Histoire erotique Histoires taboues et histoires de sexe Uro - Scato Xstory

Une histoire érotique avec des camionneurs adeptes de jeux humides

Une histoire érotique avec des camionneurs adeptes de jeux humides
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Xstory

Fatigué et excité, il met fin à la connexion à Internet par un clic de souris. Il ouvre ensuite une histoire de sexe et démarre Webspeech pour se la faire lire.

Avec un programme de diaporama, il affiche en même temps les images de baise qu’il a téléchargées. Il ouvre lentement la fermeture éclair de son pantalon et expose sa petite trique à l’air libre.

De la main droite, il commence à se branler lentement tout en fermant les yeux pour se représenter en imagination la femme de ses rêves. Elle est mince, a de longs cheveux noirs, une peau bien bronzée, des petits seins de jeune fille et un pruneau rasé. Et depuis quelques semaines, elle a aussi un nom, Manja.

Manja a la douceur de ses 19 ans. Peter, le fils de Werner, l’a ramenée d’un de ses voyages autour du monde et l’a présentée à ses parents comme sa fiancée.

Ils ont l’intention de se marier dans deux mois. Depuis que la petite Africaine est arrivée à la maison, l’excitation de Werner ne tourne plus qu’autour d’elle. Ses mouvements de branlette deviennent plus violents. Il s’imagine en train de lécher la chatte rasée de Manja avec sa langue, de répandre sa salive sur sa chatte noire et humide.

Elle a une chatte rasée si excitante.

Il y a quelques heures à peine, il avait pu jeter un coup d’œil à la jeune femme sous la douche par la porte ouverte de la salle de bain. Ses yeux s’étaient agrandis lorsqu’il avait vu le mélange d’eau et de savon couler le long de ses petits seins, de son ventre, de sa chatte et de ses jambes. Et maintenant, il ne peut plus se sortir cette image de la tête. Même lorsqu’il dormait ensuite la nuit avec sa femme Margot, il ne pensait qu’à Manja et à toutes les choses excitantes qu’il pourrait faire avec elle.

Werner remarque comment le jus monte peu à peu dans sa queue.

Et il s’imagine maintenant Manja à genoux devant lui en train de lui sucer la courroie. Comment elle le suce avec délectation jusqu’à ce qu’il lui éjacule tout dans la bouche, jusqu’à ce que ça coule le long de son corps comme l’eau savonneuse sous la douche le soir. Oui, Werner pense souvent au sexe oral, mais sa Margot ne veut pas en entendre parler. Dès qu’il approche sa bouche de sa fente, elle se détourne avec dégoût.

Et chaque fois qu’il approche sa queue de ses lèvres, elle ferme convulsivement la bouche et l’insulte ensuite violemment de porc pervers.

C’est précisément pour cela que Werner s’assoit si souvent le matin dans le bureau devant ses histoires et ses tableaux et qu’il rêve, après que sa femme soit partie travailler, de tout ce qu’elle rabaisse au rang de pervers. Maintenant, il est prêt, il va bientôt gicler. Il arrête brusquement sa main droite. Il n’y a pas eu de bruit ? Il remet précipitamment sa trique dans son pantalon et se faufile vers la cuisine …

[Scène 2 : Margot et les camionneurs]Margot fait claquer la porte en fonte du jardin.

Elle est pressée. Dans trente minutes, elle doit être à son entreprise. La nouvelle mode d’hiver de Milan arrive aujourd’hui à l’entrepôt. Elle a failli ne pas se réveiller.

C’est la faute de Werner, cet éternel excité. Bien sûr, elle l’avait laissé l’enjamber hier soir, sinon elle aurait dû supporter ses gémissements toute la nuit. Mais ces jeux déviants qu’il voulait toujours – beurk. Elle n’est pas faite pour ça, pour elle le sexe c’est entrer et sortir, puis prendre une douche – et c’est tout.

Elle traverse précipitamment la rue pour rejoindre sa Mercedes gris argenté.

Un camion portant l’inscription “Wurst aus Lodz” est garé à côté de la voiture. Soudain, la porte du conducteur s’ouvre. Un homme mal rasé et négligé en surgit et se poste, les jambes écartées, devant Margot qui s’apprête à ouvrir la portière conducteur de sa voiture. L’inconnu, qui dégage une odeur nauséabonde d’alcool et d’urine, tient la portière de la Mercédès fermée d’une main, tandis qu’il brandit une bouteille de vodka à moitié vide dans l’autre.

Puis il sourit, se penche vers Margot et murmure : “J’ai froid, mais tu fais chauffer Victor, petite dame, hein ?” – “Laisse ça, Polonais bourré”, lui crie Margot, qui s’apprête à faire un pas en arrière pour s’enfuir. Mais quelqu’un la saisit par les avant-bras avec tant de force qu’elle grimace de douleur.

Une voix sourde s’élève de son dos : “Tu insultes Victor, Igor n’aime pas ça du tout. Igor peut te faire beaucoup de mal si tu n’es pas gentil, tu comprends ? Et si tu continues à crier comme ça, Victor devra te tuer avec un petit couteau, tu vois ?” Entre-temps, Victor a lâché la portière de la voiture et a sorti de son pantalon gras un couteau à cran d’arrêt. Margot prend peur.

Une peur qui lui serre la gorge. Elle fait un signe de tête.

Victor sourit et dit en balbutiant : “Tu te caches trop de l’homme polonais sexy et de son collègue russe. J’aimerais voir tout le corps. Margot tourne la tête sur le côté et ferme les yeux.

Elle se doute de ce qui va se passer. Elle ne se défendra pas, elle subira tout, car elle ne veut pas mourir. Pendant ce temps, Victor déboutonne maladroitement son manteau. Au troisième bouton, il perd son sang-froid et déchire violemment.

Les boutons sifflent dans tous les sens. Le manteau déchiré tombe à terre. Tremblante de peur et de froid, Margot se tient entre les deux ivrognes. Seule dans son chemisier blanc à travers lequel brille son soutien-gorge en dentelle, et dans sa minijupe noire sous laquelle elle porte des jarretelles et une culotte bleue.

Victor semble apprécier la vue.

Il s’arrête un instant et dit : “La pute noble allemande a de beaux gros seins de vache. Victor veut voir”. Igor rit bruyamment dans le dos de Margot. Sa prise avec sa main gauche devient encore plus ferme, sa main droite se détache et commence à explorer ses fesses. “Cul en rut, petite truie allemande”, commente le Russe avec enthousiasme.

Victor a entre-temps passé le couteau au col de Margot et commence à découper son chemisier de haut en bas. Il procède de manière si brutale qu’il coupe également le soutien-gorge. Puis ses doigts tremblants et puants font glisser le chemisier et le soutien-gorge de ses épaules, de sorte que ces vêtements tombent également par terre. Les seins rebondis de Margot brillent à la lumière fade de la lune.

Victor saisit sans hésiter l’une des mamelles et commence à la sucer violemment.

Margot ne comprend plus rien au monde. Elle est prise ici de manière brutale et dégradante, mais ces mouvements de succion sur sa poitrine commencent à lui procurer une sensation de chaleur dans le giron. Ce n’est que très confusément qu’elle voit Igor déboutonner et baisser sa jupe et déchirer son slip avec une force brutale. Ses gros doigts massent sa chatte poilue, d’abord lentement, puis de manière plus exigeante, et lorsqu’Igor enfonce son index entre les lèvres, il murmure à Victor, satisfait : “Petite jument, soyez déjà excitée par la queue d’un autre”.

Elle entrouvre les yeux, se penche à l’oreille de Victor et murmure à son tour : “Tu suces si bien mes tétons, embrasse-moi maintenant, s’il te plaît”. Elle tremble toujours, mais maintenant aussi d’excitation. Et tandis qu’Igor continue à enfoncer son doigt graisseux dans son trou déjà détrempé, Margot reçoit un long et violent baiser avec la langue de la part du Polonais à l’odeur nauséabonde. Margot commence à gémir lorsque le Russe retire soudain son doigt de sa chatte et crie : “Nous voulons du plaisir, pas une petite vache allemande. Toi maintenant sucer la bite d’Igor, ou Victor faire couteau dans le cœur”. Victor détache ses lèvres de Margot, sourit diaboliquement et acquiesce.

Margot a depuis longtemps oublié toute honte et tout dégoût.

Volontairement, elle se met à genoux et ouvre la bouche. Igor n’attendait que cela. Il arrache maladroitement son jean sale et sort de sa culotte jaune pisseuse son énorme queue d’étalon qu’il enfonce d’un coup dans le gosier ouvert de Margot. “Tu suces jusqu’à ce qu’Igor gicle et avale tout bien”, ordonne Victor.

Et Margot fait ce qu’on lui a dit. Elle lèche, suce et aspire jusqu’à ce que les reins d’Igor se crispent et que le jet chaud jaillisse dans sa bouche. Elle avale tout sagement, seules quelques gouttes s’échappent des coins de sa bouche. À ce moment-là, elle regrette de n’avoir jamais voulu sucer la queue de Werner.

Igor sort à nouveau son bâton de la bouche de Margot et la tire vers lui par les cheveux.

Puis il l’embrasse brièvement en aspirant les gouttes de sperme.

Margot se retourne. Derrière elle se tient Victor, un morceau de beurre à la main. “C’est l’heure du petit sandwich, ma vieille”, dit-il en riant et en faisant un signe de tête à Igor.

“J’ai un peu faim aussi”, approuve Margot. Victor se met à rire. Igor se joint au rire. Seule Margot, nue comme un ver, s’étonne.

“Tu seras rassasié quand le sandwich sera prêt”. Sur ces mots, Victor se couche le dos sur le capot de la Mercedes. Il remet le beurre à Igor et ordonne à Margot : “Tu mets ta chatte humide allemande sur la queue de Victor et tu montes bien. “Margot ne comprend pas ce qui va se passer avec le repas, mais dans son excitation, elle suit les ordres de Victor et glisse sur son bâton dur comme du velours. Victor lui pétrit les mamelles de la main gauche. La main droite se pose sur la bouche de Margot.

C’est alors qu’elle comprend pourquoi. Igor s’est placé derrière elle et commence à lui enduire le cul de beurre mou. Puis il enfonce ses doigts gras dans ses fesses, d’abord un avec précaution, puis peu à peu trois.

Lorsque la première crispation de Margot s’est dissipée, Igor retire tous les doigts et remarque triomphalement : “Que les fesses soient souples. Prêt pour le sandwich”. Puis elle le sent douloureusement.

La fessée déjà à nouveau dure d’Igor se fraie un chemin dans son trou de cul étroit. Et finalement, les deux queues la poussent en rythme. Elle qui n’est plus qu’un morceau de chair en chaleur entre deux corps d’hommes puants et suants. Et lorsque les deux hommes, haletants, déversent leur sperme en elle, elle connaît elle aussi une apothéose indescriptible.

Dans un plop, les deux queues glissent hors d’elle presque simultanément.

Les camionneurs épuisés posent délicatement son corps fatigué et tremblant sur le sol froid, montent dans leur camion et repartent …

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
eu_cookies_bar
eu_cookies_bar_block
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings