette photo.

Ne serait-ce pas fou s’il se branlait sur moi ? Ce serait fou. Ce n’était pas quelque chose que les gens “normaux” faisaient. Ils ne se masturbaient pas devant d’autres personnes, n’est-ce pas ? Certainement pas moi. Je me masturbais sur des fantasmes, des actions, des idées. Pas avec des personnes. À quoi cela ressemblerait-il ?

Au cours de l’année écoulée, je m’étais familiarisée avec mon propre corps. Ce n’est pas que je ne me touchais pas avant, c’est vrai. Mais dans le passé, il s’agissait toujours d’en finir : des mouvements rapides et agressifs pour me donner un orgasme et continuer ma journée. C’était secondaire par rapport au sexe, qui visait à faire plaisir à mon mari. Non pas que nous n’ayons pas eu une bonne vie sexuelle, bien au contraire. C’était très bien. Mais depuis le divorce, la masturbation me concerne davantage : je découvre ce que j’aime, je prends mon temps, j’explore mon corps et mon esprit et je sais ce qui m’excite et me fait jouir. Expérimenter les angles, les jouets et les pressions. Jouer avec mon clito, avec la pénétration, même avec mon cul. C’est devenu une question de voyage.

Je me suis retrouvée dans ce voyage ce soir. L’eau chaude et les bulles entourant mon corps nu, j’ai commencé à me toucher doucement. Mon cou, toujours aussi sensible. Je rêvais de lèvres douces, d’un autre toucher qui me caresserait. Chuchotant à mon oreille. Mon souffle s’est accéléré lorsque mes mains se sont dirigées vers mes seins, les prenant en main et les palpant. Les tripoter, les masser. Je sentais leur poids et leur chaleur. Presser et frotter, mes mamelons sensibles au toucher. Je rêvais d’une bouche chaude, d’une langue avide sur eux. Il les lèche et les suce, doucement mais de plus en plus fort avec le temps. Au fur et à mesure que sa passion pour moi grandit, il commence à perdre le contrôle. Alors que mes propres mains descendent le long de mon corps, j’imagine les siennes à leur place…

Mon téléphone était toujours ouvert sur l’instagram de Charlie dans mon autre main. Il était si beau. Un si beau sourire. Si intelligent, et si gentil. Et peut-être qu’il avait un peu le béguin pour moi ? Il était toujours si prompt à me dire bonjour, à me raconter sa journée, à m’apporter un café ou une pâtisserie pour le petit déjeuner. Je l’imaginais nu, dur pour moi, en train de se toucher. Mes mains se sont portées sur mes cuisses, caressant la peau douce et chaude de l’intérieur de ma jambe. Je me suis tortillée dans la baignoire, l’eau éclaboussant doucement autour de moi. Ma chatte avait envie d’être touchée, elle palpitait doucement. J’ai pensé à Charlie, respirant fort, les yeux fermés, en train de se caresser. Jouait-il avec ses couilles ? Les pressait-il et les tirait-il pendant qu’il se touchait ? Ou les prenait-il simplement dans sa main, sentant le poids de sa virilité sensible ? Je frottais mon clito maintenant, l’eau éclaboussant autour de moi. Je me demandais quel goût il avait. Je me suis léché les lèvres, l’imaginant dans ma bouche. Je l’imaginais en moi. Je me suis sentie serrer, j’ai senti un frisson parcourir tout mon corps, mes orteils se recroquevillaient sous l’effet du plaisir orgasmique. Mon cœur battait la chamade, ma respiration était lourde. Ma chatte palpitait, elle n’était pas tout à fait prête. J’en avais besoin. Désespérée d’en avoir plus.

J’ai envoyé à Charlie une “demande de suivi” ce soir-là.

Pour être honnête, j’étais un peu gênée quand je me suis réveillée. J’avais deux fois son âge et je me sentais un peu sale, honteuse. Je suis restée au lit, à réfléchir. Et plus je réfléchissais, plus j’aimais ce sentiment. Je me sentais sale. Je me sentais… libéré ? En plus, je n’avais rien fait de mal. Je ne m’étais pas gêné. En fait, je n’avais rien fait du tout. J’ai passé le reste du week-end sans y penser.

Dimanche soir, alors que je me préparais à aller me coucher, j’ai vu une notification sur mon téléphone. Charlie avait accepté ma demande sur Instagram et avait aimé une photo. Elle datait d’il y a quelques mois, quand je sortais encore avec quelqu’un. C’était un simple selfie. Je me sentais confiante et sexy, et je voulais immortaliser ce sentiment, pour mon amour-propre en tout cas. Mes cheveux étaient bien coiffés, mon maquillage impeccable. Des yeux foncés, des lèvres rouges. Une robe noire courte qui montrait beaucoup de jambes et de décolletés. Et Charlie aimait ça. Charlie a trouvé la photo la plus sexy et la plus suggestive sur ma page et l’a aimée.

Le lendemain matin, je me suis réveillée en me sentant… Comment me sentais-je ? Audacieuse, en manque, féminine, forte. J’avais envie de faire des erreurs. Et je me sentais très excitée. Bien que je ne me souvienne d’aucun détail, je savais que mes rêves avaient été torrides, érotiques. Je me suis allongée dans le lit, la main entre les jambes, frottant furieusement mon clito. Je me suis tortillée dans le lit, mes draps se sont emmêlés et ont été projetés sur le côté. Mon orgasme a été intense, long et totalement insatisfaisant. Je me suis douchée et j’ai mis mes vêtements pour aller travailler. Mes tétons étaient sensibles sous mon soutien-gorge, se plantant dans le tissu. J’ai envisagé de ne pas porter de soutien-gorge. Ma culotte était chaude et inconfortable à cause de mon vagin mouillé.

Qu’est-ce qui m’arrivait ?

Le travail était un cauchemar. Je n’arrivais pas à me concentrer sur mes tâches. Je m’asseyais seule dans mon bureau, me trémoussant maladroitement sur ma chaise pour tenter de soulager cette démangeaison entre mes jambes. Je sentais que je mouillais dans mon sous-vêtement, le long de ma jambe. J’ai observé Charlie depuis ma fenêtre. Il était assis au soleil sur la table de pique-nique et lisait son livre. Il avait l’air bronzé à cause de sa randonnée. Je pouvais voir son corps sous ses vêtements. Fort, masculin, jeune. Rien à voir avec les hommes que j’avais vus.

J’ai dû me réfugier dans la salle de bains pour me doigter. Ma culotte était trempée. Je perdais le contrôle de moi-même. Bon sang, qu’est-ce qui m’arrivait ? Je n’avais jamais eu autant de besoins ni été aussi obsédée.

Charlie est passé à mon bureau à l’heure de la fermeture.

“Salut Erin !” Il me dit joyeusement, en me souriant. Ce qui me fait fondre dans mon siège. Il a sorti une fleur de derrière son dos où elle était cachée. “J’ai vu ça quand je suis sorti ce week-end. Elle m’a fait penser à toi. Je ne sais pas, c’est idiot, je suppose, mais… Il y a quelque chose dans la forme et la couleur, je crois. C’est fort mais passionné, coloré et artistique mais résistant. Ça m’a fait penser à toi”.

Il était bleu et jaune, pressé et séché pour durer. Je me suis levé pour l’accepter, je l’ai fait tourner dans mes doigts.

“Oh, putain”. J’ai dit et je l’ai embrassé.

Le lendemain fut… normal ? Je me suis réveillée exaltée. Je me suis préparée pour le travail avec un sourire stupide sur le visage. Personne au bureau ne savait ou ne soupçonnait quoi que ce soit. J’ai vu Charlie seul dans le couloir. Il a rougi et a souri d’un air penaud en me voyant. Je me suis approchée de lui, j’ai serré son bras et je l’ai embrassé sur la joue. J’ai dû me mettre sur la pointe des pieds pour atteindre son visage.

Je me suis assise dans mon bureau et j’ai repensé à la nuit dernière. Après qu’il m’a donné cette fleur, j’ai explosé. La partie critique et réfléchie de mon cerveau s’est éteinte et la femme des cavernes en moi a pris le dessus, et elle savait ce qu’elle voulait. Il a été surpris, choqué, quand je l’ai attrapé et embrassé. Mais il n’a fallu qu’une seconde pour que ses mains se posent sur moi, m’attirant plus près. Ses lèvres sur les miennes, son goût sur ma bouche. C’était passionné, rapide, et puis c’était fini.

“Wow”, dit-il, sa poitrine battant à côté de la mienne. Ses bras m’entouraient toujours, et je me sentais toute petite à côté de lui.

“Je te verrai demain, Charlie. J’ai chuchoté, avant de l’embrasser à nouveau. Il a acquiescé, a souri et est parti. Je suis restée quelques instants avant de sortir.

Le reste de la journée se fondit lentement dans le reste de la semaine. Charlie et moi avons échangé des regards, des sourires, des rires. Des flirts subtils et innocents quand il n’y avait personne. Des effleurements. Je sentais ses yeux sur moi, me regardant avec appétit. Après une semaine de taquineries, le vendredi arriva. J’avais demandé à Charlie de rester tard pour terminer un projet. Bientôt, nous nous sommes retrouvés tous les deux dans le bureau.

Je portais des leggings et une jupe courte, quelque chose qui était à la limite du convenable sur le lieu de travail. Tout au long de la journée, j’avais surpris Charlie en train de me fixer, de regarder mes jambes ou mes fesses. J’aimais le surprendre, voir sa culpabilité et son sourire timide lorsque nous nous regardions dans les yeux. Un sourire subtil du genre “désolé, pas désolé”. Une fois que tout le monde est rentré chez soi, je me suis faufilée jusqu’à mon bureau. J’ai enlevé mon legging, ne laissant que ma jupe courte et mes longues jambes nues. Je n’avais pas de culotte. J’ai appelé Charlie dans mon bureau.

“Ferme la porte derrière toi”, lui ai-je dit, les jambes croisées. Il s’est exécuté. Ses yeux m’ont regardé lentement de haut en bas, prenant la vue. J’ai lentement décroisé mes jambes, puis je les ai écartées. Ce faisant, ma jupe s’est relevée naturellement, révélant ma chatte nue. Ses yeux se sont agrandis et un doux gémissement s’est échappé de ses lèvres.

“Putain”, a-t-il gémi. “I-“

Je l’ai interrompu. “Enlève ton pantalon”, lui ai-je ordonné. Mon cœur battait la chamade, j’étais si excitée, si nerveuse, si incertaine d’être vraiment en train de faire ça. Il a tâtonné avec sa ceinture, ses mains tremblaient. Il était aussi nerveux que moi, semblait-il. Finalement, il l’a détachée et a descendu son pantalon et ses sous-vêtements entre ses chevilles. Je me suis mordu le coin inférieur de la lèvre en le voyant là. “Enlève ton tee-shirt “, ai-je ordonné, mes mains caressant lentement l’intérieur de ma cuisse. Il ne m’a pas quittée des yeux pendant qu’il déboutonnait sa chemise, le laissant à peu près nu devant moi.

Sa bite pendait entre ses jambes, fermement au garde-à-vous.

“Caresse-toi pour moi”, lui ai-je dit, ma voix ne trahissant aucune des émotions que je ressentais. Sa main s’est posée sur son sexe et il a commencé à le caresser lentement. Sa respiration était profonde, ses yeux rivés sur ma chatte. J’ai lentement frotté mon clitoris, en suivant le rythme de sa main. Je l’ai regardé avidement se caresser lentement. Sa bite était mouillée par le précum que je voyais s’écouler lentement de l’épais gland. Son corps tressaillait légèrement de plaisir. J’ai fait glisser mes doigts de mon clito pour écarter mes lèvres. Un épais fil de grool s’est accroché à mes doigts et j’ai lentement retiré ma main d’entre mes jambes. Je l’ai regardé dans les yeux, j’ai porté ma main à ma bouche et j’ai lentement aspiré mon propre jus sur mes doigts.

“Oh putain….” Charlie gémit. “Je suis fou de toi, Erin. Tu as dit, sa voix tremblait, sa main bougeait maintenant plus vite. Je n’ai rien dit, j’ai juste regardé ses lourdes couilles se balancer d’avant en arrière. La tête de sa bite devenait plus foncée et plus gonflée, d’une couleur et d’une forme magnifiques. On aurait dit un champignon qui ne demandait qu’à être consommé. Mes mains revinrent rapidement à mon propre besoin, s’alignant sur son rythme accéléré. Il caressait de plus en plus vite, sa respiration était interrompue par des gémissements de plaisir, des grognements rapides et de doux gémissements. Ses yeux passaient de mon visage à ma chatte. Son visage se crispait d’intensité, ses yeux étaient fous de désir.

Je regardais ses couilles se balancer de plus en plus, pleines de sperme, ayant besoin d’être libérées. Son corps tremblait de plus en plus, sa poussée alternant entre rapide, furieuse et lentement méthodique.

“Oh, mon Dieu, Erin… Putain.” Il me regardait avec une telle dévotion, de l’admiration dans les yeux. “Putain…” Il a fermé les yeux, tout entier concentré sur le plaisir entre ses jambes. “Je crois que je vais jouir”, a-t-il gémi. Il semblait si petit et si délicat à ce moment-là, et si incroyablement sexy. Je sentais mon propre corps trembler sous l’effet de ses paroles.

“S’il te plaît, fais-le”, lui ai-je dit doucement, incapable de projeter ma propre voix. Puis, avec un peu plus d’assurance : “Joue pour moi, Charlie”.

Il a laissé échapper un gémissement guttural, et sa main a ralenti ses mouvements de haut en bas de sa queue. J’ai tremblé en le voyant trembler, les yeux fermés. Je regardais cet homme qui avait la moitié de mon âge jouir pour moi. Je sentais une chaleur qui commençait dans mon vagin et qui se propageait lentement dans tout mon corps. Je voyais d’épaisses cordes de sperme blanc jaillir de sa bite, jaillir et atterrir sur le sol avec un bruit audible. Il a tiré une corde après l’autre de ce sperme épais. Mes orteils se sont recroquevillés et mon corps a été saisi par mon propre orgasme. Mes yeux sont restés fixés sur Charlie. Sa bite palpitait dans sa main, non mouillée par son propre sperme. Nous sommes restés tous les deux là où nous étions, respirant bruyamment, incertains de ce qu’il fallait dire ou faire ensuite. Nous sommes restés ainsi pendant un moment, jusqu’à ce que Charlie remonte son pantalon sur sa bite humide et collante. J’ai refermé mes jambes et j’ai lissé ma jupe. Il a lentement boutonné sa chemise et l’a rangée.

“Je… euh, je veux dire…” Il a trébuché sur les mots.

“Passe un bon week-end, Charlie”. Je lui ai dit. Il m’a souri.

“Toi aussi.”

Après son départ, j’ai écarté les jambes et je me suis doigté jusqu’à un nouvel orgasme.

Le week-end s’est passé rapidement. Il est vrai que je regrettais un peu notre rencontre et que j’appréhendais la semaine de travail à venir. Je ne savais pas si Charlie allait se vanter auprès de ses amis de ce qui s’était passé entre nous, ou même auprès de l’un de nos collègues. Les choses semblaient normales au bureau, mais mon cœur battait la chamade. Je portais un tailleur pantalon conservateur, essayant d’envoyer le message à Charlie que les choses étaient tout à fait professionnelles maintenant. Je ne voulais pas avoir à lui dire que toute forme de romance était évidemment exclue et qu’il devait rester professionnel et oublier tout ce qui s’était passé entre nous. Mon Dieu, j’ai été tellement stupide. Je n’arrivais pas à croire que j’avais laissé faire ça.

Puis je l’ai vu. Il est entré dans mon bureau. Il se tenait là où il se tenait il y a quelques nuits, nu et se masturbant pour moi. La moquette qui nous séparait portait encore la tache de l’endroit où il avait eu son orgasme. Il m’a souri, un sourire si beau, si facile. Je lui ai rendu son sourire et mon cœur s’est mis à battre la chamade.

“Bonjour Erin !” dit-il joyeusement, nonchalamment.

“Charlie”, ai-je dit, d’une voix beaucoup plus séduisante que je ne l’aurais voulu. Ou peut-être moins séduisante que je ne le souhaitais ?

“Tu as passé un bon week-end ?” Il a bu une gorgée de son café. Son autre main était dans sa poche.

“C’était bien. Lent, relaxant. Et toi ?”

Il acquiesce. “Pareil.”

Et juste comme ça, j’ai su. Je savais qu’il garderait notre secret. Je savais qu’il serait professionnel, tranquille, qu’il serait tout ce que je voulais ou ce dont j’avais besoin. Et surtout, je savais que ce ne serait pas la dernière fois que nous nous verrions. Je savais que je voulais plus. Je savais que je le voulais lui.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings