Confession Intime Histoire erotique Histoires taboues et histoires de sexe Témoignages Xstory

Une première fois sexuelle racontée en détails Xstory longue

Une première fois sexuelle racontée en détails Xstory longue
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Xstory Avertissement : Cette histoire sera longue et racontée par des personnages âgés de dix-huit ans.

C’est ma tentative d’écrire quelque chose de mature et de légèrement morbide. J’espère que vous apprécierez cette histoire.

Tags — Lycée, Première fois, Romance

* * *

Harpe non tendue

Emmène-moi dans un endroit lointain

Loin de ce chaos

Loin de cette douleur et de cette misère

Emmène-moi dans un endroit lointain

Où ils ne nous trouveront jamais

Chantant et dansant

Sur une musique qui dure toute la nuit

Née de ma harpe sans cordes

Emmène-moi dans un endroit lointain

Serre-moi fort

Et ne me lâche jamais

Prologue

Je me réveille en sursaut.

Des flots de sueur ornent mon visage tandis que je cligne des yeux pour chasser les vestiges d’un cauchemar. Ma respiration est irrégulière et mon cœur menace de sortir de ma poitrine.

Les éclairs noirs, bleus et blancs s’estompent au fil des secondes, laissant place à un silence glacial. Concentrée sur le mur blanc devant moi, j’essaie de me souvenir de ce qui s’est passé après l’éclat de lumière colorée.

Un thérapeute m’a suggéré de noter mes rêves dans un journal… chose difficile à faire lorsqu’il n’y a rien de cohérent à écrire. Je soupire et j’écarte le rêve en grognant, comme je l’ai déjà fait un nombre incalculable de fois.

Le battement des gouttes de pluie joue un rythme inquiétant sur la vitre. C’est un son apaisant dans le silence de ma chambre. Je regarde l’horloge sur ma table de chevet, qui clignote joyeusement en rouge vif à 5h04.

Convaincue que le sommeil ne viendra plus, je descends vers la cuisine. La maison vide donne la chair de poule, et il ne faut pas être grand clerc pour comprendre pourquoi ma sœur passe ses vacances à l’université.

L’eau glacée aide à détendre mes nerfs agités. J’en bois un peu et m’asperge le visage avec le reste. Je m’appuie sur l’évier de la cuisine. Je respire calmement et le bruit des gouttes de pluie qui tombent envahit mes sens tandis que je me détends.

Dans le coin, quelque chose se précipite vers moi.

Mon équilibre s’évapore. Le verre me glisse des mains et brise le silence de la maison vide.

Merde.

“Regarde ce que tu as fait !”

Mon chien s’enfuit en courant. Le bruit soudain l’a effrayé, mais il reviendra dans quelques secondes pour inspecter son dernier exploit. Je m’empresse de ramasser les morceaux et les éclats du mieux que je peux. Au bout d’un moment, il s’assoit à côté de moi et me regarde de ses grands yeux bruns, espérant que je ne serai pas fâché.

Je ne peux m’empêcher de sourire.

Je le rapproche de moi et le rassure en lui disant que rien ne pourra jamais aller mal entre nous. Je ne pourrais jamais être en colère contre lui.

Il est mon meilleur ami.

Assise sur le sol de la cuisine, je prends douloureusement conscience de ma solitude. Les larmes me surprennent, car j’ai rarement pleuré au cours des deux dernières années. Il se blottit contre moi. Je le serre contre moi, effrayée à l’idée de le lâcher alors que le vide refait surface. Pendant quelques instants, j’ai peur d’ouvrir les yeux, de la réalité dans laquelle je vis.

Lorsque la panique se dissipe, je lui tapote la tête et le lâche à contrecœur. Me préparant à la journée qui s’annonce, je me lève et retourne dans ma chambre, espérant en vain que le sommeil l’emportera.

Je m’allonge sur mon lit, fixant le plafond nu pendant la demi-heure qui suit.

Chapitre 1

~ Dans sa tête ~

Certains jours, mes pensées sont si mordantes et morbides qu’elles me surprennent moi-même. Je fais en sorte de rester enfermé dans ma maison, refusant de parler de peur que quelqu’un ne voie la personne que je suis vraiment. Mon comportement me définit comme un sociopathe, un asocial qu’il vaut mieux laisser à son propre malheur.

Pour ma défense, je dirai que c’est un phénomène rare. Vivre seul dans une maison à deux étages peut avoir des effets étranges sur votre santé mentale, mais je m’en sors, un jour après l’autre.

Ma vie est un enfer. Il en est ainsi depuis deux ans. La solitude et la dépression sont mes compagnes quotidiennes, et la malchance vient me dire bonjour de temps en temps. Certains jours, la merde tombe d’une telle hauteur que je me demande si Dieu lui-même m’a chié dessus.

Oh, et je viens de me faire renvoyer de l’école.

Ce n’était rien. Le quarterback vedette m’a dit que je pleurais “maman” dans mon sommeil. J’ai dit que ce n’était pas le cas. Il a insisté, et l’instant d’après, il a une rotule cassée. Toute sa vie a été gâchée en cinq secondes.

Tante Sherry aurait pu gagner un Oscar pour son excellente prestation ce jour-là : elle m’a supplié en mon nom et a imploré le directeur de l’école que je ne méritais pas d’être renvoyé. Elle a dit que je méritais de la pitié. Cela m’a brisé le cœur de la voir ainsi.

Le directeur a finalement accepté, me transférant à l’école de mon cousin avec des recommandations élogieuses. À condition que je ne mette pas mon nez dans son école pour le reste de ma vie.

Le retour à la maison fut terrifiant. J’avais fait la paix avec Dieu dès que ma tante fut convoquée.

“Alors, Michael”, demanda-t-elle enfin alors que nous nous arrêtions à un feu rouge. Elle ressemble à maman, sans ses yeux marron foncé. “Qu’est-ce que ce garçon a dit exactement ?

J’ai dit la vérité, répétant ses insultes mot pour mot. J’avais du mal à ne pas me mettre en colère, mais la peur involontaire de ma tante m’a fait rester à ma place. Son expression restait stoïque tandis qu’elle digérait l’information. J’attendais le hurlement de réprimande, ceux que Daniel reçoit habituellement tous les matins, mais il ne vint jamais.

“Et à quel point l’as-tu blessé ? ” demanda-t-elle à voix basse.

“Je lui ai cassé le nez”, dis-je en hésitant, “et… et une jambe”.

Elle soupire de défaite. “Je ne sais pas quoi dire, Michael. À ta place, j’aurais fait la même chose.”

Rien d’autre n’a été dit sur le chemin du retour.

*

Je sors de ma réminiscence et regarde à nouveau l’horloge.

Il est 5h42. La bruine s’est arrêtée depuis longtemps.

Je m’extirpe des draps chauds, détestant la sensation d’être exposée au froid mordant du matin.

Je me traîne jusqu’à la salle de bains et je regarde mon reflet dans le miroir. J’ai pris l’habitude de l’étudier chaque jour. Mon visage me donne un aperçu, une fenêtre sur ce qui se passe dans ma tête. Avec le temps, j’ai appris à cacher mes sentiments derrière un masque, mais dans le miroir, face à moi-même, quelque chose se révèle de temps en temps.

Aujourd’hui, je suis un désastre.

Avec mes yeux injectés de sang et mes cheveux blond sale balayés par une tornade, je peux facilement passer pour l’un de ces ivrognes sans-abri qui squattent le parc du coin.

Je secoue la tête pour me débarrasser de la léthargie qui m’envahit. Je me brosse les dents et m’asperge le visage d’eau glacée. Le choc me rajeunit et je me prépare pour la journée. J’attache mes chaussures et je me mets en route pour une course matinale dont j’ai bien besoin.

Les parcs, les arbres, les routes, tout est resté inchangé depuis quelques années. Le soleil radieux annonce joyeusement une nouvelle journée. Son rayon purificateur efface la morosité qui régnait auparavant. Je m’arrête au parc local pour reprendre mon souffle. Remplissant mes poumons de l’air vivifiant du matin, j’expire tranquillement, sentant le stress se dissiper dans ma conscience.

Nouvelle école, nouvel environnement, nouvelles personnes… c’est quelque chose que j’ai du mal à apprivoiser. Peut-être que je peux le faire, si je veux bien essayer. Mais je n’ai pas le cœur à le faire.

Je me suis toujours demandé qui avait inventé le concept de l’école. Si je l’avais su, j’aurais enterré son corps sous mon porche et je me serais fait un devoir de marcher sur sa tombe en partant à l’école tous les matins.

Je déteste l’école.

Non, ce ne sont pas les notes qui m’inquiètent. Ce sont les animaux qui y vivent. Ils crient, lorgnent et bavardent sans cesse. Leur comportement ne cesse de m’étonner. Ma dernière école était un exemple horrible.

Je suis heureuse, pour l’instant. Le fait de me débarrasser de mon ancienne école m’a soulagé d’un poids énorme. Les pensées morbides commencent à s’insinuer lorsque je suis seul. Sinon, tant que j’ai des gens autour de moi, je fonctionne bien. La foule remarquera un nouveau venu au milieu d’une session scolaire, mais elle l’oubliera assez vite.

La mémoire publique a tendance à être très courte, devrais-je vous le rappeler.

Je prends une douche rapide, je me prépare un petit déjeuner appétissant composé de lait et de sandwiches, j’attrape mon sac et je pars à l’école à bicyclette. Il me suffit de pédaler quelques mètres pour atteindre la maison de tante Sherry. C’est ma voisine immédiate.

Ma cousine ouvre la porte dès que j’appuie sur la sonnette.

“Je suis debout ! C’est moi qui me lève !”, crie ma cousine. “MOMLOVEYOUGOTTAGOBYE !”

“Tu n’as pas besoin de prévenir tout le voisinage”, dis-je.

“Il faut qu’ils sachent que les Warner sont toujours en vie, mon pote”, dit-il à voix basse.

Juste à ce moment-là, un cri… voire un rugissement, perce l’air paisible du matin.

“DANIEL !

Il grimace sous l’impact presque physique des mots.

“REVIENS ICI ET FINIS TON PETIT DÉJEUNER !”

Je roule des yeux. C’est le même drame presque tous les matins. La différence, cette fois, c’est que nous ne nous séparerons pas à l’intersection.

Avec un affaissement visible des épaules, mon cousin se traîne jusqu’à sa maison. Je dois le suivre à l’intérieur, comme d’habitude, et lui apporter mon soutien moral.

La maison de tante Sherry est de la même taille que la mienne, mais beaucoup plus propre et décorée avec goût. En tant que mère célibataire travaillant à domicile, elle a élevé Daniel à elle seule et m’a promis de m’élever avec lui également. Et elle n’a échoué dans aucun des deux cas.

Daniel est le major de sa classe. Il a déjà obtenu des bourses d’études dans des universités réputées du Nord.

Et moi ?

Je ne me suis pas encore suicidé. Je peux mettre ça sur le compte de son soutien.

C’est vrai ?

“Je suis vraiment désolée que tu doives voir ça, Michael”, dit-elle dès que nous entrons à l’intérieur. Se retournant vers ma cousine comme si je n’étais pas là, elle hurle : “Mange ton petit-déjeuner, PRONTO !”

“On est en avance de toute façon. Ma voix n’est qu’un grincement méprisable comparé à son puissant rugissement.

“J’espère que tout va bien, Michael ?”

“Oui, bien sûr…”

“JE TE SURVEILLE DANIEL !” Elle hurle sans même tourner le dos.

Mon cousin essayait tranquillement de ranger le petit déjeuner dans son sac.

“Jésus, maman ! Même les Banshees ne crient pas aussi fort.”

Je souris. C’est l’un des rares moments où j’ai l’impression de faire partie de la famille. Pendant ces instants précieux, rien ne me semble déplacé.

*

“Garde la tête haute, les épaules droites et fais cette tête de je-m’en-foutiste”, me dit Dan d’un air sérieux. J’ai l’impression que nous sommes sur le point de faire un raid sur un camp de base ennemi.

“Bien reçu.”

L’école de Daniel n’est pas très différente de la précédente. L’endroit est différent, mais c’est toujours la même chose. C’étaient les procédures habituelles pour un nouveau venu, où qu’il soit.

Le bâtiment est un bâtiment blanc standard, pas beaucoup plus grand que celui dont j’ai été chassé. Les étudiants jonchent le sol devant le bâtiment, la plupart dans leurs propres groupes. Quelques regards se posent sur moi, car certains m’identifient comme le nouveau.

“Je te présente mes amis”, dit Daniel d’un ton enjoué. “Les gars, voici Michael. Michael, voici les gars.”

Je m’attendais à ce que ses amis soient une bande typique d’inadaptés sociaux. Il s’avère qu’ils sont plutôt cool.

“Je m’appelle Sam”, se présente le premier, aux cheveux noirs de jais. Sa poignée de main est ferme. Pas trop serrée, mais pas trop molle non plus.

“Appelez-moi Mike. Je lui offre un sourire sincère.

“Bienvenue dans la jungle, Mike”. Il me fait un clin d’œil et j’apprécie tout de suite son air dégagé.

“Nathan. Le suivant me serre la main.

Il est énorme, me dépassant facilement d’un mètre et demi. À en juger par sa voix, c’est quelqu’un qui parle doucement. Un petit sourire fend son visage sombre. “C’est moi le sportif du coin.”

Mon expression a dû trahir quelque chose, car Dan s’empresse d’intervenir. “Mike a eu une mauvaise expérience avec un sportif.

Je jette à mon cousin un regard mauvais et il se tait.

“Oh.” Le sourire de Nathan s’élargit encore. “Ne t’inquiète pas. La seule chose que j’ai jamais frappée ici, c’est le football de l’école et notre Danny boy.”

“Hé !” Mon cousin s’indigne.

“Je plaisante.” Il rit. “Enchanté, Mike. Appelle-moi si tu as besoin d’aide. On dit que ma taille suffit à faire fuir la plupart d’entre eux.”

Je souris. “Je souris. Ravi de vous rencontrer aussi.”

Ce sont de bonnes personnes. Chacun d’entre eux.

Sam regarde autour de lui. “Où est Nina ? Il faut que tu la rencontres.”

“Elle est coincée ailleurs”, dit Nathan. “Elle sera de retour avant le déjeuner.

“Allez, on y va avant d’être en retard”, dit Dan. Puis il sourit. “Attention, Mike, tu es dans la classe de Sam.”

J’ai de la chance.

“A moins d’être un peu cinglé, tout ira bien.” Sam nous ouvre la porte à tous les deux.

Nous entrons dans le couloir – une affaire typique avec des casiers qui ornent les deux côtés du mur. Quelques autres élèves nous remarquent. Ils jettent un coup d’œil avant de réaliser que je ne vaux pas la peine qu’ils s’y attardent. Je m’en moque. Je serai plus qu’heureux de rester anonyme pour le reste de la session.

Une fille se tient juste à l’extérieur de la salle de classe qui m’a été attribuée. Cheveux noirs comme le corbeau, peau pâle, elle est extrêmement belle et ne fait pas partie de ma catégorie. Elle discutait avec une brune moustachue avant de me remarquer.

“Qui est-ce ? demande-t-elle.

“Il est nouveau”, dit Sam en mon nom.

Elle m’évalue d’un léger mouvement de tête. Ses yeux sont d’un gris pâle.

“Oh, un nouveau”, dit-elle d’un ton légèrement amusé, avec un petit rictus bien visible. Elle me rappelle les garces de mon ancienne école : des têtes pleines d’air et des nez collés au ciel.

“Allons-y”, dit Sam en l’ignorant.

Nous la dépassons et entrons à l’intérieur.

“Salope de pom-pom girl ?” Je demande à voix basse.

Sam sourit. “Presque”.

Je m’installe à la place qui m’a été attribuée au milieu de la classe. Même si j’aimerais m’asseoir près de Sam, je ne pense pas qu’il sera d’une grande aide ici. Je jette mon sac sur la table et m’assois en soupirant.

Cher Jésus, je prie silencieusement, s’il te plaît, ne fous pas tout en l’air pour moi.

Je jure que j’ai entendu son rire.

Chapitre 2

~ La Reine des Glaces ~

“Claire, s’il te plaît ! Jim gémit pathétiquement.

Je lui lance un regard mauvais et, comme un chien dressé à obéir, il se tait. Ce salaud a couché derrière mon dos.

Je suis en colère. En colère contre moi, parce que je n’ai pas réussi à le retenir. Frustrée aussi, parce qu’il aurait pu coucher avec n’importe laquelle de mes amies pendant tous ces mois.

Et triste à cause de mon incompétence.

Je dois me débarrasser de lui avant qu’il ne fasse une scène.

“Tu sais quoi ?” dit-il avec colère. “Tu n’es qu’une salope frigide !”

C’est ça.

Je lui tape sur le pied droit. Il hurle de douleur et sautille follement. Je le repousse. Avec un pied en dehors du devoir, il atterrit à plat avec un bruit sourd et satisfaisant. Il hurle encore lorsque j’entre dans la cafétéria.

Mes copines me saluent. Je les salue en retour avec un sourire, tout en bouillant de rage à l’intérieur, me demandant laquelle de ces salopes à deux visages a couché avec mon petit ami depuis le début.

*

Mon frère avait l’habitude de dire que l’on pouvait en savoir beaucoup sur les gens rien qu’en regardant leurs yeux – leurs émotions, leurs pensées, leurs dérobades, leurs mensonges. C’est une fenêtre sur leur âme. En terminale, j’avais cerné presque tout le monde. Les intellos, les sportifs, les princesses, la soi-disant classe supérieure, la soi-disant classe inférieure… personne n’échappait à mon regard.

Je vois la convoitise dans celle de Jim. Ce n’est pas une mauvaise chose, mais c’est décourageant de le voir tout le temps. Je ne savais pas combien de temps je pourrais résister. Un jour, j’aurais cédé et je me serais trahie. J’avais besoin d’une excuse pour rompre avec lui, et il me l’a donnée sur un plateau d’argent.

Mes petites amies – toutes des garces menteuses et complices – ne sont pas ce que je considère comme mes amies. Si elles en ont l’occasion, n’importe laquelle d’entre elles me poignardera dans le dos et me fera tomber.

Et puis il y a Dan Warner et son groupe. Ils ont l’air si… heureux, si insouciants et honnêtes. Je ne peux pas discuter avec mes amis à la cafétéria sans être interrompue par leurs hurlements de rire. Je n’ai jamais vu autant de vivacité réunie en un seul endroit. Comme j’aimerais pouvoir les faire taire pour de bon.

Et puis il y a ce nouveau venu.

C’est un mystère.

J’ai interagi une fois avec lui le premier jour. J’aurais aimé mieux me comporter, au lieu d’étaler ma personnalité de garce. Il ne le méritait pas.

Il se sert de sa froideur extérieure comme d’un bouclier. Sous ses yeux bruns et liquides, il y a un soupçon de tristesse. Quelque chose qui a été heureux, mais il y a longtemps. Une partie de son vrai moi émerge quand il rit sans se soucier de rien, mais la tristesse… reste. Avec le temps, je le comprendrai aussi.

En attendant, j’ai d’autres priorités à gérer.

La nouvelle de ma rupture va se répandre comme une traînée de poudre. Les hommes se bousculeront pour combler le vide, mais je ferai semblant d’être déprimée. Avec un peu de chance, je pourrai tenir jusqu’à la fin de la session scolaire sans avoir à tenir compagnie à quelqu’un.

Heureusement pour moi, l’école se termine aujourd’hui sans autre incident. Je rentre à la maison en courant et je m’écroule sur mon lit. J’ai mal à la tête. Mon téléphone sonne à ce moment-là, ce qui me fait gémir de frustration. Contempler le suicide semble être une option très viable en ce moment.

Je regarde l’écran et mon mal de tête disparaît aussi vite.

“Joyce…

“Claire Bennet est-elle morte ?”

Pour la première fois depuis plusieurs heures, je ris. Et c’est vrai que ça fait du bien.

“Elle est proche de ce stade.”

“Que s’est-il passé ?”

“Ne demandez pas”, réponds-je d’un air morose. Elle a ses propres problèmes. La laisser s’inquiéter de mes problèmes est la dernière chose dont j’ai envie.

“C’est Jim, n’est-ce pas ?”

Bon sang. Je ne peux pas lui cacher la moindre chose. D’une manière ou d’une autre, à des centaines de kilomètres de distance, elle peut toujours lire dans mes pensées.

Je soupire. “Oui.”

“Tu veux parler ?” demande-t-elle.

“Non. Oui. Je ne sais pas.”

Joyce est la seule chose saine qui reste dans ma vie. Avec elle, je peux abaisser mes murs et être moi-même. Je ris, je pleure et je grogne librement. Elle ne me juge jamais. J’aimerais vraiment être avec elle en ce moment.

“Ok, dis-moi ça : tu as rompu avec lui ?”

“Oui, bien sûr.”

Elle pousse un soupir de soulagement. “Il était temps que tu te débarrasses de cette sangsue.”

“Sangsue ?” Je demande en souriant. “Tu croyais que c’était une sangsue ?

“Oui, dit-elle fermement, une sangsue émotionnelle dont il fallait se débarrasser plus tôt. Sérieusement, je ne sais pas comment tu as pu le supporter tout ce temps.”

“Joyce, je ne veux plus parler de lui”, dis-je doucement. “Dis-moi ce qui t’arrive. Qu’a dit le médecin ?”

“Oh”, elle hésite devant le changement soudain de sujet. “Dee m’a autorisé à faire des activités physiques légères. Je peux maintenant courir pendant cinq minutes et demie d’affilée sans avoir de vertiges ni de nausées.”

“Wow”, dis-je, “c’est une bonne nouvelle !”

“Et papa a dit qu’il me laisserait entrer à l’université si je me sentais suffisamment bien !

Joyce a été diagnostiquée avec une maladie cérébrale rare à la naissance. Elle avait l’habitude de s’évanouir de façon irrégulière. À part la marche et les activités physiques qui ne nécessitaient que peu ou pas d’efforts, elle était confinée dans sa maison et ses quatre murs.

Son père, mon oncle, a fait tout ce qu’il pouvait pour faciliter la vie de sa fille unique. Enseignement à domicile, kinésithérapie, etc. Elle n’a pas de vie sociale, mais cela ne l’a pas empêchée de croire qu’elle pourrait un jour mener une vie normale. Ces derniers temps, elle a montré de bons signes de rétablissement. J’espère qu’elle pourra aller à l’université l’année prochaine, comme elle l’a toujours voulu.

“Je lui dis : “N’oublie pas d’apprendre le kung-fu, car à l’université, tu devras te défendre contre les mecs obsédés par la luxure”.

“Oh, je t’en prie !” dit-elle timidement. “Je suis sûre qu’ils trouveront quelqu’un de plus beau et qui ne bégaie pas.”

“Non, ils ne trouveront pas”, dis-je fermement.

Le complexe d’infériorité est un autre défaut de ma cousine. Si seulement elle savait à quel point elle est belle.

“Tu es trop belle pour mon ego. Elle s’esclaffe. “Je crois que je vais te kidnapper un jour et te mettre dans mon coffre”.

“Oh, ce serait merveilleux !” Je m’exclame. “Au moins, je n’aurai pas à gérer les fous professionnels dans ma maison.”

Ma cousine part d’un grand éclat de rire hystérique. Elle s’amuse de voir à quel point je déteste mes parents, et j’utilise ce fait sans pitié, juste pour entendre le son de son rire.

“Bon, Claire, il est temps pour moi d’y aller. Je t’appelle plus tard, d’accord ?”

“Assure-toi d’avoir préparé ma malle d’enlèvement, et fais en sorte qu’elle soit confortable aussi.”

Elle rit. “Bien sûr, je le ferai. Prends soin de toi, Sweets.”

“Toi aussi.”

Et sur ce, elle met fin à l’appel.

Je garde le haut-parleur près de mes oreilles, ne voulant pas que la sensation d’euphorie s’arrête. Mais comme toutes les bonnes choses qui ont une fin, la réalité s’impose à moi. Je déglutis difficilement, je ferme l’écran et je mets mon téléphone de côté.

Il y a quelques années, j’ai tenté de me suicider, mais je me suis dégonflé à la vue de la lame. Dès que Joyce l’a appris, elle est venue jusqu’ici pour me voir.

Elle n’a rien dit, préférant me serrer dans ses bras. J’ai pleuré comme un bébé pour la première fois après la mort de mon frère. Je ne sais plus combien de temps cela a duré, car j’ai pleuré dans ses bras jusqu’à ce que je m’endorme.

Je ne sais pas où je serais sans elle.

Mes parents ?

Ils n’en ont pas la moindre idée.

Non pas qu’ils s’en seraient souciés même si la nouvelle était parvenue à leurs oreilles.

Le simple fait de me remémorer ces jours-là me donne un mauvais frisson. J’attends que la légère crise de panique s’estompe et je respire profondément avant de me préparer à la journée qui s’annonce.

Un jour à la fois, me dis-je, un jour à la fois.

Chapitre 3

~ Les événements banals ~

Les derniers rayons du soleil du soir illuminent le ciel d’une sombre teinte violette. Les nuages orangés paressent au-dessus, apparemment insensibles à la turbulence de l’humanité en bas. Le retour à la maison se fait lentement, en partie parce que je ne veux pas rester enfermée, mais surtout parce que je déteste le silence qui suit immédiatement les rencontres avec les gens.

C’est moi qui ai choisi de vivre seule. Le silence m’aide à penser clairement, et je peux mieux me concentrer sur mes pensées sans avoir quelqu’un autour de moi qui me souffle dans le cou.

Au cours des deux dernières années, je suis devenue suffisamment indépendante. Je sais cuisiner (mes fidèles papilles gustatives sont d’accord), laver le linge sale et essuyer les surfaces. Mon seul luxe est une femme de ménage engagée par tante Sherry qui veille à ce que la maison reste dans un état impeccable.

J’introduis la clé et j’entre tranquillement dans la maison.

Sombre, effrayante et élégante, ma maison n’a rien à envier à Dracula. D’une simple pression sur un interrupteur, les lumières s’allument, baignant la maison d’une douce et chaude lueur. Maman a investi dans des éclairages design de grande classe. C’est l’une des rares choses qui font que cette maison vaut la peine d’y vivre.

Snuffles s’approche de moi en remuant la queue et réclame sa dose quotidienne d’affection – un pot-de-vin de sa nourriture préférée – que je suis plus qu’heureuse de lui donner.

C’est le chef des chiens ici, je n’ai donc jamais eu à craindre qu’il s’ennuie. Il recrute des chiens pour l’aider à traquer les autres chiens du quartier. Il ne s’immisce jamais dans ma routine et a été un gardien silencieux, bien qu’agaçant, pendant toutes ces années.

Je me lave les mains et entre dans la cuisine. J’enfile mon casque Bluetooth et je commence à couper les légumes pour le dîner. Mon plat préféré est un bouillon chargé de dés de légumes, de lamelles de viande cuite et d’épices variées. Après quelques essais désastreux, j’ai réussi à trouver les bonnes combinaisons et je m’y suis tenu depuis. Alors que je coupe le gaz, mon smartphone sonne.

Et il n’y a qu’une seule personne sur la terre verte de Dieu qui m’appellerait à ce moment-là.

Je la salue : “Hey sis”.

“Hiya studdly !” me répond-elle avec un horrible accent. “Qu’est-ce que tu fais ?”

C’est toujours la même chose. Elle s’enquiert de ma santé et moi de la sienne.

Emma se sent coupable de laisser son petit frère seul dans cette maison misérable. Elle m’appelle de temps en temps pour s’assurer que je n’ai pas fait de bêtises. Le fait que j’aie été “transférée” dans l’école de Dan a éveillé ses soupçons, mais elle est contente que Dan me tienne compagnie.

“Tu t’es fait des copines ?”

C’est l’une des rares fois où elle aborde le sujet.

“Pourquoi es-tu si intéressée par ma vie ennuyeuse ?”

“Oh, allez !”, demande-t-elle. “En tant qu’adorable et géniale grande sœur, j’ai le droit de savoir”.

“Ne t’inquiète pas, ton frère est le propriétaire d’un harem prospère”, réponds-je allègrement. Un silence de mort m’accueille à l’autre bout du fil alors que je verse mon dîner et que je renifle avec précaution mon travail. C’est plus épicé que nécessaire.

C’est parfait.

“C’est dommage”, dit-elle au bout d’un moment.

“Je n’ai pas le temps, frangine.”

“Ermite”.

“Peu importe.”

“Il ne te reste plus qu’à courir nue dans l’Himalaya.”

Malgré les nombreuses fois où j’ai voulu l’étrangler, elle me fait toujours sourire. Nous parlons encore quelques minutes avant de nous dire au revoir. Je m’assois à l’immense table à manger et récite ma prière quotidienne avec une ferveur religieuse :

“Que le Seigneur ait la miséricorde d’empêcher ton humble serviteur de s’étouffer avec ses propres rations. Amen”.

Après avoir englouti mon repas et nettoyé, je me rends chez Daniel pour l’une de nos réunions nocturnes clandestines. Nos discussions commencent généralement par l’actualité, puis s’orientent lentement vers les filles et les femmes de notre école et d’ailleurs. C’est toujours le cas.

Dan et ma sœur sont les cerveaux de notre famille. Cela ne fait aucun doute. Dan m’a si bien entraînée que j’ai excellé dans presque toutes les matières principales. C’est une aubaine. D’un autre côté, je m’assoupis pendant les cours incroyablement ennuyeux.

“Devinez quoi”, commence-t-il. “Il y a un grand projet à venir en sciences sociales.”

“Je déteste ce sujet”, gémis-je.

“Tu peux faire un bon exposé sur Little Home. Je suis sûr que Claudine peut t’aider avec les détails.”

Mon humeur fait immédiatement demi-tour.

“Le projet sera une promenade dans le parc, littéralement.”

“Oui, c’est là que le bât blesse.”

“Quoi ?”

“C’est un travail d’équipe. Tu seras associé à l’une des filles, et ta partenaire ne sera pas de ton choix. Cela dépend de tes résultats scolaires.”

J’avais un bon dossier dans mon ancienne école. Peut-être que ça ne compte pas.

“Alors, je serai jumelée avec… ?” Je demande avec espoir.

“Tu es nouveau, donc tu seras jumelé avec quelqu’un qui a un bon dossier.

Ça me soulage un peu, au moins.

“Et toi ?

Son sourire est carrément flippant. “J’ai l’habitude de travailler avec Missy. C’est un vrai plaisir de travailler avec elle.”

Nina avait pris le temps, pendant le déjeuner, de marteler les noms de quelques membres éminents de ma nouvelle école. Rousse, plantureuse et un cul impossible, c’est tout ce dont je me souviens à propos de la partenaire de Dan.

“Laissez-moi deviner”, dis-je, “elle est stupide ?”

“Bien sûr que non, s’exclame-t-il avec indignation, c’est une créature très intelligente et très sexuelle.

Son insinuation obtuse ne tarde pas à faire mouche.

“Vous ne l’avez pas fait.”

Son sourire narquois, presque maniaque, parle pour lui. Je sais que mon cousin a perdu sa virginité avant d’avoir dix-huit ans. Avec son allure et ses manières faciles, il peut séduire n’importe quelle reine des glaces.

“Elle a un petit ami, n’est-ce pas ? Je lui demande.

Matt est un autre gorille sportif de mon école actuelle. Il aimerait bien mettre Dan en bouillie s’il en a l’occasion.

“Et alors ? “, répond-il en s’adossant à sa chaise. “Ce connard ne peut pas la rendre heureuse, alors je dois faire son travail à sa place. Tant qu’elle est, euh, satisfaite, je n’ai pas à m’en préoccuper.”

Ce n’est pas tous les jours que mon cousin raconte ses aventures sexuelles en détail à un bouseux comme moi. Écouter ses exploits me donne le courage de commencer à fantasmer sur les miens.

“Qu’en penses-tu ? Je lui demande. “Puis-je avoir une chance avec mon partenaire ?”

“Si j’étais vous, je la surveillerais attentivement et je tracerais les lignes avant de faire un geste. Ensuite, je commencerais par quelque chose comme…”

Je soupire. “Je n’étais pas sérieux, Dan.”

Je devais l’arrêter avant qu’il ne commence un de ses putains de cours sur l’approche sexuelle.

“Mike, tu as dix-huit ans ! Quand est-ce que tu seras sérieux ?”

“Quand je trouverai la bonne fille, j’y penserai”, dis-je solennellement.

Je ne crois pas vraiment que je trouverai un jour la bonne fille.

Mon cousin secoue la tête, déçu. “Un jour, tu mourras vierge et tu seras canonisé comme Saint Michel, je te le dis”.

*

Ayant réussi à me fondre dans la foule, j’ai appris à connaître la plupart des visages. J’aimerais attribuer cette incroyable réussite à mes talents de ninja, mais le fait qu’un type ennuyeux ne fasse guère de vagues est une vérité merveilleuse que j’admets volontiers.

Mon école actuelle… eh bien, elle n’est pas si mal que ça. Il y a les bons et les méchants.

Et il y a ceux qui sont au milieu.

Mon cousin et son groupe de chahuteurs font partie de la troisième catégorie. Daniel a fait en sorte que je m’assoie avec lui au lieu de me morfondre dans mon coin. Ses amis, et maintenant les miens, ne parlent pas de mon passé. Peut-être le savent-ils déjà, mais ils n’en parlent pas. Ils connaissent leurs limites respectives et choisissent de ne pas les franchir. Je leur rends volontiers la pareille et surveille leurs arrières.

Aujourd’hui, on m’attribue un partenaire. Les mots de Dan résonnent encore dans ma tête. Je ne peux rien faire contre l’inévitable, sauf croiser les doigts. J’espère que l’odieux de mon partenaire est au-dessus de mes limites.

Je ne sais pas pourquoi ce projet me rend nerveux. Le battement de mon cœur est un instinct auquel je me suis habitué au fil des ans. C’est la prémonition de quelque chose de désastreux qui m’attend. Peut-être que mon partenaire est un fou meurtrier.

Pire encore, ce serait un sportif.

Dans ce cas, je préfère me pendre avec de vieilles chaussettes qui sentent mauvais.

La professeure, Cate Mahen, entre dans la classe. Je la regarde avec inquiétude ouvrir son dossier et sortir une feuille imprimée. Elle ajuste ses lunettes et parcourt la liste.

“Je suis sûre que vous êtes tous au courant du projet et de ses détails. Il y a eu quelques ajustements, mais l’idée reste la même. C’est un travail d’équipe, et j’attends de vous tous que vous coopériez…”

Bla bla bla.

“Les partenaires une fois assignés ne seront pas changés.”

Bon sang.

“Asher, Samuel”, dit-elle en prononçant le premier nom de la liste.

Sam se lève lentement, essayant désespérément de cacher un sourire en coin avec sa main, mais n’y parvient pas.

Il m’a dit tout à l’heure que son partenaire habituel s’évanouissait de peur à chaque fois qu’ils se retrouvaient ensemble. Bien que Sam lui assure qu’il fera sa part du travail, son partenaire fait de l’hyperventilation dès le premier jour. Il suit donc le mouvement et lui fait peur dès qu’il en a l’occasion.

“Votre partenaire sera Karen Marr.”

Karen, la brune moustachue assise à côté de moi, se cogne tranquillement la tête contre le bureau. Elle regarde Sam avec effroi, et Sam lui rend son regard avec un clin d’œil maléfique et omniscient. Je ne peux m’empêcher de secouer la tête. Le moment n’est pas loin où j’aurai envie de me taper la tête à mon tour.

Deux personnes en moins. J’entends encore quelques gémissements et ricanements avant que mon nom n’apparaisse.

“Lehane, Michael”, dit-elle.

Je me lève et lui souris sincèrement. Elle lit la liste, ajuste ses lunettes et la parcourt à nouveau. Puis elle me regarde par-dessus le bord de ses lunettes en demi-lune.

J’ai l’impression d’être une chèvre que l’on scrute juste avant de l’abattre.

“Vous êtes nouveau ?

C’est normal.

“Oui, madame”, réponds-je.

Elle regarde à nouveau sa liste. Est-ce que je l’ai énervée ?

Calme-toi, Mike, me dis-je, ce n’est qu’un projet… un projet déterminant pour ta carrière, un projet plus grand que la vie, que tu ne peux pas te permettre de rater.

“Ah, oui. Il y a eu quelques changements pour intégrer votre nom dans la liste. Mais cela ne change rien…”

Dites déjà le nom, quatre yeux.

“Votre partenaire est…”

Chapitre 4

~ Stranger Danger ~

Mes tripes se figent chaque fois que le professeur me confie un projet en sciences sociales.

Ce n’est pas que je déteste la matière, mais je redoute mon futur partenaire. La dernière fois, j’ai été jumelée à Jim, et j’ai dû faire tout son travail. Ce connard n’a rien pu faire d’autre que de se plaindre du fait que je devenais de moins en moins attentif à lui au fil des jours.

Putain de sangsue.

Je regarde les gens se faire assigner leurs partenaires respectifs, et je prie pour ne pas avoir quelqu’un qui va tout gâcher. La plupart du temps, l’ordre est aléatoire. Les prières sont la seule chose qui puisse me sauver.

“Lehane, Michael.”

Il se lève et affiche un énorme sourire, outrageusement faux. Ses efforts valent bien les ricanements qui fusent autour de lui. Mme Mahen lit la liste, ajuste ses lunettes et la parcourt à nouveau. Puis elle le regarde par-dessus le bord de ses lunettes en demi-lune.

Il n’arrête pas de déplacer son poids sur ses pieds, ce qu’il fait lorsqu’il est nerveux.

“Vous êtes nouveau ?

“Oui, madame”, répond-il d’un ton vif.

Elle regarde à nouveau sa liste.

L’arrivée de nouveaux enfants modifie le schéma et fait des ravages parmi les partenaires habituels. Cela signifie qu’il y a des chances que je ne sois pas associée à ce connard de Jim.

Un grand sourire se dessine sur mon visage tandis que je réfléchis aux options qui s’offrent à moi.

“Ah, oui. Il y a eu quelques changements pour intégrer votre nom dans la liste. Mais cela ne change rien. Votre partenaire sera… Claire Bennet.”

Ouf ! Elle ne m’a pas mis en couple avec…

Attendez quoi ? !

“Tu vas bien, Claire ?” me demande-t-elle.

Je reprends mes esprits par à-coups.

Merde, merde, merde, merde.

“Oui, Madame…” Je dis d’une voix aussi basse que possible.

“Vous avez fait un bruit étrange. Vous êtes sûre ? Le médecin pourrait être disponible…”

“Ce ne sera pas nécessaire, Madame”, j’insiste en essayant de me faire plus petite. J’espère qu’il ne m’a pas remarqué.

Elle hoche la tête distraitement et retourne à sa liste. Lehane m’a observée pendant tout ce temps. J’espère vraiment qu’il n’a pas reconnu que j’étais la salope du premier jour. Son visage ne révèle rien, mais ses yeux en disent long.

Anxiété, colère… dégoût.

“Michael, vous pouvez vous asseoir maintenant.”

Il s’assoit tranquillement, et pendant tout le reste du cours, il ne bouge pas d’un poil. Je ne sais pas si je dois me réjouir ou plutôt maudire ma chance.

*

Apparemment, je suis une incorrigible salope à ses yeux.

Et alors ?

Je me fiche de ce qu’il pense de moi. Je ne me suis jamais souciée de ce que les autres pensaient de moi. Pourquoi devrais-je me préoccuper de lui ?

Qu’il aille se faire voir, dit ma voix intérieure erratique. Qui s’en soucie ?

Il est important parce qu’il risque de nuire à ta carrière, dit ma voix intérieure plus sensée.

Je soupire de défaite. Je ne peux pas faire ça toute seule. J’ai besoin de sa coopération, même si je dois le traîner tout nu, en hurlant et en donnant des coups de pied, et l’enfermer dans un donjon.

C’est drôle de voir comment un simple projet peut mettre les étudiants dans un tel état d’esprit. Je suis en train d’hyperventiler et d’échafauder des scénarios fantastiques. Peut-être qu’il n’est pas si méchant que ça. Il faut que j’essaie de voir par moi-même.

Le vacarme de la cafétéria est imperceptible comparé au bruit de mes pensées intérieures. J’aurais dû être plus vigilante car je vois soudain Jim s’approcher de moi.

Il est trop tard pour fuir.

J’aimerais vraiment que la Terre Mère puisse l’avaler et le vomir quelque part loin, très loin de moi.

“Claire !” s’exclame-t-il, la voix agitée. “J’essaie de convaincre Mahen de nous remettre ensemble. On va réussir ce projet.”

Ouais, toi et moi ensemble, ça sonne bien.

Personne ne l’a jamais dit.

Je l’ignore tandis qu’il déblatère ses théories de conspiration et autres conneries. Du coin de l’œil, je remarque Lehane qui sort de la cafétéria.

C’est peut-être ma chance.

“Tais-toi”, ordonne-je vivement à Jim. Sa mâchoire est suspendue en l’air, coincée entre les répétitions d’un certain charabia, tandis que je me précipite vers mon partenaire grincheux.

“Je l’appelle : “Hé !

Il ne s’arrête pas et sort de la cafétéria.

Je suis stupide. Quel est son nom ?

“Michael Lehane ! Je l’appelle à nouveau, et il s’arrête cette fois. Il se retourne et me regarde droit dans les yeux. Il est en partie surpris et en partie agacé. De si près, ses yeux bruns liquides sont… hypnotiques.

“Oui ?

Je m’arrête en hurlant et je fais une pause pour rassembler mes pensées éparses.

“Nous sommes partenaires”, dis-je maladroitement.

Bon sang, prends le contrôle, Claire !

“Et alors ?” Il ne me facilite pas la tâche. Je ne sais pas si c’est délibéré.

“Ecoute, nous sommes partenaires, dis-je, et nous devons travailler ensemble. Si tu as de moins bonnes notes, moi aussi”.

Il penche légèrement la tête vers la droite. “Alors, tu insinues que je suis stupide ?”

“Non !” J’insiste. L’énerver est la dernière chose que je souhaite. “C’est juste que… je ne te connais pas et qu’il faut qu’on commence le plus vite possible.”

Ses yeux s’adoucissent. Enfin, j’ai compris quelque chose.

“Qu’est-ce que tu veux ?” demande-t-il prudemment.

“Je peux avoir votre numéro ?” Ses sourcils se haussent et j’ajoute à la hâte : “Nous devrons nous parler après les cours et nous tenir au courant.”

“Autre chose ?”

“Tu as une idée de ce projet ?”

“Dan m’a donné tous les détails”, dit-il. Bien sûr, c’est le cousin de ce fichu major de promotion.

“Tu as quelque chose en tête ? Je lui demande. Nous pourrions peut-être trouver quelque chose à la craie.

“J’ai quelque chose en tête”, dit-il en hochant la tête.

Je prie pour qu’il ne s’agisse pas d’un refuge pour femmes. Cela a été fait à mort.

“Little Home, propriété de Claudine Marie… vous en avez entendu parler ?

“Bien sûr que j’en ai entendu parler”, m’exclame-je. Tout le monde la connaît. “Mais le projet ne vaudrait rien si nous n’obtenons pas une interview de la directrice.

Claudine Marie refuse de recevoir des visiteurs à moins qu’ils n’aient des problèmes urgents à régler immédiatement.

Ma mère a essayé une fois. Elle est restée toute rouge.

Il hausse les épaules avec nonchalance. “C’est une amie personnelle. Elle ne peut pas me dire non”.

Pas question.

“Ce serait… génial.”

“Quand commencerons-nous à travailler ?”

J’ai envie de dire maintenant, mais la première étape consiste à établir une bonne relation temporaire avec mon partenaire. Le bousculer pourrait se retourner contre moi.

“On peut commencer demain ? Vous pouvez demander à Claudine, à l’avance, si elle est prête à nous aider”.

“Autre chose ?” demande-t-il.

“Uhhm… rien qui ne me vienne à l’esprit pour l’instant.”

“D’accord, alors. A demain.”

Sur ce, il se retourne et s’en va. Je me rends compte que mon cœur bat de façon irrégulière. J’attends qu’il ralentisse.

Qu’est-ce qui vient de se passer ?

Chapitre 5

~ Mister Who ~

“Spill !”

Difficile d’éviter l’interrogatoire de Joyce dès qu’elle sent quelque chose. Elle est comme un putain de requin. Dès qu’elle m’a entendu au téléphone, elle a exigé de savoir ce qui s’était passé plus tôt dans la journée.

“J’ai dit de cracher le morceau !” répète-t-elle.

“Je t’ai dit qu’il n’y avait personne.”

Oups.

“Je le savais. Comment est-il ? Je veux des noms !”

“Joyce”, j’insiste, “je te jure que c’est juste mon partenaire de projet”.

“Ooooooh !”, taquine-t-elle. “J’aime la façon dont tu dis partenaire.”

“Bon sang, Joyce, je ne plaisante pas !” Je le dis de ma voix la plus sévère, mais je finis par ricaner. Ce n’est jamais facile de rester sérieux avec elle.

“D’accord, d’accord ! Alors, sérieusement, il est comment ?”

“Umm…” Je réfléchis. Ce n’est pas facile maintenant que je dois me le représenter. “Il ne parle pas beaucoup, comme un mystère reclus plein de secrets.”

“Toutes ces observations à partir d’une seule rencontre ?”

“Tu sais combien j’aime observer les gens.”

“Oui, comme un petit dingo”, plaisante-t-elle.

Je me mets à rire. “Il est nouveau, donc je pense que son soi-disant attrait s’estompera une fois que je l’aurai cerné. Mais je sais que ce ne sera pas facile.”

“Est-il grossier ?”

“Il n’est pas grossier”, dis-je en m’allongeant sur mon lit. “Il est juste… prudent.”

“Wow. C’est intéressant”, dit-elle. “Alors, à quoi ressemble-t-il ? C’est un gars costaud ?”

“Joyce, espèce de perverse !”

“Coupable”, admet-elle en ricanant, puis elle ajoute : “mais je suis vraiment curieuse. Tu n’as jamais parlé d’un seul homme comme ça avant”.

“J’ai parlé au téléphone ?”

“Oui, tu l’as fait. Maintenant, ne change pas de sujet.”

“D’accord, laisse-moi y réfléchir.”

Je commence à créer une image mentale, et lentement son visage prend vie. Ses cheveux blonds sales, ses yeux bruns expressifs, son air de garçon mignon dont il n’est pas du tout conscient… son corps maigre, mais tonique, qui est parfaitement…

“Helooo ? Terre à Claire !”

“Quoi ?

“Alors, à quoi il ressemble ?” répète-t-elle lentement, comme si j’étais un cancre.

“Il est unique”, dis-je au bout d’un moment.

C’est le silence total. Des éclats de rire suivent. Elle s’essouffle, avant de rire à nouveau d’une blague que je ne me souviens pas avoir faite.

“Oh mon Dieu”, souffle-t-elle au bout d’un moment.

“Ai-je dit quelque chose de drôle ? Je demande, sincèrement confus.

“Oh, Claire !” dit-elle après avoir enfin repris son souffle. “Tu ne me croirais pas même si je te montrais un panneau au néon”.

“Essayez-moi”, lui dis-je.

“Crois-moi, tu ne me croiras pas”, dit-elle après une nouvelle crise de fou rire. “Bon, je dois prendre mes médicaments maintenant. On en reparlera demain, d’accord ?”

“Uh huh.”

“Au revoir, mes chéris ! Et merci beaucoup pour les rires.”

Et sur ce, elle me coupe la parole.

Cette fois, je reste à regarder mon téléphone. Je ne me souviens pas avoir dit quelque chose de bizarre… si ? Mais Joyce est très sensible et peut parfois être excentrique. J’en conclus que ma cousine est folle et je sors faire une promenade bien méritée.

Date de naissance inconnue.

Abandonnée à la naissance. Élevée dans un orphelinat aujourd’hui fermé, elle s’est enfuie à l’âge de huit ans. Plusieurs années plus tard, organise avec succès des dizaines d’organisations à but non lucratif, notamment des refuges pour les sans-abri, les enfants et les orphelins.

Récompensée lors de nombreux événements prestigieux, félicitée deux fois par le président lui-même et une fois par l’UNICEF. Élue par le Times Group comme la féministe la plus influente et la championne de la cause des orphelins et des sans-abri trois fois de suite.

Elle s’appelle Claudine Anna Marie.

Je me penche à plusieurs reprises sur cette liste quasi inépuisable. Dans les projets précédents, j’ai dû choisir ce qu’il fallait ajouter pour ne pas manquer de pages. Aujourd’hui, je dois décider ce qu’il faut supprimer pour pouvoir compiler cet énorme document dans les délais.

Je me rends également compte que je n’ai pas le numéro de Mike. Je n’ai pas insisté et il n’a rien dit. Une partie de moi pense que c’était une décision délibérée de sa part parce qu’il n’a pas l’air d’une personne insensible.

J’attends la pause pour m’approcher de lui. Il griffonne quelque chose et ce n’est que lorsque je me racle la gorge qu’il me remarque. Il dissimule ses manigances et me regarde avec des yeux déconcentrés.

“Tu lui as parlé ? Je lui demande.

“Oui”, répond-il en hochant sèchement la tête. “Elle me fera parvenir tous les dossiers pertinents. Nous pourrons travailler à partir de là.”

“Acceptera-t-elle un entretien ?” Je lui demande. “Cela scellerait un A plus pour nous, vous savez”.

Il hoche à nouveau lentement la tête, et je peux voir un soupçon de fatigue qui obscurcit sa vivacité habituelle. Il y a des taches sombres autour de ses yeux. Qu’est-ce qu’il a fait ?

“Umm… ça va ?” Je lui demande.

“Hein ?”

“Tu as l’air fatigué.”

Je me fiche de ce qu’il ressent. Je ne veux pas qu’il gâche mon… notre projet.

“Je vais bien”, dit-il en haussant les épaules comme si de rien n’était.

C’est un très, très mauvais menteur.

“Je peux compiler les notes aujourd’hui et planifier le tout si tu ne te sens pas bien. Nous pourrons commencer à partir de demain.”

“J’ai dit que j’allais bien !” s’emporte-t-il.

Il repousse sa chaise et se lève. Par réflexe, je recule. On dirait que j’ai failli l’énerver.

Peut-être l’ai-je déjà fait.

“Soyez au Northern Greens à quatre heures aujourd’hui. Elle sera là”, dit-il, et il sort par la porte.

*

Northern Greens se trouve à environ dix minutes de chez moi. C’est facilement l’un des meilleurs endroits de la ville à n’importe quel moment de l’année – plein de paysages idylliques et un lac artificiel géant et peu profond au milieu.

Je n’ai pas visité le parc depuis des années. La dernière fois que je l’ai fait, c’était avec mon frère qui voulait un endroit sûr pour que j’expérimente avec sa mini-vélo…. et comme toujours, cela me rappelle des souvenirs déprimants.

C’est un jour de semaine, le parc est donc presque vide, à l’exception d’un grand rassemblement d’enfants près de la zone boisée. Leurs cris et leurs éclats de rire sont si forts que je peux les entendre même à cette distance. Quelques gardiens en uniforme tournent autour du périmètre, gardant un œil vigilant sur eux.

Je glisse mes mains dans mes poches avant et je me dirige vers le groupe. Je ne vois Lehane nulle part. Quelques enfants me remarquent, mais ils ne font pas très attention. Une petite fille, probablement âgée de trois ans, était occupée à griffonner sur un papier lorsque je m’approche d’elle.

“Bonjour”, lui dis-je avec un sourire amical.

Elle lève les yeux vers moi, surprise. Avec ses cheveux blonds et ses yeux bleus, elle est terriblement mignonne. Je pourrais facilement la câliner à mort.

“Savez-vous où je peux trouver Michael Lehane ?

“Mike ?” demande-t-elle.

C’est trop mignon.

“Oui”, je réponds en souriant, “Mike”.

Elle se lève et m’entraîne vers le lac où un couple solitaire est assis au bord, dos à moi. L’enfant court sur les derniers mètres en hurlant à pleins poumons.

“MIIIIIIIIIKKE !”

J’entends un “ooomph” distinct lorsque son corps entre en contact avec le cou de l’enfant.

“Tu vas me briser le cou, Breanne ! Il rit, puis il demande : “Qu’est-ce qu’il y a ?”

“Quelqu’un veut te voir.”

Il se retourne et me remarque.

Il a l’air heureux, content, libre et… différent. Je ne plaisante pas, mais il n’a pas l’air d’être le même qu’à l’école tout à l’heure. Je me demande si c’est le même grincheux que j’ai connu il y a quelques heures.

“Tu as dit qu’elle serait là”, lui rappelle-je.

“Il s’exclame, mais ne se lève pas. Il se tourne vers la femme assise à ses côtés et lui dit : “Claudine, je te présente Claire. C’est d’elle que je parlais”.

Elle est assise là, comme ça ?

Claudine se retourne à moitié et me fait signe de m’asseoir à côté d’elle. Je jure que mes genoux tremblent d’eux-mêmes. Je m’approche d’elle et m’assois à une distance respectable sur l’herbe tendre.

“Je ne mords pas, Claire”, dit-elle en riant.

Je ris avec elle… ou j’essaie, mais c’est un couinement étranglé qui sort. De si près, elle est encore plus séduisante que les couvertures de magazines en papier glacé et plus intimidante pour mes cerveaux effrayés.

“J’ai tellement entendu parler de vous”, balbutie-je. “Je n’arrive même pas à parler correctement.

Elle rit. Michael sourit en connaissance de cause, mais ne dit rien.

“Je pensais vraiment que tu me convoquerais dans ton bureau”, avoue-je. “Je ne m’attendais pas à ça.

“Détendez-vous”, dit-elle avec un sourire bienveillant et en me tapotant doucement le dos. “Demandez ce que vous voulez.

Une brise constante et légère souffle de l’autre côté du lac et caresse mon visage d’une touche chaleureuse. Je comprends pourquoi elle doit tant aimer cet endroit.

“Ça te dérange si j’enregistre ?”

“Non, pas du tout.”

J’avais déjà mon smartphone à portée de main. D’un simple geste, il commence à enregistrer.

“Alors, Mlle Marie…”

“Vous me donnez l’impression d’être une vieille sorcière, Claire. Appelez-moi Claudine.”

“Ok, Claudine”, je répète avec un sourire, “Pourriez-vous me dire ce qui motive une personne comme vous à…”

*

Nous rions, nous faisons des blagues et nous nous disputons la couronne du concours officieux d’autodérision. C’est la première fois depuis des années que je m’amuse autant.

Elle ne mâche pas ses mots et parle avec son cœur. Sa passion, ses convictions, sa confiance et ses connaissances transparaissent dans ses yeux lorsqu’elle décrit ses objectifs pour la vie et le Trust. Je reste là, bouche bée, à l’écouter avec toute mon attention.

“Votre enfance a dû avoir une grande influence sur ce que vous êtes aujourd’hui.

“Bien sûr, l’enfance influence tout le monde d’une manière ou d’une autre. Soit on s’en sert comme d’une motivation, soit on s’en morfond.”

C’est tellement vrai. Cela me fait souhaiter d’avoir des parents différents, ou au moins des gens qui se soucient de savoir si je vis ou si je meurs. Elle jette un coup d’œil à sa montre-bracelet, un bracelet doré complexe avec des cadrans en saphir.

“Oups”, dit-elle. “Vous devez être en retard.

“Quoi ?”

Je regarde mon téléphone et je sursaute. Une heure entière s’est écoulée sans que je m’en rende compte.

“Il est temps d’y aller, mon cher”, dit-elle en se levant. “Tu pourras m’en redemander si tu as l’impression que quelque chose a été oublié”.

“Je ne pense pas que quoi que ce soit ait été oublié”, dis-je joyeusement. C’est plus que ce que je pouvais espérer.

“Mike ? Elle se tourne vers lui. Il est resté assis en silence pendant tout ce temps, Breanne comateuse drapée sur ses jambes.

“Peux-tu remettre Breanne à Freya ? Je ne veux pas qu’elle se réveille maintenant.”

“Bien sûr, dit-il. Il soulève Breanne comme s’il s’agissait d’une plume, se lève et marche lentement vers la zone où les soignants se rassemblent et font le décompte des effectifs. Dès qu’il est hors de portée de voix, elle se tourne vers moi.

“Alors, depuis combien de temps connaissez-vous Mike ?”

Le changement soudain de sujet me surprend.

“Nous ne nous sommes rencontrés que lorsque nous avons été associés pour ce projet”, dis-je. “Il ne parle pas beaucoup.

“Comment se comporte-t-il à l’école ? Est-ce qu’il a des relations sociales maintenant ?”

Elle doit vraiment se soucier de lui.

“Il s’assoit avec les amis de son cousin, mais sinon, il ne fait rien.”

Elle soupire de soulagement. “Dieu bénisse Warner”, s’exclame-t-elle. “Au moins, il fait quelque chose pour son cousin.”

“Si ça ne vous dérange pas, je peux vous demander quelque chose ?”

“Oui.”

“Comment vous êtes-vous rencontrés ?”

“Je connaissais sa mère. Nous étions de très bons amis. Mike travaille avec moi depuis deux ans. Je voulais l’aider, mais il a fini par m’aider à la place.”

“Quelle aide ?” Je demande, la curiosité prenant le dessus.

“Il ne t’a rien dit ?”

“Raconter quoi ?”

Elle secoue la tête, refusant de répondre. “C’est à Mike de décider. Tu devrais lui demander.”

Intéressant.

Je me lève et l’aide à se relever. Nous nous époussetons le dos et nous retournons vers la file d’attente des enfants. Mike est occupé à contenir les enfants qui s’égarent dans la file.

“Tu as fini ton entretien ? me demande-t-il.

“Oui”, réponds-je joyeusement. “Merci beaucoup.

Je le serre dans mes bras.

Pas une étreinte maladroite, mais une véritable étreinte d’ours.

Ce n’est pas une démonstration pour Claudine ou d’autres personnes autour de moi, parce que je le pense vraiment. C’est ma façon à moi de dire merci. L’odeur de son corps – un léger goût de limonade acidulée – imprègne mes sens.

Puis j’ai réfléchi.

Vu son attitude… antisociale, il n’est probablement pas habitué à une telle proximité. Je me sépare tout aussi rapidement, remarquant son expression sage. Mon cerveau s’empresse de sortir quelque chose pour me faire paraître moins stupide.

“Merci”, je répète d’une petite voix.

“Euh, c’est bon, j’ai compris à quel point tu aimerais ça, donc, euh, ce n’était pas…”.

Je m’efforce de ne pas rire devant son visage troublé. Il est adorable quand il essaie désespérément de cacher ses insécurités.

“Merci quand même”, je répète. “J’apprécie vraiment.

“D’accord.”

“Peut-on faire un suivi du travail d’aujourd’hui ?” Je demande. “Il nous reste assez de temps pour rédiger une section entière basée sur les conversations d’aujourd’hui.

“Bien sûr, répond-il, mais la bibliothèque est fermée pour cause de rénovation. Nous devrons le faire ailleurs.”

“Pourquoi pas chez vous ?” Je lui demande. “Je veux dire, si cela ne vous pose pas de problème. Chez moi, c’est trop loin d’ici.”

“Pas de problème”, me dit-il, compréhensif. “Ma maison est à cinq minutes à pied d’ici.”

Il me donne les indications.

“Je serai là dans quelques minutes”, dit-il et il retourne aider les gardiens.

*

Je fredonne une chanson oubliée depuis longtemps en conduisant sur la route étroite, tapant des doigts sur le volant en suivant le rythme dans ma tête. Un grand sourire se dessine sur mes lèvres et ne veut pas s’effacer. Je ne sais pas d’où vient tout ce bonheur. Je sais juste que je me sens heureux… et détendu.

Au bout de trois minutes, j’arrive dans un quartier de classe moyenne supérieure. Je traverse des rangées et des rangées de maisons magnifiquement construites et j’arrive à sa supposée demeure. Garant ma voiture à une distance respectable, je monte le petit escalier et appuie sur la sonnette.

Pas de réponse.

Après une minute d’attente, je sonne à nouveau.

“J’espère que vous n’avez pas attendu trop longtemps”, dit-il derrière moi.

Je sursaute, mais me ressaisis rapidement.

“Désolé”, murmure-t-il, et il ouvre la porte. Il insère une clé dans le trou et la déverrouille.

“Ce n’est pas grave. Je suppose que tes parents sont partis faire une course.”

Il se retourne et me regarde, me considérant quelques instants. Ses yeux ne sont pas clairs, mais je peux sentir sa tristesse. Il veut dire quelque chose, mais il hésite.

“Ils ne reviendront pas avant longtemps “, dit-il et il ouvre la porte de sa maison.

Chapitre 6

~ L’entreprise ~

J’entre dans la maison et dépose les clés sur une table voisine. En appuyant sur un interrupteur, les lumières chaudes baignent toute la maison. C’est le moins que je puisse faire pour rendre cette maison moins effrayante.

“C’est sympa”, commente-t-elle.

“Merci.

Snuffles n’est nulle part, j’espère qu’il est ailleurs en train de semer la zizanie. J’installe mes cahiers et mes dossiers sur l’immense table de la salle à manger, tandis qu’elle pose son sac de l’autre côté. La salle à manger est l’endroit idéal pour travailler. C’est nettement plus spacieux que mon bureau d’étude. Et puis, je ne veux pas qu’elle se faufile dans ma chambre.

“Alors, on commence par quoi, Mike ? demande-t-elle. C’est la première fois qu’elle m’appelle Mike, au lieu de Michael.

J’aime bien ça.

“Depuis le début”, dis-je, “depuis le tout début”.

Mes pensées à l’égard de Claire sont… mitigées.

Mes amis m’ont parlé d’elle le jour même où nous avons été désignés comme partenaires. D’après elles, c’est une garce de première catégorie, très orientée vers les objectifs et méchante comme l’enfer. Ce n’est pas une personne avec qui j’aurais envie de me frotter.

“Ne l’énervez jamais”, murmure Dan d’un air conspirateur. “Je pense que tu devrais demander au chef de changer de partenaire tant que tu le peux.”

“Elle est peut-être belle, mais si tu la regardes en face, elle t’arrachera la tête”, renchérit Nathan. Je l’aurais pris au sérieux s’il n’avait pas souri comme un fou. Ce joyeux luron ne pouvait pas rester sérieux une minute.

Je savais qu’ils se moquaient de moi, mais une partie de mon cœur me disait que c’était vrai. J’avais beaucoup jaugé son caractère lors de notre rencontre le premier jour. Et je me souviens encore de ce regard fuyant.

Il me donne encore des frissons du mauvais genre.

“Ça va aller, les gars”, dis-je en haussant les épaules, mais apparemment, ce n’était pas assez convaincant.

Nina est restée silencieuse tout au long de notre conversation. Elle n’avait pas dit un seul mot depuis que j’avais annoncé le nom de ma future partenaire.

“Qu’en dis-tu, Nina ? lui demandai-je en buvant une gorgée de ma bouteille.

Elle a haussé les épaules et s’est remise à piquer son repas avec une fourchette. Dan a secoué la tête en silence et j’ai compris ce qu’il voulait dire. Une fois que mes amis eurent fini de parler de son statut de garce, Sam prit la parole pour la première fois depuis des minutes. Comme Nina, il était resté silencieux pendant tout ce temps.

“Tu penses qu’elle est sexy ? a-t-il demandé, sans aucun préambule.

J’ai failli cracher de l’eau.

“J’ai failli cracher l’eau. J’ai bafouillé.

“Oh là là”, gémit Nathan en faisant semblant d’être désespéré. “Il l’aime bien.

“Je n’ai jamais dit ça !”

“Le déni n’est pas la clé du bonheur, Mike”, ajoute Dan d’un air sérieux.

“Je sais, Pape Pervers”.

Pendant qu’ils riaient aux éclats, Sam attendait toujours ma réponse.

“Je la trouve jolie, concédai-je. “Mais je ne la vois pas sous cet angle.”

“Nous n’allons pas t’engueuler si tu l’aimes bien”, dit Sam en secouant la tête. “Nous te demandons juste d’être prudent. Son ex-petit ami était à l’hôpital pour une semi-fracture de l’orteil.”

Je ne peux pas lui en vouloir, vraiment. J’étais moi-même coupable d’avoir cassé la rotule de quelqu’un.

“Surtout ne t’approche pas de ses amis et tu ne te brûleras pas. Tu pourras me remercier plus tard.”

Pour en revenir à la situation actuelle, je ne pense toujours pas qu’elle soit méchante.

Une salope de première catégorie ? Probablement.

Orientée vers un but précis ? Certainement.

Mais diabolique ?

Je ne crois pas.

Il y a une raison derrière chaque chose que nous faisons. Chaque motif, chaque intention a une cause. Je suis sûr qu’elle a ses propres raisons, mais cela ne me préoccupe pas trop.

Je m’en fiche.

Il y a de fortes chances que nous ne nous parlions plus une fois que nous aurons terminé ce projet infernal.

Mais elle est diplomate. Elle savait que je serais furieux de la voir, alors la première chose qu’elle a faite a été de briser la glace. Il est vrai que ses paroles enrobées de sucre et sa mansuétude ont eu raison de moi. Même si je voyais clair dans son jeu, je suis tombé dans le panneau comme un idiot.

Je pense qu’elle ne m’aime pas pour une raison ou une autre. Elle ne me connaît pas. À en juger par la façon dont elle regarde les gens – en essayant de les comprendre et tout le reste – je suis sûr qu’elle est assez frustrée par moi.

Je l’ai surprise quelques fois en train de fixer l’arrière de ma tête. J’ai trouvé ça un peu flippant – ok, BEAUCOUP flippant – d’avoir quelqu’un qui me regarde comme ça, mais je peux vivre avec. Tant qu’elle ne me harcèle pas, elle peut me regarder autant qu’elle veut.

Je ferai semblant de ne pas le remarquer.

Alors que nous sommes assis sur nos sièges pour faire nos projets, je l’observe sous prétexte de réfléchir à quelque chose. Elle a l’habitude de se mordiller légèrement les lèvres lorsqu’elle réfléchit à une question difficile. Une langue rose s’élance pour mouiller ses lèvres dès qu’elle a fini de les mâcher.

Mignon.

“Devrions-nous en dire plus sur son enfance ?” demande-t-elle. “Je pense que c’est intéressant.

Elle connaît la réponse à cette question, qu’elle me pose probablement par courtoisie.

“Les matériaux substantiels sont plus importants. Nous pourrons utiliser l’histoire de Claudine comme un bon matériau de remplissage une fois que nous aurons terminé le projet.”

Elle sourit brièvement et se remet à griffonner.

Ai-je réussi son test ?

Nous travaillons pendant une heure, débattant des procédures et passant d’une idée à l’autre jusqu’à ce que nous nous mettions d’accord. Elle est vraiment passionnée par quelque chose une fois qu’elle se concentre dessus. Elle est bien meilleure que moi dans ce domaine, alors je la laisse faire la majeure partie du travail de visionnaire.

“Cela suffira pour aujourd’hui”, dit-elle au bout d’une heure et demie.

“Je suis d’accord. “Nous pourrons le terminer en une semaine si nous continuons à ce rythme.

“Ce serait merveilleux !”

Elle lève les bras au-dessus de sa tête et s’étire sur son siège. Ses seins rebondis poussent contre son tee-shirt, laissant entrevoir la forme de deux jolis globes de… Bon sang, je n’aurais pas dû regarder. Je détourne les yeux et me concentre sur l’acajou entre nous.

C’est trop tard. Le mal était fait. Mike Junior se réveille de son sommeil dans mon pantalon, se demandant qui a bien pu le réveiller.

“Nous reprendrons demain là où nous nous sommes arrêtés. Même endroit, même heure. C’est d’accord ?”

“Euh… ouais, bien sûr”, dis-je en me concentrant sur des images mentales de merde d’araignée et de singes morts.

A terre, mon garçon !

Claire repousse la chaise et se lève. Je lui emboîte le pas après m’être assuré que ma bite semi-flasque ne fera pas une tente embarrassante devant elle. Je lui ouvre la porte et la laisse sortir. Elle se retourne sur le pas de ma porte.

“Bonne nuit, Mike”, dit-elle avec un léger sourire sur les lèvres.

“Bonne nuit, Claire”, lui réponds-je.

Dès qu’elle est hors de vue, je claque la porte et je cours vers la salle de bains aussi vite que possible. Je détache ma ceinture et ferme mon pantalon, puis j’abaisse mon jean et mon caleçon d’un seul geste fluide.

Mon pénis saute, chaud et prêt à l’action. L’image de ses seins luxuriants poussant contre son tee-shirt me vient à l’esprit et ma bite se dresse juste à temps.

“Je suis désolé, mon pote, je murmure, je ne peux pas faire ça.

Je respire profondément et je sens les nœuds de mon aine se desserrer au bout de quelques instants. Ma bite descend finalement, comprenant qu’elle ne fera pas l’objet d’une action ce soir.

Je ne me masturbe pas souvent, mais la vue de ses seins a réveillé ma libido. La réaction m’a complètement surpris. Dieu merci, je me suis abstenu. Je me serais senti coupable d’avoir cédé à ma bite pour… elle.

Claire n’a pas l’air d’une personne sexuelle. Elle n’a pas de regard invitant et ne porte rien de provocant. Elle porte toujours les vêtements corrects et appropriés que tout adolescent qui se respecte porte de nos jours – un jean moulant de marque avec un tee-shirt complémentaire, généralement sombre et cher.

Oui, elle est belle, mais j’ai l’impression qu’elle essaie désespérément de cacher son sex-appeal. Ce fait aggrave la culpabilité lorsque je pense à elle de cette manière. C’est puéril, juvénile et… sexy.

Je secoue à nouveau la tête pour m’éclaircir les idées. Alors que j’enfile mes écouteurs, on sonne à la porte.

Qui cela peut-il être à cette heure indue ?

Le judas révèle Claire. Un froncement de sourcils disgracieux vient ternir son beau visage.

A-t-elle deviné que j’allais sacrifier quelques millions de spermatozoïdes en son nom ? Je n’ai jamais eu l’occasion de rencontrer des gens juste après leur avoir consacré des pensées cochonnes. C’est la sensation la plus bizarre que j’ai ressentie depuis longtemps.

Je respire profondément et j’ouvre la porte.

“Claire ?

Elle a pleuré, des traces de larmes sont encore visibles sur ses joues. J’ouvre davantage la porte et l’accompagne rapidement à l’intérieur.

“Qu’est-ce qui s’est passé ? Je lui demande de s’asseoir sur le bord du canapé. Elle est très tendue.

“Je peux dormir chez toi pour la nuit ?” demande-t-elle. “S’il te plaît ?”

Pas question.

“Bien sûr que tu peux”, lui dis-je. “Mais… qu’est-ce qui s’est passé ?”

“Mes parents sont de retour”, dit-elle, “et je ne veux pas rentrer chez moi”.

J’aurais donné un bras et une jambe pour être avec maman et papa en ce moment, et la voilà qui fuit les siens. Demain, c’est le week-end, je peux donc facilement l’héberger jusqu’à cette date.

“D’accord”, dis-je en me préparant mentalement à l’inévitable. “Appelle tes parents et dis-leur que tu restes chez ton amie, ou au moins appelle quelqu’un qui les informera de tes allées et venues. Je ne veux pas être accusé d’enlèvement.”

“Je le ferai.” Elle sourit. “Merci.”

“Je vais voir ce que je peux faire, d’accord ?”

“Je vais appeler mon équipe et leur faire savoir.”

Je me tourne vers la cuisine, mais elle m’appelle à nouveau. “Mike ?”

“Quoi ?”

“Merci encore.”

Un sourire se dessine sur mon visage. Cela fait longtemps que je n’ai pas été autre chose que seul dans cette maison.

“N’en parle pas”, dis-je, et je la quitte pour un peu d’intimité. Malgré la distance, je peux entendre sa voix furieuse par-dessus le ronronnement de la cheminée de la cuisine et le bruit des lamelles de poulet frites à la perfection.

“Qu’est-ce que tu veux dire par je ne peux pas rester dehors ce soir ? Je ne suis pas une petite fille !”

Mes oreilles se dressent malgré moi.

D’accord, faites-moi un procès. Je suis curieuse, mais je ne peux pas m’empêcher de jeter un coup d’œil dans la vie de quelqu’un d’autre.

“Dites-leur que leur fille chérie séjourne chez une amie pour un projet scolaire. Elle est parfaitement capable de s’occuper d’elle-même. Au revoir !”

Le sarcasme coule de chaque mot et c’est la première fois que je vois Claire perdre son sang-froid. Je me mets en tête de ne plus l’énerver à l’avenir. J’entends qu’on tire la chaise et qu’elle s’assoit sur l’îlot de cuisine derrière moi.

“Désolée pour ça”, dit-elle doucement.

“Ce n’est pas grave.

Elle ne dit rien, jusqu’à ce qu’elle remarque pour la première fois une chose étrange dans toute ma maison.

“Tu cuisines ?” demande-t-elle avec incrédulité.

“Oui”, dis-je avec conviction. “Le chef Mike a plus de deux ans d’expérience.

“Wow… ça sent bon”, dit-elle. “Je ne saurais pas cuisiner même si ma vie en dépendait”.

“Ce n’est pas si difficile. Tu apprends vite, tu n’auras aucun problème”, réponds-je. “J’espère que vous aimerez ceci. Tu n’es pas végétarien, n’est-ce pas ?”

“Non, je ne le suis pas.”

Dieu merci.

Je verse le bouillon dans un bol en céramique, une nouvelle pièce culinaire que j’avais sortie spécialement pour elle, et j’y verse les légumes et la viande. Je fais attention à ne pas ajouter trop de choses, de peur qu’elle ne se sente malade plus tard.

“Dis-moi ce que tu en penses”, dis-je en lui servant le bol et la cuillère. Un petit sourire se dessine sur ses lèvres et elle prend une timide gorgée. Je m’assois en face d’elle et je retiens ma respiration dans l’attente.

S’il vous plaît, ne vomissez pas, s’il vous plaît, ne vomissez pas…

“Tu es un très bon cuisinier !” s’exclame-t-elle en prenant une plus grande gorgée.

“Vraiment ?” Cela fait du bien de voir ses talents de cuisinier loués par quelqu’un d’autre que ses propres papilles gustatives, surtout par quelqu’un comme Claire.

“C’est la meilleure chose que j’ai mangée depuis longtemps !

“Merci.

Mon cœur est occupé à faire des sauts de joie. J’ai à peine avalé la moitié de ma part qu’elle termine et demande, penaude, une deuxième portion.

“J’ai faim quand je suis contrariée”, dit-elle doucement, comme si elle avait honte de l’admettre.

Pour la première fois, elle me donne un aperçu de la fille vulnérable qui est en elle. La façade qu’elle garde glisse, me montrant son moi naturel, sans protection. Une fille stéréotypée, si désireuse de prouver sa valeur qu’elle en oublie ce qu’elle veut pour elle-même.

“S’il vous plaît, ne soyez pas timide”, l’exhorte-je.

Chapitre 7

~ A Lonely Night ~

“C’est le pyjama de ma sœur”, dit Mike en me tendant le vêtement bleu clair en soie et coton. “Il devrait te convenir. Tu trouveras des serviettes et ses produits de toilette dans sa salle de bain.”

Je déteste être un fardeau, mais je devais à tout prix m’enfuir de chez moi, et Mike était le seul à me sembler fiable. Je ne peux même pas faire confiance à mon propre cercle social dans ces moments-là.

“Ils sont géniaux. Merci beaucoup.”

Il hausse les épaules avec nonchalance. “Et si vous avez besoin de quoi que ce soit d’autre, faites-le moi savoir. Je suis dans la chambre d’à côté.”

“Je le ferai, merci encore de m’avoir hébergé.”

“Pas de problème. D’ailleurs, tu es mon partenaire maintenant”, dit-il en souriant. “Tu te changes et tu vas dormir, pendant que je m’occupe de certaines choses.”

“D’accord.” J’acquiesce. “Bonne nuit, Mike.”

“Bonne nuit, Claire.”

Sur ce, il se retourne et descend les escaliers. Je ferme la porte derrière moi et pousse un soupir de soulagement.

Où serais-je sans lui ?

Mes parents sortent de nulle part et sont de retour dans leur maison après trois mois.

Je ne sais pas pourquoi ils s’ennuient dans cette ville. Après tous les moments heureux que j’ai passés avec Claudine et Mike aujourd’hui, je serais très tenté de me tuer si je devais les voir. Je n’ai pas pu leur faire face aujourd’hui pour la vie de quelqu’un d’autre.

J’exagère… mais c’est plus fort que moi.

J’ai parcouru environ 800 mètres lorsque Griffith, mon gardien, m’a appelé pour me prévenir de l’arrivée de mes parents. D’habitude, il me prévient la veille de leur arrivée, et je reste dans le cottage des Griffiths, dans l’enceinte du manoir. Mais il était impossible que mes parents ne me voient pas franchir les portes.

Il avait l’air inquiet, car je n’avais pas rappelé depuis un moment. D’habitude, je ne m’aventure pas hors de la maison, alors je pouvais comprendre son inquiétude. J’ai dit à Griffith que je trouverais un endroit où dormir pour la nuit afin d’apaiser ses craintes.

En réalité, je ne savais pas où aller.

La maison de Mike était le seul endroit auquel je pouvais penser à ce moment-là. J’ai pris ma décision en une fraction de seconde. J’ai fait confiance à mon instinct et j’ai fait demi-tour en direction de sa maison.

Je me suis rendu compte que j’étais seul. Il n’y avait pas une seule personne dans toute la ville en qui je pouvais avoir confiance, à l’exception d’une simple connaissance, que j’appelais mon partenaire. La vérité m’a piqué, plus qu’elle n’aurait dû. Les larmes ont coulé, mais j’ai tenu bon avant de frapper à sa porte.

J’ai failli m’effondrer de soulagement lorsqu’il a accepté. Ses yeux étaient compatissants et bienveillants, comme s’il comprenait ce que je vivais. Il était plus qu’un ami compréhensif pour moi. Il n’a même pas pris la peine de le dire à ses parents. Pas un seul coup de fil ou quoi que ce soit d’autre. Il m’a laissé entrer comme ça.

À ce moment-là, je voulais juste qu’il me serre contre lui et qu’il me dise que tout irait bien.

J’aurais aimé avoir le courage de lui demander.

Je découvre la pièce. Elle est un peu plus petite que la mienne, mais néanmoins spacieuse. Je me déshabille et j’entre dans la salle de bain attenante. En réglant les boutons, j’entre dans la douche chaude et laisse les jets puissants nettoyer mon corps.

Je n’arrive pas à dormir la nuit. Trop de choses se bousculent dans ma tête pour que je puisse me détendre. Tout – de la politique de l’école à ma situation académique la plus récente – fait son apparition pendant ces moments d’angoisse.

Je prends un somnifère. Non, pas le comprimé entier. Juste une petite partie de ses nombreux morceaux lorsqu’il m’est impossible de fermer les yeux. Joyce a jeté tout le stock la dernière fois qu’elle est venue. Elle sait que j’en prends encore, mais elle ne peut rien y faire.

Je jure de m’en remettre, mais de qui je me moque ?

La douche nettoyante m’aide à me calmer. Quelques techniques de respiration me calment encore un peu plus, mais je ne sais pas si j’y arriverai. J’écarte rapidement l’idée d’appeler ma cousine. La déranger ainsi me laisserait un mauvais goût dans la bouche.

Me séchant, j’enfile tranquillement le pyjama emprunté et m’allonge sur le lit, fixant le plafond en me demandant si le sommeil va prendre le dessus.

*

Le son est faible, comme un murmure à peine audible au loin, mais il suffit à me réveiller. Je me redresse et regarde autour de moi, paniquée.

Il n’y a personne.

Le bruit recommence, devant ma porte.

Des voleurs ?

J’espère bien que non.

Je renonce aux pantoufles et me dirige pieds nus vers la porte, en écoutant attentivement. À part le battement irrégulier de mon cœur, il n’y a rien.

Le bruit revient, fort et clair.

J’ouvre rapidement la porte et jette un coup d’œil à l’extérieur. Le couloir sombre et vide me regarde tandis que j’essaie de comprendre ce qui se passe. À l’exception d’une seule ampoule de faible puissance qui éclaire le couloir, il n’y a personne. Le bruit semble venir de la direction de sa chambre.

Mike est-il en train de se branler ? Les sons se situent entre le marmonnement et le gémissement, et je ne sais pas quoi faire. Quelque chose de poilu frôle mes pieds et j’ai du mal à retenir mon cri de terreur. Je ferme la bouche et regarde vers le bas, paniquée.

C’est un chien, un golden retriever. Je distingue à peine sa forme lorsqu’il muselle mes pieds et s’assoit devant moi. Ses grands yeux bruns me regardent avec espoir, comme s’il me demandait de faire quelque chose pour lui. Il s’approche de la porte de Mike et gratte la poignée de la porte avec ses pattes.

“Je ne devrais pas entrer là-dedans”, murmure-je. “C’est probablement fermé de l’intérieur.”

Il me regarde à nouveau et griffe la poignée. En avalant difficilement, je m’approche de la porte en acajou foncé et je tiens la poignée.

“Si quelque chose se passe mal, c’est de ta faute”, murmure-je, et il me rassure en émettant un petit woof. Prenant une profonde inspiration, je tourne la poignée et ouvre la porte.

Mike est allongé sur le dos, à moitié nu, vêtu d’un simple pantalon de pyjama en coton. Il se tourne et se retourne, et malgré la température fraîche de la pièce, il transpire. Je ne peux m’empêcher de remarquer son torse bien dessiné, ses muscles maigres et ses abdominaux délicieux.

D’accord, ma fille, tu n’es pas là pour le regarder, me dis-je.

Le chien me fait signe avec sa truffe et je m’approche de son lit. J’ai l’impression que c’est une mission suicide. Qu’est-ce que je fais là ? Dois-je le réveiller et lui demander de marmonner tranquillement ?

Il gémit à nouveau quelque chose d’incohérent, comme s’il souffrait beaucoup. Je m’assois à côté de lui et pose doucement une main sur son front. Il se calme visiblement lorsque je lui caresse le front et, après quelques instants, il se rendort. Je peux encore voir ses yeux bouger de façon désordonnée sous ses paupières.

J’aurais été réticent à l’idée de faire quelque chose comme ça, mais son léger sourire satisfait en vaut la peine. Je passe mes doigts dans ses cheveux jusqu’à ce que je sois sûre qu’il ne se réveillera pas de sitôt. Le chien saute sur le lit sans faire de bruit et se couche près de ses pieds.

Et maintenant ?

L’horloge de chevet indique 1 h 26 du matin, et il est impossible que je puisse fermer l’œil après ce drame. Dois-je retourner dans ma chambre ?

Je serai seule de toute façon.

Je m’allonge sur le lit à côté de lui, en veillant à garder une distance respectable entre nous. Lentement, je me tourne sur le côté, prends son bras et m’y accroche. Je me sens mieux ainsi… avec quelqu’un à mes côtés, même si je le connais à peine.

Au bout de quelques instants, il se retourne dans son sommeil. Je le regarde avec inquiétude me faire face. Encore endormi, il passe doucement un bras protecteur autour de moi. J’accepte l’invitation inconsciente et me blottis contre lui.

Cela fait longtemps que je n’ai pas ressenti quelque chose comme ça.

En sécurité, au chaud… et aimée.

*

Les doux rayons du soleil matinal me réveillent, leur chaleur s’attardant doucement sur mon visage. Je souris avec satisfaction, me sentant inhabituellement fraîche et rajeunie. J’inspire profondément et j’expire doucement.

Je ne me suis jamais sentie aussi bien.

J’ai dormi comme un bébé. Une nuit de sommeil sans ces pilules qui assomment est certainement une bien meilleure expérience. Le souvenir de la nuit dernière ressemble à un rêve éthéré, un rêve que j’aurais du mal à croire. Et pourtant, je suis là.

Mon sourire satisfait se fige lorsque je réalise que je suis au lit avec quelqu’un d’autre. Il me fait une cuillère, ses mains se posent délicatement, mais fermement, sur mes seins. Son souffle chaud balaie mon cou, faisant se dresser les petits poils à chacune de ses respirations.

Je sens un rougissement embarrassant monter à mes joues alors que ma situation difficile m’apparaît. Ses mains, l’une sur moi et l’autre en dessous, me maintiennent fermement contre sa poitrine. Son pénis, cette chose dure comme le roc qui me pique le cul est sans aucun doute sa trique, est une autre distraction qui me frotte de la mauvaise façon.

Mes mamelons traîtres s’efforcent de répondre à son contact, avides d’une stimulation supplémentaire. Les picotements aigus me montent directement à la tête et j’ai du mal à étouffer le gémissement qui s’ensuit. Chaque petit mouvement, chaque petite secousse ne fait qu’empirer les choses.

Je suis prise au piège.

Ma pensée détraquée finit par trouver une solution ultime : c’est impossible sans le réveiller. S’il se réveille, il posera certainement des questions auxquelles je n’ai pas de réponse.

Et mon coéquipier de la nuit dernière, le chien, a disparu.

Il se déplace. Ses paumes effleurent mes boutons sensibles. Je serre les mâchoires et je respire difficilement tandis que de petits soubresauts de plaisir me secouent à nouveau.

La torture érotique à son meilleur.

Ma relation avec Jim se limitait à des pipes occasionnelles. Je me suis déjà masturbée dans l’intimité de ma chambre, donc ces sensations ne me sont pas inconnues. Mais mon corps n’a jamais ressenti le contact d’un autre homme. C’est une chose entièrement nouvelle, comme si je découvrais de nouveaux raccourcis vers le paradis.

Je m’efforce de faire taire mes gémissements obscènes tandis qu’il continue à me frotter doucement et à me baiser à sec. Mes jambes frémissent, mon estomac s’agite et mes entrailles tremblent alors que je sens l’orgasme approcher.

Oh, merde…

Au moment où je suis sur le point d’avoir un petit orgasme qui m’engourdit l’esprit, il se réveille.

Mon corps se raidit sous le choc tandis qu’il prend une grande inspiration et se blottit encore plus contre moi, serrant mes seins et me faisant presque pleurer. Au bout de quelques instants, il devient rigide et prend conscience de la situation.

“Claire… ?” murmure-t-il.

C’est un moment de clarté cristalline, un éclair de génie qui me dit quoi faire ensuite.

Je fais semblant d’être inconsciente, je ferme les yeux, apparemment endormie. Il prend une gorgée audible en analysant sa situation. Sa prise sur mes seins se relâche ensuite lorsqu’il se rend compte qu’il est en train de me tripoter sans le vouloir.

Je peux presque entendre mes mamelons crier en signe de protestation.

Il dit “Oh merde !”, faisant écho à mes pensées.

J’avais pris quelques libertés avec ses mains, utilisant les miennes sur les siennes pour maximiser la friction. Je pensais qu’il serait préférable de prendre mon pied et de soulager la tension naissante en ayant un orgasme rapidement.

C’était une très mauvaise idée.

Il essaie de dégager ses mains de mon emprise et de ne pas me réveiller en même temps. Je réprime un gloussement tandis qu’il jure sous sa respiration.

Finalement, il me secoue en murmurant avec insistance : “Claire, pour l’amour de Dieu, réveille-toi !”.

Je marmonne une réponse incohérente et me blottis contre lui, en frottant mes fesses contre sa trique.

“Bon sang…”, murmure-t-il en me secouant de façon plus pressante. “Claire, réveille-toi, s’il te plaît !

C’est drôle comme il utilise ses bras et résiste à utiliser ses paumes, sachant qu’il ne ferait rien d’autre que de me caresser.

Enfin, mon cœur prend pitié.

“Quoi ? Je marmonne d’un air endormi et je lâche ses bras.

Il saisit l’occasion et retire ses bras de mon corps. Je sens le lit bouger tandis qu’il se lève précipitamment, loin de moi, et atterrit sur le sol de l’autre côté avec un bruit sourd.

Sa chaleur me manque vraiment.

“Qu’est-ce que tu fais là ? demande-t-il depuis le sol, toujours en chuchotant.

“Tu m’as réveillé la nuit dernière avec tes gémissements”, dis-je en étouffant ma voix avec l’oreiller, “alors je suis là”.

“Oh”, dit-il, comme s’il comprenait exactement ce qui s’est passé.

Si je me retourne pour lui faire face maintenant, il verra facilement à quel point je rougis. Lentement, je me recroqueville en position fœtale, très embarrassée par la situation que j’ai créée.

“Ok, euh… je sors courir un peu. Je reviens dans une demi-heure.”

Je jurerais avoir vu une énorme tente sur son pantalon alors qu’il sortait de la pièce en titubant, claquant la porte derrière lui. Mes entrailles palpitent d’une douleur sourde alors qu’un orgasme imminent me rappelle de m’occuper de quelque chose.

Je me tourne de l’autre côté de la porte et glisse une main dans mon pyjama. Mon clito est en érection, je déplace ma culotte sur le côté et je me frotte sérieusement. Je respire son odeur sur l’oreiller et je sens sa chaleur qui n’a fait que s’installer, en imaginant ses mains au lieu des miennes.

Trois secondes suffisent pour que le barrage s’ouvre.

J’étouffe mes gémissements dans l’oreiller tandis que je surfe sur les vagues de plaisir qui m’ébranlent. Je glisse la main qui me reste sous mon haut et tire sur mes tétons sensibles, le rythme étant synchronisé avec le palpitant qui me parcourt à présent.

Une deuxième vague de plaisir me frappe – inattendue… et brûlante.

Je me laisse porter par les vagues du plaisir, en espérant sincèrement que Mike ne fasse pas irruption par cette porte et ne me voie pas dans cet état. Ce n’est qu’après un long moment que les tremblements s’atténuent et que je parviens à reprendre un minimum de contrôle. Je reste encore plusieurs minutes à trembler, attendant que les délicieuses répliques s’évanouissent dans le néant.

Puis, je ris.

Je ris de l’absurdité. Ce sentiment soudain et exaltant me surprend moi-même. C’est un sentiment de joie et de satisfaction. Le son de mon rire est étrange, même pour moi, mais c’est le mien. Il s’estompe après un long moment, seulement ponctué de crises de rires et de grognements.

C’est bon de se sentir si vivant.

Chapitre 8

~ Weird Days ~

Avez-vous déjà fait du jogging avec une érection furieuse ?

J’ai essayé… et j’ai échoué lamentablement.

Il y a un bourrelet anormal et indécent sur le devant de mon pantalon que même une chauve-souris aveugle peut voir. En ajustant ma bite dans tous les sens, à l’envers et à l’endroit… elle ne veut pas être contenue et je renonce à toute tentative.

J’ai fait un rêve glorieux ce matin. J’avais du coton dans la main… du coton doux et charnu qui prenait la forme que je voulais. La sensation, le toucher étaient si exaltants. Je ne pouvais pas m’en passer. Lorsque j’ai repris conscience petit à petit, j’ai réalisé que je les tenais.

Lorsque j’ai été complètement réveillé, j’ai réalisé qu’ils appartenaient à Claire.

Je caressais ses seins. Ses seins doux et rebondis qui m’avaient donné une érection inoubliable la dernière fois. Pire encore, elle avait verrouillé mes mains avec les siennes, ce qui m’empêchait de ne pas remarquer ses tétons durs qui perçaient à travers le tissu doux comme du satin.

Je m’assois sur le perron de ma maison et j’ai honte.

Qu’est-ce que j’ai fait ?

Elle va se réveiller, se rappeler le matin et paniquer.

Elle ne me parlera plus jamais.

Au bout d’une dizaine de minutes, je sens Mike Junior se calmer, comprendre qu’il n’y aura pas de soulagement cette fois-ci non plus. Je suis trop excité pour courir et trop agité pour profiter de ma dose quotidienne d’endomorphines. Je décide qu’il vaut mieux rentrer tranquillement à la maison et reprendre mon train-train habituel.

J’espère seulement qu’elle n’appellera pas la police.

Une fois la panique initiale dissipée, je me rends compte que ce n’est pas entièrement ma faute. Elle était dans mon lit, et non l’inverse.

Mais qu’est-ce qu’elle faisait là ?

Tu m’as réveillé la nuit dernière avec tes gémissements…

Cela pourrait signifier qu’elle m’a entendu parler dans mon sommeil. Dieu sait ce qu’elle a entendu. Si elle le raconte à ses amies, il ne faudra pas longtemps pour qu’un de ces salauds descende avec une pique pour m’enfoncer le cul.

Je me souviens avoir fait un mauvais rêve, mais il s’était évanoui, me laissant un sommeil sans rêve.

Argh…je ne sais pas quoi faire. Trop de choses dans ma tête ne m’aident pas beaucoup non plus.

Une chose à la fois, me dis-je, et j’entre dans la maison. Je monte dans ma chambre pour voir si elle y est encore.

Le lit en désordre est vide, les draps sont froissés comme s’ils avaient été piétinés par des chevaux sauvages. Il y a une odeur étrange, musquée… faible, mais toujours présente. Je ne l’ai pas remarqué dans ma précipitation de tout à l’heure. Sans trop y penser, je termine rapidement ma routine matinale et descends préparer le petit déjeuner.

Je m’arrête net.

Claire est déjà là, assise sur une chaise de la cuisine, en train de griffonner quelque chose sur son portable. Elle a changé ses vêtements d’hier soir, qui sont maintenant en coton bleu, avec un haut ample de la même couleur. Elle a dû sentir ma présence, car elle lève les yeux vers moi.

“Bonjour, Mike”, dit-elle avec un grand sourire, me faisant perdre la tête.

“Bonjour”, lui réponds-je. “Tu as bien dormi ?”

“Oui, je l’ai fait”, répond-elle. “C’est le meilleur que j’ai eu depuis longtemps.”

Je n’ai pas senti de sarcasme, donc je suppose qu’elle pensait ce qu’elle disait.

“Alors, à propos de ce matin”, je commence.

“Qu’est-ce qu’il y a pour le petit-déjeuner d’aujourd’hui ?” me coupe-t-elle à mi-chemin. “J’ai vraiment faim.”

D’accord, alors.

*

“Mec, qu’est-ce qui s’est passé ensuite ?” demande Sam avec impatience.

A ce moment-là, mon idiot de cousin avait accidentellement révélé que Claire avait passé la nuit chez moi. Il l’a dit à une connaissance, qui l’a dit à une autre connaissance, et très vite, toute l’école l’a su.

Tout le monde me regarde et me fait un sourire narquois, comme s’ils connaissaient un très sale secret à mon sujet.

“Elle m’a remercié et est partie juste avant midi.

“Pas… pas de sexe ?!” Nathan demande avec incrédulité.

“Pourquoi diable ferions-nous l’amour ?”

“C’est la loi de la nature, mec !” déclare-t-il.

“Ignore ce salaud”, dit Sam. “Plus sérieusement, le bruit court que vous l’avez fait tous les deux.

“Quoi ?”

“Je jure que je n’ai jamais dit ça”, dit Dan en baissant la tête de honte. “J’ai juste dit que Mike avait hébergé Claire pour une nuit.”

Je suis en colère contre mon cousin, mais c’est en partie de ma faute parce que c’est moi qui lui ai dit en premier lieu.

“Et maintenant ? Je lui demande.

“Les gens vont parler. C’est leur affaire”, dit Sam. “Agis calmement, comme tu le fais en ce moment, et la nouvelle s’estompera.”

“Et si ce n’est pas le cas ?

“Espère que ce sera le cas, sinon tu attireras les ennuis.”

Les ennuis sont arrivés le même jour sous la forme de notre quarterback vedette.

C’est toujours le quarterback vedette.

J’étais en train de sortir des affaires de mon casier quand j’ai senti une présence derrière moi. Je le referme doucement et je me retourne pour faire face à ma nouvelle “menace”. Il s’appelle Jim ou quelque chose comme ça. J’oublie toujours son nom.

“J’ai entendu dire que tu avais couché avec Claire”, dit-il, le mépris évident dans sa voix.

C’est le petit ami de Claire ? J’ai entendu dire qu’elle avait laissé tomber celui qui l’était.

“Je réponds que non, en m’adossant à mon casier.

“Ne mens pas, putain”, grince-t-il.

“Si ça t’aide à penser clairement, vas-y”, dis-je calmement.

J’ai vraiment l’air d’un intouchable à ses yeux. En s’adossant au casier et en semblant ne pas se soucier de ses interrogations, il y réfléchira à deux fois avant de poser la main sur moi.

Même si mes entrailles sont prises de panique et crient au meurtre, je reste calme et visible. C’est l’un de mes mécanismes de défense contre les idiots comme celui qui se tient devant moi.

Quelqu’un se racle la gorge.

C’est Claire, le visage neutre et dénué de toute émotion.

“Claire ! Dis-moi que tu n’as pas couché avec cet imbécile.”

Claire s’avance, à une distance d’une main de lui.

Puis elle le gifle.

Le son est à couper le souffle – un claquement fort et retentissant – qui semble arrêter le temps lui-même. La plupart des gens s’arrêtent et regardent le drame se dérouler.

“Avec qui je couche, ça ne te regarde pas, putain”, grince-t-elle à voix basse.

La mâchoire rencontre le sol.

Je m’attendais vraiment à ce qu’elle nie le fait. Le visage de Jim est d’un rouge vif, plus vif encore qu’une cerise bien mûre. Il travaille sa mâchoire pour dire quelque chose, mais rien ne sort.

“Elle hurle : ” Va te faire foutre ! Il regarde entre nous, son visage est un masque de colère, puis il s’en va, bousculant les gens sur son passage.

C’était inattendu.

Ensuite, elle me fait face.

C’est un moment de surprise.

“J’espère que tu n’as pas paniqué. C’est un connard.”

“Il”, dis-je en ramassant mon sac par terre, “n’est pas le premier abruti que je rencontre dans ma vie”.

“Je suis désolé. Il n’aurait pas dû dire ça.”

“Ce n’est pas grave”, dis-je en haussant les épaules. “Mais tu aurais dû lui dire qu’on n’avait pas, euh, couché ensemble.”

“On n’a pas couché ensemble ?” demande-t-elle, un sourire amusé se dessinant sur ses lèvres.

Elle se sent différente. Plus aimable et moins tendue que lors de notre précédente rencontre. Elle est comme l’un de ces secrets qui sont à portée de main, mais qui semblent si loin.

“Pas tout à fait, réponds-je avec un sourire. “Alors, tu viens travailler sur le projet aujourd’hui ?

“Oui, bien sûr”.

Je hoche la tête. “Ce serait super.”

Sam s’approche de moi par le coin de la rue. Il s’arrête net. Il regarde Claire, son expression est celle de l’agacement. Claire le reconnaît en haussant un sourcil parfait.

“Mike, il est temps d’y aller”, dit-il d’une voix sèche.

“Oui, bien sûr”, lui réponds-je, avant de me tourner vers elle. “A plus tard, Claire.

“Bien sûr.”

Une fois que nous sommes hors de portée de voix, Sam saute la question : “Vous le faites tous les deux, n’est-ce pas ?”

Je manque de tomber à la renverse.

“Quoi ?”

“Tu m’as entendu.”

“Qu’est-ce qui te fait penser ça ?”

“Vu la façon dont elle t’a regardé”, dit Sam à voix basse alors que nous passons devant un groupe d’enfants, “il ne lui manquait plus qu’une bave”.

Claire semblait tout à fait normale, même si son attitude froide avait considérablement changé. C’est une nette amélioration.

“C’est exagéré, mon ami”, dis-je en lui ouvrant la porte.

“Même avec les yeux grands ouverts, on est aveugle”, me dit-il.

Je sais que cela n’arrivera jamais. Nous sommes deux personnes différentes, avec des personnalités, des origines et des mentalités différentes. Comme l’huile et l’eau, qui peuvent exister ensemble mais ne peuvent jamais se mélanger.

Nous serons amis, au mieux, mais rien de plus.

*

“Avez-vous un chien ?”

C’est la même chose que la veille. Claire et moi, assis à la table à manger, écrivant nos parts du projet, moi dans mes gribouillages illisibles et elle dans sa calligraphie cursive. Ajoutez à cela un coup d’œil occasionnel à sa superbe personne, et vous pouvez résumer cette merveilleuse soirée pour moi.

Vous comprenez donc pourquoi cette question sur Snuffles est inattendue.

“Oui, c’est vrai. Que s’est-il passé ?”

“Rien, je l’ai rencontré dans le couloir hier soir.”

C’est intéressant. Je me demande ce qu’il a dû faire lors de leur première rencontre.

Il lui a fait peur, j’imagine.

J’aurais aimé qu’elle ne reste pas comme la dernière fois. Alors qu’elle s’apprête à descendre les marches, elle se retourne et me regarde.

“Je suis heureuse que tu sois mon partenaire”, dit-elle sincèrement. “Je n’aurais pas dû te sous-estimer.”

“C’est bon, je suppose.”

“Merci d’être si compréhensif”, dit-elle en se penchant vers moi et en déposant un rapide baiser sur ma joue.

“À demain”, dit-elle en descendant les marches et en se dirigeant vers sa voiture.

Elle s’en va, me laissant sur place. Je fixe la rue et me demande si elle vient de faire ce que je pense qu’elle a fait. Un rougissement embarrassant me monte aux joues tandis que la réalisation s’installe dans mon cerveau confus.

Bon sang.

*

Le lendemain, elle me croise délibérément dans la file d’attente de la cafétéria.

“Asseyez-vous avec moi, s’il vous plaît”, me demande-t-elle.

Mon cœur palpite de joie, il y a de la musique et un orchestre en arrière-plan, mais elle me dit : “J’ai des choses importantes à vous dire.”

C’est dommage.

Mon regard se porte sur Dan qui se tient juste derrière elle. Il hausse les épaules avec nonchalance, ce que je prends pour une approbation.

“Bien sûr, pourquoi pas ?” Je réponds.

Quelques instants plus tard, je me donne un coup de pied au cerveau en réalisant avec qui je vais m’asseoir. Ses amis, plutôt des requins pour moi, m’accueillent avec plus ou moins d’amusement et de ricanements. Elle s’assoit avec ses copines et me fait signe de m’asseoir en face d’elle.

“Mike, voici mes amies”, dit-elle, mais pas aussi joyeusement que je m’y attendais. “Les filles, je vous présente Mike”.

Un silence gênant s’installe à la table tandis que ses amies, toutes les quatre, se demandent ce qui se passe. Finalement, l’une d’entre elles brise la glace.

“Bonjour Mike”, la superbe rousse me salue d’abord avec un sourire légitime, “Je suis Missy”.

“Enchanté, Missy”, dis-je en guise de remerciement. “Mon cousin m’a beaucoup parlé de vous.

“Oh”, dit-elle, un peu surprise. “Qu’est-ce qu’il a dit ?”

“Presque tout ce qu’il y a à savoir”, dis-je. Le sourire qui accompagne mes paroles n’est pas intentionnel, mais je ne peux pas m’en empêcher.

Son visage rougit d’embarras.

“Je… à propos de ça…”

“Ne t’inquiète pas pour ça”, lui dis-je. “Je comprends.

“Qu’est-ce qu’il y a, Missy ?” demande une autre de ses amies.

“Oh, ce n’est rien”, réponds-je à sa place. “C’est juste une blague privée.

“Tu n’es pas aussi asociale que je le pensais”, admet Claire.

Cela fait mal de voir sa personnalité jugée de la sorte en public, mais je ne suis pas étrangère à ce genre de commentaires. Elle se rend compte de ce qu’elle a dit un peu trop tard.

“Elle se rend compte un peu tard de ce qu’elle a dit.

Je hausse les épaules. “Rien que je n’aie déjà entendu. De toute façon, dites-moi de quoi vous vouliez parler ?”

“Il y a quelques petites choses à ajouter à propos de Little Home. Nous devons l’ajuster quelque part entre la partie gestion.”

“C’est possible. Nous pouvons coller quelques pages entre les deux. Je suis un expert en la matière.”

Un groupe s’assoit à la table voisine. On dirait une assemblée informelle de l’équipe de football de l’école.

L’un d’eux dit “Je déteste ce foutu entraîneur”, suffisamment fort pour que toute la salle l’entende.

Claire l’ignore ostensiblement. “Tu crois qu’on peut faire des heures supplémentaires ?”

“Ouais, moi aussi”, répond un deuxième, de manière intrusive. “Qui l’a nommé, bordel ? Il a choisi Nathan plutôt que Kyle. C’est quoi ce bordel !”

“Bien sûr”, réponds-je en faisant de mon mieux pour les ignorer. Je ne peux pas m’empêcher de me sentir sur la défensive quand un de mes amis est mentionné de la sorte.

“Je déteste ces putains de nègres”, dit le premier. “Je vais dire à l’entraîneur de sucer la bite noire de Nate et d’aller se faire foutre ailleurs.”

Ces derniers mots me piquent les oreilles avec une précision stupéfiante, et quelque chose en moi… saute aux yeux. Ce n’est pas tous les jours que je suis confrontée à des remarques racistes. Toute ma vie, on m’a appris à m’opposer à la connerie. Mon père, en particulier, a pris le temps de me le marteler. Mes mains commencent à trembler alors que je sens la rage noire familière bouillir.

Et Claire ?

Elle a parfaitement entendu. Elle me regarde les yeux écarquillés, remarquant pour la première fois que quelque chose ne va pas.

Comment peut-elle rester assise et faire comme si de rien n’était ?

Je ne peux pas me battre. Je ne peux pas faire ça à tante Sherry. Être renvoyée deux fois la même année ne serait pas bon pour ma carrière non plus.

Je me lève brusquement, interrompant leur bavardage et me dirige vers la sortie. Mon appétit est certainement coupé.

Merci à ses amis.

“Mike !” appelle-t-elle.

On dirait qu’elle m’a suivi dehors, mais je ne suis pas d’humeur à l’écouter. Je marche rapidement jusqu’à l’angle du bâtiment. Dès que je l’ai contourné, je me lance dans un sprint complet. Je cours jusqu’à ce que je sois sûr de l’avoir perdue.

Bon débarras.

Chapitre 9

~ Regrets ~

La merde a frappé le ventilateur.

Je n’aurais jamais pensé utiliser cette expression dans ma vie, mais aujourd’hui c’est le cas. En quelques secondes, tout est passé de l’image parfaite à l’erreur la plus totale.

Je n’ai jamais prêté beaucoup d’attention à ce qui se passait à ma table. Il y avait bien quelques bigots, mais avec le temps, j’avais appris à filtrer leurs commentaires. Ce n’était pas quelque chose que je soutenais, juste quelque chose que je n’ai jamais ressenti le besoin de rectifier.

Jusqu’à aujourd’hui.

Il est ami avec Nathan. Bien sûr, il ne voudrait pas entendre un seul mot contre lui. Comment ai-je pu être aussi stupide ? Comment ai-je pu ne pas le voir venir ?

Il s’est juste… enfui. J’ai essayé de le suivre, mais il a disparu.

Je me sens comme une merde.

Le temps que je rentre à la maison, je suis presque en larmes. J’ai gâché quelque chose, et je ne sais pas si je peux le réparer.

“Joyce ?

“Hé, Sweets. Qu’est-ce qu’il y a ?

“J’ai besoin de ton aide.”

“Qu’est-ce qui s’est passé ?”

“J’ai foiré quelque chose de très grave.”

“Parler aide, tu sais ?”

“Je ne sais pas s’il est prêt à parler.” Le dégoût qu’il exprime sur son visage me revient en tête comme des rediffusions douloureuses.

“Tu peux toujours me parler.”

Je lui raconte tout. C’est difficile d’entrer dans les détails, mais je me force à dire tout ce qu’il y a à dire.

“Je ne sais pas pourquoi je n’ai rien dit”, dis-je, la voix brisée, “je sais que j’aurais dû dire quelque chose, mais je n’ai pas pu”.

“Oh là là”, dit-elle.

“Je ne me suis jamais sentie aussi mal.”

Elle ne dit rien pendant que je renifle et que je me mouche dans les mouchoirs.

“Claire, tu me fais confiance ?

“Je ne te dirais pas ça si ce n’était pas le cas.”

“D’accord”, dit-elle en essayant de réfléchir. Puis elle dit : “Alors réponds-moi, et réponds-moi honnêtement : pourquoi ce Mike est-il si important pour toi ?”

“Je ne sais pas”, dis-je à voix basse, “Il a l’air d’être quelqu’un de vraiment bien, comme quand je suis avec toi. Je peux lui faire confiance.”

“Tu penses qu’il est plus important que tes amis ?”

“Je ne sais pas.”

“Oui ou non. Le choisirais-tu plutôt que tes amis ? Il est si bon que ça ?”

Je me souviens de son sourire, de la façon dont il se soucie de ceux qui comptent pour lui, de la façon dont il m’a aidé quand j’en avais besoin sans jamais rien demander en retour. Je me demande si l’un de mes amis aurait fait de même.

“Oui”, réponds-je cette fois.

“Tu as beaucoup de choses à faire, des choses que tu n’as jamais faites auparavant. Si ce n’est pas pour lui, fais-le pour toi. Tu peux le faire ?”

“Je le ferai.”

“C’est ma fille”, dit-elle. Je peux presque voir son sourire encourageant. “Alors voilà ce que tu dois faire…”

*

S’excuser.

Un verbe qui signifie exprimer son regret pour quelque chose que l’on a fait de mal.

C’est une idée complètement étrangère. Pourquoi devrais-je m’excuser alors que je n’ai rien fait de mal ? Toute ma vie, j’ai obtenu tout ce que je voulais. Qui a besoin d’excuses quand je peux le menacer pour qu’il se soumette ? Je n’ai jamais présenté d’excuses à qui que ce soit dans ma vie. Jamais.

Cela va changer.

“Tu dois d’abord t’excuser, Claire, avait dit Joyce. “S’il veut dire quelque chose, tu devras t’excuser.”

“Qu’est-ce que je dois dire ?” J’ai demandé.

“Tu dois y réfléchir par toi-même. Pense ce que tu dis, d’accord ?”

La première étape est de s’excuser.

Mais pour cela, il faut que je mette la main sur lui.

Il arrive en classe juste avant la sonnerie et sort dès le début de la récréation. Il ne regarde jamais dans ma direction.

Comment l’attraper ?

*

“Qu’est-ce que tu fais là ?” s’emporte-t-il.

“Je voulais m’excuser”, plaide-t-il.

Il est chez lui comme je m’y attendais, mais il est vraiment en colère. Son regard est pour le moins condescendant.

“Je sais que tu veux poursuivre ton projet, alors ne fais pas semblant de t’excuser. Nous pouvons terminer le travail et partir chacun de notre côté. Vous n’entendrez plus jamais parler de moi après cela. Pour l’instant, partez.”

“Écoutez-moi pour une fois, s’il vous plaît ?” J’insiste.

“Je ne veux plus rien entendre de ta part.”

Je n’ai pas pu dormir la nuit dernière, repensant encore et encore à mes actes. Comme Joyce l’avait dit, il est temps de changer. J’ai juste besoin d’une chance.

“S’il te plaît ?” J’ai demandé doucement.

Il ne dit rien d’autre, regardant plutôt le sol en bois du patio. Je me déteste de lui faire vivre un tel conflit.

“Je pensais que tu étais quelqu’un de bien, une fille intelligente qui sait faire la différence entre le bien et le mal.

“Je ne les soutiens pas, d’accord ? Je les ignore, c’est tout.”

“C’est une excuse ?” demande-t-il.

“Non”, dis-je. “Ils ne sont rien pour moi.”

“Ce sont tes amis, Claire”, dit-il d’un ton sarcastique.

“Pourquoi es-tu si dure ?”

Il me regarde fixement, sans rien dire.

“Tu ne sais pas, n’est-ce pas ?” dit-il au bout d’un moment. “Tu sais à quel point Nathan a travaillé dur pour entrer dans l’équipe ? Sa famille n’a pas d’argent à dépenser pour son équipement de football, alors il travaille pour payer tout ce que vos amis nourris à la cuillère obtiennent juste en tapant des mains. Il dort à peine quatre heures, se démène toute la journée et garde toujours le sourire à l’école, juste parce qu’il ne veut pas se décharger de ses problèmes sur ses amis”.

Tu vois, j’étais à deux doigts”, dit-il en levant l’index et le pouce, séparés d’à peine un centimètre, “de perdre mon sang-froid et de tabasser tes amis sophistiqués”.

“Va-t’en”, dit-il d’un ton fatigué, “je ne veux pas parler ni entendre tes excuses”.

“Mais…”

“La bibliothèque rouvrira dans deux jours. Nous poursuivrons notre projet à partir de là. Au revoir.”

Sur ce, il referme la porte en claquant la porte.

*

“Encore vous ?” demande-t-il, exaspéré.

“Je veux dire quelque chose et je ne vais nulle part sans le dire.

J’ai réfléchi pendant un quart d’heure avant de frapper à nouveau à sa porte. Il baisse la tête et soupire de défaite.

“D’accord, il accepte.

“Écoute-moi d’abord, et ensuite tu pourras décider par toi-même”, je le supplie doucement. “Je sais que c’était mal, mais je m’y étais habitué. Ce n’est pas une excuse, j’essaie d’expliquer comment les choses se sont passées.

“Je suis désolée… je le suis vraiment”, dis-je sincèrement. “Je ne peux pas revenir sur mes paroles ou mes actes, mais je jure que je ne l’ignorerai pas et que je ne le soutiendrai pas, jamais. Peux-tu me pardonner, s’il te plaît ? Je promets d’essayer de m’améliorer.”

Un petit rire sec lui échappe. “Pourquoi est-ce que j’ai de l’importance ? Pourquoi, tout d’un coup, veux-tu changer ? J’ai du mal à le croire.”

“Je n’ai pas réalisé à quel point c’était grave jusqu’à ce que je te rencontre. Tu étais différente. Tout en toi m’a fait réaliser à quel point ma vie était gâchée. Je me suis sentie déçue le jour où tu es partie, et j’ai su que je devais arranger les choses. S’il te plaît, crois-moi”.

Je sens des larmes sur mes joues, mais je les ignore. Un sourire triste fend ses lèvres et il me regarde, me jaugeant, se demandant si je mens.

“Tu sais, je déteste voir des filles pleurer comme ça”, dit-il en s’avançant vers moi et en essuyant mes larmes d’une légère caresse. “Je veux te croire, mais ça va prendre du temps, d’accord ? Je suis trop bouleversé pour prendre des décisions maintenant.”

“C’est bon ?” Je demande doucement.

“Oui”, dit-il. “Oui, nous sommes presque bien”.

J’ai l’impression qu’un poids énorme s’est envolé de ma poitrine et que je peux maintenant respirer librement. Un sentiment de peur et de misère que je n’aurais jamais cru avoir se dissipe.

“Merci de m’avoir fait confiance.”

“Je te faisais confiance. J’ai juste eu l’impression que tu avais été mal conseillé sur certains points”, dit-il en souriant. “Qu’est-ce qui t’a poussé à t’excuser ? Je ne pense pas que tu aies pris cette décision toute seule.”

“C’est ma cousine”, dis-je en toute sincérité. “Elle est comme une version complètement opposée de moi.”

“Wow.”

“C’est l’une des personnes les plus gentilles que l’on puisse rencontrer”, dis-je fièrement, en remerciant mentalement Joyce pour ses encouragements.

“Elle doit l’être”, dit-il, “pour te faire faire ça”.

Un soudain vertige me fait m’agripper au seuil de la porte. Il me regarde avec inquiétude et pose ses mains sur mes épaules pour me soutenir.

“Tu vas bien ? me demande-t-il avec inquiétude.

“Je me sens juste un peu étourdi”, parviens-je à dire. Toute sa maison tourne devant moi, ce qui me fait secouer la tête, incrédule. “Il se fait tard. Je devrais y aller.”

“Comme ça ?” me demande-t-il. “Tu es sûr de pouvoir conduire ?”

“Oui, c’est sûr”, dis-je en l’accompagnant de mon plus beau sourire.

Je retourne à ma voiture en vacillant, en tenant la portière pour reprendre un minimum de contrôle. Je pense que je vais me reposer un peu avant de conduire. Il est à mes côtés l’instant d’après et m’ouvre la portière.

“Tu peux rester ici, si tu veux”, dit-il. “Tu as l’air très fatiguée.

“C’est bon”, dis-je aussi doucement que possible et je me glisse à l’intérieur pour m’asseoir. “Bonne nuit, Mike.”

“Bonne nuit, Claire”, répond-il, mais il ne recule pas, me regardant plutôt fouiller dans mon sac et mes poches.

“Où sont mes clés ? Je marmonne sous ma respiration.

“Vous les cherchez ?” demande-t-il en faisant tinter les clés devant moi.

“Merci”, m’exclame-je joyeusement en les saisissant, mais il me les retire.

“Tu ne conduis pas, Claire. Tu es malade.”

“Qui êtes-vous pour me le dire ?”

“Ton partenaire”. Il sourit et, mes clés de voiture tournant sur son petit doigt, il rentre dans sa maison en sifflotant un air.

Je soupire de frustration et le suis.

*

“Merci de m’avoir laissé passer la nuit.”

Je me sens encore plus mal qu’il y a quelques minutes, avec un mal de tête fulgurant qui m’empêche de penser. Je ne pense pas pouvoir conduire dans cet état.

“Ce n’est rien.

Il me met un thermomètre sous la langue et se met à préparer le dîner.

“Vous avez de la fièvre”, dit-il en vérifiant le thermomètre, qui indique un peu plus de 100 degrés. “Quand avez-vous mangé pour la dernière fois ?”

“Ce matin, je crois.”

“Et la dernière fois que vous avez dormi ?”

“C’est si évident que ça ?”

“Oui”, dit-il en levant un sourcil critique vers moi, “tu ressembles à un raton laveur”.

“Quoi ?”

“Je plaisante.” Il rit. “Tu as de sérieuses ombres noires.”

“Je n’ai pas dormi la nuit dernière”, dis-je. “J’ai essayé mais je n’ai pas pu.”

“Tu vas te coucher directement après le dîner”, dit-il.

“Je ne peux pas vraiment dormir sans les pilules”, dis-je.

Sa mâchoire se décroche légèrement alors qu’il réfléchit à ce que je viens de dire. Je fais une grimace, mais le mal est fait.

“Pourquoi ?” demande-t-il, complètement choqué. “Pourquoi prendrais-tu des somnifères ?”

“Parce que je n’arrive pas à dormir, génie”, réponds-je.

Il secoue la tête et retourne couper des légumes. Je fixe l’îlot de cuisine en marbre, me sentant mal, morte de fatigue et me demandant si je me repensais maintenant pour quelque péché de mes vies antérieures.

“Parfois, je n’arrive pas à dormir la nuit”, dit-il.

“Que fais-tu alors ? Je lui demande. Ayant déjà vu un échantillon de son cauchemar, son aveu m’intrigue vraiment.

“J’essaie de me souvenir des choses heureuses de ma vie”, répond-il après un certain temps, “des choses qui me font rire. Malgré la tristesse que je peux ressentir”.

“Je ne sais pas si j’ai un seul souvenir de ce genre”, dis-je d’un air morose.

“Il y a eu une fois où papa nous a emmenés jouer au golf”, commence-t-il. “J’étais jeune, j’avais peut-être six ans, alors je n’avais le droit que de regarder. C’était la première fois que maman jouait au golf, mais elle a ignoré les instructions de l’entraîneur et s’est dirigée tout droit vers la zone de frappe.”

Je peux sentir sa joie bouillonner à cette distance. Plus que sa mémoire, c’est la façon dont il dévoile son passé qui retient mon attention.

“Maman a pris le premier élan et le club de golf a volé directement dans le lac. Le deuxième swing a atterri sur le pare-brise de la voiturette de golf, qui a volé en éclats.”

Il rit doucement tandis que les souvenirs jaillissent.

“L’entraîneur a essayé de l’arrêter, mais elle a pris un troisième élan et a frappé ce pauvre type en pleine tête.

Nous finissons par rire ensemble. J’essaie d’évoquer la scène hilarante que cela a dû être.

“Papa l’a taquinée pendant un mois entier, disant qu’il était traumatisé par des rêves de clubs de golf volants. Ses épaules se secouent sous l’effet de l’hilarité, puis s’arrêtent. Mon rire s’éteint lorsque je réalise qu’il n’est pas avec moi.

“C’était une époque heureuse”, dit-il doucement. Mike se dirige vers le réfrigérateur situé à sa gauche et en sort la salade. Je remarque des larmes lorsqu’il se retourne.

“Tu vas bien ?” Je demande, incertain.

“Oh, c’est juste les oignons”, répond-il.

Il ne dit rien d’autre.

*

“Voici le pyjama d’Emma”, dit-il en me tendant un tissu de coton vert, “fais-moi savoir s’il ne te va pas”.

C’est du déjà vu, mais cette fois, j’ai vraiment besoin de repos. Après le dîner, il m’a donné un comprimé pour faire baisser ma température. Je me sens un peu mieux au moment d’aller me coucher, mais je ne suis toujours pas sûre de pouvoir fermer l’œil.

“Claire ?” demande-t-il à nouveau.

“Hein ?” Je me demande ce qu’il a dit. “Tu as dit quelque chose ?”

“Je t’ai demandé si tu avais besoin d’autre chose.”

“Oh non, je ne crois pas.”

“Bonne nuit alors”, dit-il. “Si tu as besoin de quelque chose, je suis dans la chambre voisine. N’hésitez pas.”

“Merci… et bonne nuit, Mike”, dis-je en refermant la porte derrière moi.

C’est du déjà vu.

Chapitre 10

~ Happenings mutuels ~

Je me tourne et me retourne, m’allonge sur le côté et sur le dos, mais le sommeil est une fée insaisissable qui m’échappe à chaque fois. Je me sens lessivée et épuisée. Les événements des deux derniers jours m’ont épuisée. Les drames émotionnels ne sont pas ma tasse de thé, mais ma vie en est pleine.

J’ai été surpris de voir Claire. Elle avait une tête d’enfer. Les cheveux de travers, des taches sombres sous les yeux et une grande fatigue. Je voulais lui dire que tout irait bien, mais je voulais qu’elle la tourmente. J’étais peut-être trop en colère à ce moment-là.

Je ne crois pas qu’une personne puisse changer du jour au lendemain, mais Claire semblait sincère. C’est une personne formidable, mais il lui faudra du temps pour changer. J’espère seulement qu’elle ne fera pas marche arrière ou qu’elle ne perdra pas la foi en cours de route.

Je ferme les yeux et son visage apparaît. Elle pleure et supplie pour des raisons inconnues alors que je me tiens au-dessus d’elle, sans émotion et en colère.

Je me redresse brusquement, me demandant si je pourrai jamais dormir comme ça.

*

“Claire, je commence à détester ce son.”

“Comme ça ?” Elle s’approche et frappe à nouveau à ma porte.

“Oui, comme ça”, je soupire. “Qu’est-ce que tu fais là ?”

“Je n’arrive pas à dormir”, dit-elle. Ses yeux sont grands ouverts et elle a un sourire dément sur les lèvres.

Je parie qu’elle n’a même pas les idées claires.

“Il faut que tu dormes.”

“Je sais, mais je ne peux pas. Tu peux dormir ?”

“Non.”

“Nous ne pouvons pas dormir tous les deux”, s’exclame-t-elle à voix basse, comme si elle venait de découvrir ma quatrième femme en train de se cacher.

Je note mentalement de voler une ordonnance de somnifères.

“Qu’est-ce que tu veux faire ? Je demande, me creusant la tête pour trouver une solution.

“Je propose qu’on casse quelque chose.”

“Non. Ça n’arrivera pas chez moi.”

C’est alors qu’une idée me vient à l’esprit.

“Viens avec moi”, dis-je, et j’attrape sa main.

Jusqu’à aujourd’hui, je n’avais jamais réalisé à quel point cela me manquait. Les week-ends, c’était surtout Emma et moi, tandis que papa et maman préféraient passer du temps ensemble à l’extérieur.

“Où allons-nous ?” demande-t-elle tandis que je la conduis à l’étage.

“Tu verras.

J’ouvre la porte qui donne sur la terrasse. Le ciel nocturne est dégagé, sans aucun nuage.

“Attends ici”, dis-je en me précipitant vers l’armoire à fournitures située juste à côté de la porte.

Je reviens en un temps record et dépose les couvertures sur le sol de la terrasse. Je me précipite à nouveau pour prendre les oreillers et les poser sur les couvertures. Il y a assez de place pour que deux personnes puissent s’allonger côte à côte.

“Nous dormons ici ?” demande-t-elle avec incrédulité. “A l’air libre ?”

“Non, on va juste s’allonger un peu”, réponds-je nonchalamment.

“Tu es folle. Et s’il pleut ?”

“Il ne pleuvra pas.” Je dispose les épaisses couvertures de façon à ce qu’elles ne soient pas inconfortables. Avec le plus profond soupir que j’ai poussé depuis longtemps, je m’allonge sur le dos et j’étire mes jambes.

J’ai du mal à distinguer son expression dans l’obscurité, mais elle finit par acquiescer et s’allonge à côté de moi.

“Au bout d’un moment, elle me dit : “Wow !

Le ciel est parsemé de diamants, chacun essayant d’éclipser son homologue sur le fond de velours. Il est rare de voir un ciel dégagé, et rares sont les personnes qui s’arrêtent pour regarder le paysage au-dessus de leur tête. De minces cirrus sont suspendus au-dessus, éclairés par la lune qui se trouve derrière eux, couvrant le ciel comme un rideau vaporeux.

La vue est époustouflante.

“Voilà le Verseau”, dis-je en montrant le groupe à ma droite. “Il est faible, mais il redeviendra brillant en septembre.

“Je le reconnais. C’est la ceinture d’Orion”. Elle désigne trois groupes plus brillants parmi les innombrables autres.

“Les deux étoiles faibles de l’autre côté forment la tête et l’arc d’Orion.

“Je ne savais pas que l’obscurité pouvait être si… captivante.” Elle étudie le ciel, les yeux grands ouverts, comme un enfant innocent. “Comment ai-je pu rater ça ?”

“Tu n’as qu’à jeter un coup d’oeil autour de toi.”

La brise fraîche de l’été est apaisante, étrangement envoûtante et d’une beauté sauvage. Elle se rapproche, relie nos bras et tient ma main. Elle se sent bien contre moi, à l’aise et en sécurité à l’air libre.

“Merci”, dit-elle doucement.

“De rien.

Je fixe le paysage au-dessus de moi, observant les motifs lumineux qui jouent leurs tours. Je n’ai même pas réalisé au début que Claire s’était endormie profondément. Elle ronfle joliment, un sifflement doux et attachant à la fois. Je renonce à la réveiller et savoure le contact de ses mains. C’est une sensation étrangère à laquelle je commence à m’habituer, mais qui me fait du bien.

“Bonne nuit, Claire”, dis-je en l’embrassant doucement sur le front.

Je m’en veux de l’avoir fait pleurer tout à l’heure, mais une partie de moi me dit que j’ai bien fait. Elle me comprendrait, si jamais elle essayait de le faire.

Pour l’instant, je retourne à l’observation des étoiles.

*

J’inspire, mais je ne reçois que de l’eau dans mes poumons. Je me noie davantage dans les profondeurs de l’obscurité avec un éléphant assis sur ma poitrine. Il me souffle des bulles chaudes sur le visage, me demandant de me détendre alors que je m’enfonce dans ma propre mort.

Je me réveille en sursaut.

J’ouvre les yeux, mais je ne vois rien. Je me rends compte que ce sont des cheveux – des cheveux sur mon visage, mes yeux, mes oreilles et à l’intérieur de mon nez. J’extrais soigneusement les vrilles soyeuses et je prends note de ma nouvelle situation.

Cet éléphant s’avère être Claire. Elle est complètement et désespérément allongée sur moi, rendant la respiration très difficile au fil des secondes. Elle a un bras autour de mon cou, un autre sur ma poitrine et son visage est enfoui dans le creux de mon cou. Alors que le sommeil s’éloigne de mes pensées vaseuses, je commence à sentir d’autres choses pressées contre moi.

Comme ses seins écrasés contre ma poitrine. Et ses tétons qui me piquent à travers la chemise de nuit.

Sans oublier son corps incroyablement doux et incroyablement chaud allongé sur moi.

Attendez. Non, non…NON !

Ah, putain.

Maintenant ma bite est dure, essayant tant bien que mal de se libérer de mon boxer et de mon pyjama. Je suis sûr qu’elle sent quelque chose de dur lui piquer les cuisses.

Je me demande quelle excuse je pourrais lui donner. Le soleil a déjà dépassé l’horizon et elle va se réveiller d’une minute à l’autre. Très lentement, je me tourne sur le côté, prévoyant de coucher Claire et d’essayer ensuite de me dégager de son emprise.

“Mike, arrête de bouger”, marmonne-t-elle les yeux fermés.

Je me fige.

“Il faut que j’y aille”, murmure-je.

“Où ? ” me répond-elle en chuchotant.

Merde, je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait une suite à mon excuse.

“Reste, s’il te plaît”, me supplie-t-elle doucement, “j’aime bien ça”.

“J’ai une… urgence à régler.”

“Ça ?” Elle tend la main vers le bas et tapote doucement ma trique, ce qui me fait presque couiner de stupeur. “Je comprends, et ça ne me dérange pas.”

Est-ce qu’elle vient de…

“Tu as peur ?” demande-t-elle.

J’ai un haut-le-cœur. “Non.”

“Alors qu’est-ce que c’est ?” demande-t-elle en posant une main sur ma poitrine, là où mon cœur est occupé à essayer de s’échapper.

“J’ai peur de… te dégoûter.”

“Hé”, dit-elle en levant les yeux vers moi, ses yeux brillants et clairs, “tu ne me dégoûteras jamais”.

“Tu n’as pas dormi, n’est-ce pas ?”

“J’ai bien dormi, merci”, répond-elle en s’étirant sur moi et en se frottant si tendrement à ma queue. Je profite de cette distraction pour m’éloigner, mais elle me suit.

“Reste”. C’est un ordre.

“Nous avons école.

Elle rigole. “C’est dimanche, imbécile.”

Je ne l’avais pas vu venir.

Elle se lève et se met à califourchon sur moi, plaçant ses mains sur ma poitrine pour me soutenir. Ses cheveux de jais, malgré leur aspect ébouriffé, la rendent encore plus belle en ce début d’aube. L’énergie et le bonheur qui émanent d’elle montrent clairement qu’elle n’est pas du tout fatiguée, contrairement à la veille où elle était prête à tomber raide morte d’épuisement.

“J’ai réfléchi à quelque chose que tu as dit hier soir.”

“Oh, qu’est-ce que c’était ?” Je demande. La moitié de mon attention se porte sur mon aine, où elle se frotte distraitement à ma bite.

“Qu’il faut que je jette un coup d’œil.”

“D’accord… alors qu’est-ce que tu as trouvé ?” Je balbutie alors que de petits soubresauts de plaisir montent de mon aine.

“Quelque chose que je cherchais”, dit-elle en fixant ses yeux dans les miens, “et c’était juste devant moi pendant tout ce temps”.

Elle frotte à nouveau son aine contre la mienne, cette fois-ci en décrivant de petits cercles. L’illusion qu’elle n’est pas consciente s’évanouit. Si elle continue, je vais jouir très fort dans quelques secondes.

“Claire”, commence-je en tremblant. “C’est… inapproprié”.

Elle rit. “Qu’est-ce qui est déplacé ?” Une lueur diabolique s’insinue dans sa voix tandis qu’elle s’acharne.

Je suis sûr que le paradis n’est plus qu’à quelques coups.

“Tu te frottes à moi”, dis-je.

“Tu n’aimes pas ça ?

Je commence par dire “Non”, mais je rétropédale immédiatement lorsqu’elle hausse les sourcils. J’ajoute à la hâte : “Je veux dire oui, mais ce n’est pas bien”.

“Comment quelque chose de si bon peut-il être mauvais ?”

“Claire, arrête. Je vais…”

Elle me fait taire en posant un doigt sur mes lèvres. “Laisse-moi te remercier.”

Je sens mes couilles s’agiter. L’éjaculation dans mon pantalon semble imminente.

“Michael, c’est toi ?”, m’appelle quelqu’un depuis le porche d’entrée.

C’est tante Sherry.

Merde.

Les yeux de Claire s’écarquillent sous le choc et elle s’écroule immédiatement sur ma poitrine.

Notre toit n’a pas de murs d’enceinte, juste une mince rambarde de sécurité construite pour empêcher les gens de tomber. Quelqu’un qui se tenait sous mon porche il y a quelques instants aurait pu voir l’arrière de la tête de Claire et, je prie, rien d’autre.

Le choc initial de Claire disparaît lorsqu’elle réalise qu’elle n’a pas été vue. Un sourire diabolique illumine son visage et elle se frotte à moi avec une vigueur renouvelée.

Je ne sais pas si je dois rire ou pleurer.

“C’est moi, tante Sherry”, réponds-je en la serrant contre moi et en espérant la ralentir d’une manière ou d’une autre.

“Qu’est-ce que tu fais là-haut ? demande-t-elle.

“J’étais juste…” Ma tête tourne alors que mon orgasme menace d’éclater à nouveau. “… regarder fixement.”

Claire ricane doucement et m’embrasse sur la joue, mais n’arrête pas de me baiser. Je place mes mains sur ses hanches et je roule sur elle, ce qui met fin à son contrôle. Je tiens ses mains au-dessus de sa tête avec les miennes pour l’empêcher de manœuvrer à nouveau. Nos visages ne sont plus qu’à quelques millimètres l’un de l’autre et nos souffles chauds s’échangent.

C’est bizarre, mais intime d’une manière que je n’aurais jamais pu imaginer.

“Tu vas bien ? demande ma tante d’un air soupçonneux.

“Je vais bien”, réponds-je à voix haute.

Claire lève les yeux vers moi, la déception assombrissant son visage alors qu’elle se débat contre mon emprise. Elle fait une jolie moue, mais ça ne marche pas.

“Tu peux toujours me parler, Michael”, dit tante Sherry d’un ton compréhensif. Elle pense que j’essaie de lui échapper.

“Elle pense que j’essaie de l’esquiver. Tu es le meilleur !”

“Tu veux que j’appelle le nettoyeur aujourd’hui ?”

Si tante Sherry connaissait ma situation, les nettoyeurs seraient la dernière chose qu’elle aurait à dire. Malgré le fait qu’elle soit maintenue au sol, Claire fait bouger ses hanches. Je presse mon aine contre la sienne, l’empêchant même de le faire. Ses yeux s’écarquillent soudain.

“Non ! Je crie.

“Tu as besoin d’autre chose ? demande encore ma tante, qui ignore tout de l’énigme du toit.

“Non, j’ai les mains pleines aujourd’hui”, dis-je, “je te tiens au courant”.

“D’accord. J’allais sortir me promener. Tu veux venir avec moi ?”

“Je suis un peu occupé. Pourquoi pas demain ?”

Un léger rougissement monte aux joues de Claire. Elle ne se débat plus et j’ai l’impression qu’elle ne s’amuse plus. Je ne sais toujours pas ce qui s’est passé.

“D’accord”, dit ma tante. “A plus tard, Michael.

Je compte dix secondes avant de me tourner vers Claire.

“Qu’est-ce qui t’arrive ?” Je lui demande.

Elle a les yeux fermés, les joues rougies et les lèvres scellées. De si près, elle a l’air très embrassable.

“Claire ? Je demande à nouveau, doucement cette fois.

“S’il te plaît, lâche-moi”, dit-elle d’une petite voix.

Nos hanches sont collées l’une à l’autre, seule une fine barrière de coton soyeux sépare nos sexes. Je recule aussi vite que possible pour m’éloigner d’elle.

“Je suis désolé, je m’excuse, je suis vraiment désolé.

Elle se redresse et s’entoure de ses bras. Ses yeux sont baissés.

“Ce n’est pas ta faute”, dit-elle misérablement. “J’ai paniqué.”

“Je suis vraiment désolée.”

“Je sais”, dit-elle, un sourire triste se dessinant sur ses lèvres. “Tu m’as juste rappelé de mauvais souvenirs.”

Je me sens comme une ordure.

“Je suis désolée de t’avoir fait peur comme ça”, s’excuse-t-elle. “C’est moi qui devrais dire ça.”

Je ne sais pas quoi dire. Elle est à la fois une nymphomane incontrôlable et une victime effrayée.

“Je ne recommencerai plus”, dis-je et je me lève.

“C’est bon ?”

“Oui, mais je pense que nous devons travailler ailleurs jusqu’à ce que le projet soit terminé. On ne peut pas travailler comme ça.”

Elle acquiesce. “Je comprends.

Je me tourne vers le soleil, qui tape maintenant sans pitié sur nous. La matinée est fraîche et claire, comme avant.

Comme je l’aime.

“Tu as faim ?”

“Oui.

“Allez”, dis-je, “Sortons”.

Le Joan’s Café est un plaisir du dimanche.

J’y vais généralement seule. Si l’envie prend mon cousin, il m’accompagne, mais c’est surtout moi qui y vais. Je commande le café habituel, du pain avec les confitures spéciales de la maison et des biscuits. Claire commande un café au lait avec une dose supplémentaire d’expresso.

La propriétaire, Joan Maitland, me connaît très bien et me réserve une place près de la fenêtre. Elle affiche un sourire narquois tout le temps qu’elle prend les commandes de Claire et de moi.

“Autre chose pour votre copine ?” demande-t-elle en souriant.

Je roule des yeux. “C’est ma partenaire de projet, Joan.

Le petit déjeuner nous est servi en trois minutes, j’enfourne mon plat tandis que Claire sirote son café.

“Je peux dire quelque chose ? Claire demande.

“Bien sûr.”

“J’aime comprendre les gens”, dit-elle. “Vous savez… les étudier et essayer de connaître leurs traits de caractère.

Je souris. “Je le savais.

“Est-ce que je suis si évident que ça ?” demande-t-elle, légèrement choquée.

“Parfois, oui, quand tu es trop absorbé pour te soucier d’être vu”, dis-je en souriant. “Quoi qu’il en soit, vas-y.”

“J’ai compris presque tout le monde sauf toi”.

Je ris. “Dois-je être flatté ?”

“Tu caches quelque chose”, dit-elle sérieusement en me regardant dans les yeux, “quelque chose dont tu ne veux pas parler”.

Elle l’a bien compris, celle-là.

“C’est un sujet pour un autre jour”, dis-je, mettant fin à la discussion.

“Je te comprendrai avant”, dit-elle en souriant.

Venant d’elle, cela ressemble plus à un défi.

J’aime les défis.

“Bonne chance.

Chapitre 11

~ Un adieu au passé ~

“Qu’en penses-tu ?”

“Je ne sais pas. Qu’est-ce que tu en penses ?

“J’ai posé la question en premier.”

“Ça n’a pas d’importance.”

C’est angoissant de voir sa carrière déterminée par ses notes, mais c’est la triste vérité. Nous sommes assis à l’extérieur de la salle de Mlle Mahen, attendant de récupérer nos feuilles. Mike a l’air calme, comme toujours, et ne transpire pas.

“Comment peux-tu être aussi détendu ? Je lui demande.

“Devrais-je paniquer ?” demande-t-il en souriant.

“Non”, réponds-je en me remettant à surveiller la porte avec anxiété.

“On a travaillé dur, ça ne devrait pas être trop dur”, dit-il au bout d’un moment.

Il a raison. Nous avons travaillé dur. D’un commun accord, nous avons décidé qu’il valait mieux travailler dans un endroit public. Les choses auraient pu dégénérer chez lui, d’une manière que nous aurions regrettée plus tard. Travailler à la bibliothèque était dans notre intérêt. Il était difficile de ne pas parler d’autres… choses, mais j’ai réussi à rester concentrée tout au long de l’épreuve. Pendant cinq jours, nous n’avons parlé que d’études.

“Lehane, Michael”, appelle l’assistant. “Vous pouvez entrer.

“Moi ?” demande-t-il avec incrédulité.

“Oui, vous.” Elle ajuste ses lunettes et se remet à lire ses documents.

“Sois confiant”, l’encourage-je alors qu’il se lève. Il me fait un sourire crispé et se dirige vers la porte, attendant un instant à l’extérieur. Il frappe deux fois, puis entre.

J’aimerais avoir la capacité d’entendre à travers les murs fermés. La panique s’installe lorsqu’il ne sort pas pendant un quart d’heure.

“Je demande à l’assistante : “Puis-je entrer ? Je demande à l’assistante.

Elle me fixe d’un regard sévère.

“Je crois que je vais attendre ici”, dis-je avec enthousiasme.

Au bout d’une minute exactement, il sort avec un dossier. Il a l’air heureux.

“Qu’avons-nous obtenu ? Je lui demande désespérément.

Il sourit. “On a eu un B moins”.

“Quoi ?” J’ai l’impression qu’on m’a lâché une tonne de plomb dans le creux de l’estomac.

“C’est bien, non ?” demande-t-il, surpris.

“Mais… mais je pensais qu’on aurait au moins un A.”

J’ai envie de pleurer.

“Elle a dit que ce n’était pas si bien que ça, mais qu’elle était impressionnée par nos efforts.”

Je m’assois lourdement sur ma chaise, me demandant si je ne devrais pas me foutre en l’air. Je penche la tête, sentant poindre un mal de tête imminent. C’est bien pire que ce que je pensais.

Le bruit des ricanements me fait relever la tête. Il a un énorme sourire en coin.

“Je t’ai eu”, murmure-t-il.

“Hein ?”

“On a eu un A plus”, dit-il joyeusement en agitant le dossier devant moi.

“Montrez-le-moi ! Je lui arrache le dossier des mains. Je déchire le sceau et j’extrais avec précaution le papier qui contient la clé d’une bourse lucrative. Une lettre sort en premier.

Elle m’est adressée.

Claire Bennet,

Je suis impressionnée, surtout par le sujet que vous avez choisi de traiter. Ayant connu Claudine Marie sur le plan personnel, les détails approfondis de votre biographie et la discussion de son œuvre m’ont impressionné. Rares sont les étudiants qui ont entrepris un projet aussi ambitieux et qui ont réussi à le mener à bien avec finesse. Vous êtes vraiment une exception dans la masse.

Peut-être que la meilleure note possible motivera vos efforts académiques pour en faire plus.

Je vous souhaite le meilleur à vous et à votre partenaire, Michael Lehane.

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués,

Cate Mahen

Wow.

“Alors, c’est ça”, dit-il.

“Quoi ? Je suis trop heureuse pour entendre les choses correctement.

“C’est ici que nous nous disons merci et que nous nous séparons.”

Il ne peut pas dire ça.

“Je commence”, dit-il en s’éclaircissant la gorge. “Merci, Claire, de m’avoir soutenu contre vents et marées. Je ne m’attendais pas à une note aussi élevée, mais…”

Je regarde ses lèvres bouger et il dit que je suis quelqu’un de très gentil et que je réussirai très bien dans la vie. J’ai l’impression que le monde s’écroule autour de moi.

Mike me serre dans ses bras et me sourit. “C’était un plaisir de te connaître.

J’essaie de formuler des mots, mais ils ne sortent pas.

“Tu veux dire quelque chose ? demande-t-il.

“Je… tu es fou.”

“Quoi ?”

“Tu es fou !” Je crie.

L’assistante se racle la gorge. Je me retourne et je le trouve vraiment amusé.

“Vous êtes fou ?” Je lui demande.

“Écoutez-moi…”

“Non, c’est vous qui m’écoutez ! Je crie presque, ce qui pousse l’assistante à s’éclaircir la gorge à nouveau. “Vous avez dit que tout…

Il me fait taire en posant un doigt sur mes lèvres.

“Taisez-vous”, dit-il, “je n’ai pas encore fini”.

Il m’emmène à l’extérieur du bâtiment. Je crois que j’ai des larmes sur les joues. Je jure que je n’ai pas autant pleuré depuis mon premier jour au jardin d’enfants.

“Je veux que nous recommencions à zéro”, dit-il. “Tu ne me connais pas et je ne te connais pas. Tu peux faire ça ?”

“Pourquoi ?”

“Je t’en veux encore pour ce jour-là. Nathan n’arrête pas de me demander pourquoi je suis une mauviette et pourquoi je m’excuse tout le temps auprès de lui. Je veux mettre ça derrière nous. Je veux prendre un nouveau départ. Tu comprends ?”

“Oh…”

Il lui tend la main. “Bonjour, je suis Michael Lehane.”

Il sourit et je l’accepte en tremblant.

“Je suis Claire Bennet.”

J’étouffe à peine le reniflement qui s’ensuit.

“Pourquoi pleures-tu, Claire ?”

“Je croyais que tu me détestais toujours.”

“Nous venons de nous rencontrer.” Il sourit. “Comment puis-je te détester sans te connaître d’abord ?”

J’essuie mes larmes et je croise son regard. Il est gentil, compréhensif et compatissant, comme je l’avais imaginé.

“Je suis désolée, Michael. J’avais de la poussière dans les yeux.”

“Tu mens.”

Je souris. “D’accord, j’ai été émotive à propos… d’une chose du passé.”

Il essuie mes larmes, comme la première fois il y a quelques jours.

“Il y a un dicton. Voulez-vous l’entendre, Claire ?”

“J’aimerais beaucoup”, ma voix se brise.

“On dit qu’hier est de l’histoire, que demain est un mystère, mais qu’aujourd’hui… est un cadeau”, dit-il en prenant ma main en souriant et en la serrant doucement dans la sienne. “C’est pourquoi nous l’appelons le présent.

Ma chance de faire quelque chose de bien, de laisser toutes les choses derrière moi dans le passé – c’est ça. Il est ma chance.

“Merci, Michael. Je me sens mieux.”

“A moins que vous ne soyez ma tante, j’aimerais qu’on m’appelle Mike. Ce n’est pas négociable.”

Je souris. “D’accord, alors, Mike c’est ça.”

“Maintenant”, dit-il en jetant un coup d’œil à sa montre, “je me demandais si nous pouvions manger quelque chose pour le déjeuner. J’ai faim…”

Le premier jour où Mike me présente à ses amis, leurs yeux s’écarquillent.

Moi, Claire Bennet, la garce prétentieuse et la riche snob serait assise avec eux.

Je fais de mon mieux pour me cacher derrière Mike, mais c’est impossible. Je fais bonne figure, mais la panique me ronge de l’intérieur. S’ils me rejettent, ma réputation en prendra un coup.

Mike regarde ses amis avec inquiétude. “On est ensemble maintenant, je me demandais si elle pouvait s’asseoir avec nous.”

Silence absolu.

“Je le savais”, dit enfin Nathan.

Son cousin acquiesce naturellement, tandis que Nathan hausse les épaules avec nonchalance. Nina et Sam trouvent quelque chose de très intéressant dans leurs assiettes, peut-être une nouvelle espèce de spaghetti. Ils refusent tout simplement de nous regarder.

“Alors ? Mike demande à nouveau, se demandant ce que signifie leur silence de pierre.

Sam et Nina chuchotent quelque chose d’urgent, comme s’il s’agissait d’une information confidentielle. Finalement, elles se tournent vers nous, leur discussion privée s’étant terminée dans une impasse apparente.

“Je vais poser une question”, dit Nina.

“Quelle question ?”

“Depuis combien de temps faites-vous l’amour ?”

Cette question n’a pas été posée à voix basse. Toutes les oreilles présentes dans la cafétéria ont pivoté vers nous. Je sens mes joues s’échauffer.

“N-non !” J’insiste en constatant que Mike n’a pas la langue dans sa poche. “On n’a rien fait de tout ça.”

“Nina pousse un cri de joie. Sam grommelle et pose un dollar sur sa paume tendue.

“Qu’est-ce que c’était ? lui demande Mike.

“Vas-y, loser”, dit-elle à Sam. “Dis-le.

“Euhhh…” Sam s’arrête, cherchant la meilleure façon de formuler sa pensée : “J’ai parié avec Nina que Mike et Claire baisaient ensemble.”

“Quoi ?” Mike hurle, faisant écho à ma pensée.

“Apparemment, j’avais tort”, soupire-t-il.

Le coin des lèvres de Nina se retrousse en un sourire. “Ça ne nous dérangerait pas du tout que Claire s’assoie avec nous”.

“Merci les filles”, dit-il en s’asseyant.

Je lui emboîte le pas et m’assois à ses côtés. Il prend ma main sous la table et la serre de manière encourageante.

Nina murmure à nouveau quelque chose à Sam, mais il secoue vigoureusement la tête.

“Je ne peux pas”, gémit Sam, presque suppliant. “Je n’ai pas d’argent.

Nina sourit. “Nous appellerons cela un paiement différé.”

“Alors”, nous dit-elle, cette fois avec un large sourire, “je me demandais si vous vous étiez au moins embrassés tous les deux… ?”

*

Quitter mon ancien cercle a été difficile.

Je me demande souvent si j’ai pris la bonne décision. J’ai toujours eu l’impression de faire partie de la foule que tout le monde connaissait, que tout le monde vénérait. C’était comme un statut de Dieu autoproclamé à l’école. Il est difficile de quitter quelque chose qui fait partie intégrante de votre vie depuis aussi longtemps que vous vous en souvenez. Il est vrai que je connaissais bien la politique enfantine, les ragots et le yada-yada qui s’y rattachent.

Quand je regarde Mike, tous mes doutes disparaissent comme un nuage de fumée. Je sais que j’ai fait le bon choix.

“Alors, tu es assis avec eux”, dit Missy. C’est plus une déclaration qu’une remarque.

“Oui.

Le couloir grouille de monde, et presque personne ne nous remarque dans ce brouhaha. Elle regarde autour d’elle, un conflit inconnu évident dans ses yeux.

Lorsque j’ai commencé à m’asseoir avec Mike, les moulins à rumeurs ont commencé à fonctionner. Certains de mes anciens “amis” ont essayé de m’en dissuader, tandis que je hochais la tête, comme si j’étais d’accord avec chacun de leurs points stupides.

“J’aimerais avoir le courage de faire quelque chose comme ça”, dit-elle tristement.

“Notre table est à deux pas de la vôtre”.

Elle sourit tristement.

“J’aimerais que ce soit aussi facile.”

*

Je ne sais pas ce que Mike pense de moi.

Je sais que je l’aime bien. Je lui fais confiance et j’ai envie d’être avec lui. Il est probablement la seule personne pour laquelle j’ai vraiment ressenti quelque chose. Ce n’est pas un béguin. C’est un désir.

Lui, en revanche, me tient à distance. Comme s’il avait peur.

De quoi, je ne sais pas.

“C’est à ça que servent les rendez-vous !” hurle Joyce au téléphone.

“Joyce, il ne m’invitera pas à sortir”, réponds-je misérablement. “Je le sais, c’est tout”.

“Tu me l’as déjà dit, idiote. Tu devrais l’inviter à sortir”.

“Moi ?”, je demande avec incrédulité. “Je n’ai jamais eu de vrai rendez-vous, oublie que je lui demande de sortir avec moi.”

“De quoi as-tu peur ?”

“Je ne sais pas. Je ne veux pas le pousser, je suppose.”

“Chère cousine”, dit-elle exaspérée, “il ne te refusera pas. Vous pouvez me le demander par écrit.”

“Et s’il le fait ?”

“Il n’a aucune raison de le faire. Dis-m’en une, et je n’insisterai pas sur ce sujet.”

“…”

“C’est ce que je pensais”, poursuit-elle. “Maintenant, quel serait le meilleur moment pour lui demander ?”

“Umm…”

“Tu as dit un jour qu’il restait chez lui le week-end”, poursuit-elle. “Tu l’inviteras à sortir demain matin.

“Mais…”

“C’est ma fille !”, lance-t-elle joyeusement. “Appelle-moi demain quand tu l’auras invité à sortir. S’il est d’accord, et je suis sûre qu’il le sera, nous définirons la suite de notre plan.”

“Qu’est-ce que…”

“Au revoir, Sweets ! Je t’appelle demain”, chante-t-elle.

“Attends, Joyce, je…”

Elle m’avait déjà raccroché au nez.

Cela ressemble plus à une tornade qui laisse le chaos derrière elle. Je me tiens la tête, paniquée, me demandant quoi faire.

Je n’ai jamais demandé à quelqu’un de sortir avec moi. C’est toujours l’inverse : les gars m’invitent à sortir et se font refuser.

Mike, veux-tu sortir avec moi ?

Je suis trop exigeante.

Mike, que dirais-tu d’un rendez-vous ?

Trop insensible.

Mike, embrasse-moi !

Je vois déjà ses yeux sortir de leurs orbites.

Pourquoi suis-je si agitée ? Je suis une fille belle et sûre d’elle.

Je peux le faire.

Je l’espère.

Chapitre 12

~ Begin Again ~

Les rues sont vides. Seules quelques personnes se dandinent avec des regards déterminés, désespérées de perdre quelques kilos de graisse.

J’ai beaucoup réfléchi à mon avenir ces derniers temps.

Rejoindre les forces armées spéciales était mon rêve. Je n’ai pas pu rejoindre l’unité d’élite de la Garde Noire, car il s’agit d’orphelins triés sur le volet, mais je suis toujours éligible pour l’Unité Spéciale des Forces Terrestres. Si je réussis leurs tests et que je me qualifie pour une division à l’étranger, ce sera la chance de ma vie.

La discipline n’a jamais été un problème. Ces deux dernières années, je me suis imposé une discipline. Il faut juste que j’annonce la nouvelle à ma sœur en douceur, parce qu’elle va péter les plombs si elle apprend cette nouvelle.

Et Claire ?

Je n’y ai pas beaucoup réfléchi, mais je suppose qu’elle me soutiendra.

Concentré sur les quelques mètres qui me séparent de moi et sur les pensées qui tournent dans ma tête, je remarque à peine le coureur qui me percute de plein fouet. Il a de la chance, car j’ai amorti sa chute.

Ce n’est pas mon cas.

J’atterris brutalement sur le dos, chassant l’essentiel de l’air de mes poumons. Le peu qui reste est expulsé par le poids de la personne qui atterrit sur moi.

Monde cruel un, Michael zéro.

Étonnamment, il ne fait même pas l’effort de se relever.

Le sonovabitch.

“Oh mon Dieu, je suis vraiment désolé !”

Je n’ai plus d’air dans mes poumons. Je ne vois même plus rien. Mon cœur bat comme un tambour psychotique. J’essaie d’aspirer le plus d’oxygène possible avant de m’évanouir.

“Mike ?

Il est impossible qu’un homme ait une voix aussi douce.

“Allez, debout ! Lève-toi !” Elle me tend la main.

J’ai retrouvé un peu de ma vision. Le ciel du petit matin est d’un bleu étonnant. C’est drôle comme je n’avais jamais remarqué un paysage aussi époustouflant, un peu gêné par le visage inquiet de Claire.

“L’herbe est beaucoup trop confortable”, dis-je paresseusement.

Claire me sourit, m’aveuglant momentanément avec ses dents d’une blancheur éblouissante. Elle réfléchit un instant avant de s’asseoir sur l’herbe à côté de moi.

“Bien sûr que oui”.

Je m’allonge sur le sol, admirant le paysage au-dessus et à côté de moi.

“Alors, quand as-tu commencé à rencontrer des gens ?”

Elle me donne un léger coup de poing sur le bras. “C’était un accident.” Elle fait une pause. “Tu as l’air d’être à la fin du monde aujourd’hui.”

Cela me fait rire. “Je suis sûre que ce n’était pas si grave.”

“Si tu ne peux pas voir devant toi, alors je parierais que ça l’était.”

“Quand avez-vous commencé ces courses matinales ?”

“Il y a environ un an. Une fille doit se maintenir en forme, vous savez.”

Et ça se voit.

Je reste allongée encore un moment à admirer le ciel matinal, les arbres, les oiseaux, les…”.

“Mike ?”

“Hmm ?”

“Qu’est-ce que tu fais ce vendredi ?”

La question a été si rapide que je dois la repasser dans ma tête. Une fois que j’ai compris, un sourire involontaire se dessine sur mon visage.

“Tu me demandes de sortir avec toi ?”

“Maaybeeee.”

Voyons, je n’ai rien d’autre à faire que de me morfondre dans la maison vide, de regarder un film, de préparer mon dîner et peut-être même de peaufiner mes ennuyeux devoirs. Je me lève le premier, je l’aide à se lever et je prends le temps de dépoussiérer mon pantalon pour y réfléchir. Nous sommes amis depuis un certain temps. Un rendez-vous anodin ne devrait pas poser de problème.

Elle me regarde avec impatience, les lèvres pincées. Quelques mèches de ses cheveux soyeux se sont égarées, lui donnant un air dévergondé, et sa peau normalement pâle est rougie par ses récents efforts.

J’en suis certaine.

Même les chevaux sauvages ne peuvent pas m’empêcher de sortir avec elle.

“Nous avons un rendez-vous.

Elle illumine ma journée avec un autre sourire éblouissant.

“Merci !”

Avant que je puisse faire quoi que ce soit, elle se dresse sur la pointe des pieds, m’embrasse sur la joue, se retourne et s’en va en trottinant. Je reste debout, maladroit, à caresser ma joue qui me brûle encore dix minutes plus tard.

Le vendredi, c’est l’enfer.

“Laisse tomber ces vêtements noirs. Tu es quoi, une gothique ?” Ma cousine regarde d’un air désapprobateur le tee-shirt que je lui présente pour l’inspecter. C’est le cinquième vêtement consécutif rejeté sans le moindre respect.

“Le noir, c’est classique, mon frère. Je le porte chaque fois que j’ai un doute”.

Il secoue la tête avec dégoût.

“Pas étonnant que tu sois resté célibataire”, murmure-t-il en fouillant dans mon armoire avant d’en ressortir un vieux vêtement que je n’ai jamais porté.

C’est une chemise boutonnée bleu foncé, un cadeau de maman pour leur anniversaire de mariage.

“Il me dit avec une sorte de satisfaction béate que je ne comprends pas : “Tu veux bien regarder ça ? “Un trésor sous tout ce fatras.”

“Hé !”

Une minute plus tard,

“Maman serait si fière.”

“Tais-toi.”

Je dois admettre que je n’ai jamais été aussi beau parce que la chemise s’adapte parfaitement à mon physique, contrairement à ma marque préférée de vêtements amples.

“D’accord, je dois y aller. Bye.”

“Ne gâche pas tout en essayant d’être quelqu’un d’autre”.

Je roule des yeux. “Oui, papa. Ferme ma maison à clé en partant.”

Je sors de chez moi aussi vite que possible. Le temps est clair et parfait pour ce que j’ai prévu, alors je prends ma voiture et me dirige vers notre point de rencontre.

Claire m’a donné rendez-vous dans un café près de chez elle. C’est un quartier chic, situé dans la zone aisée de notre ville. Je lui ai dit que je pouvais venir la chercher chez elle, mais elle a insisté. Une partie de moi pense qu’elle est gênée par quelque chose.

J’espère que ce n’est pas moi.

Je gare ma voiture à bonne distance et j’en sors. Je ne toucherais jamais à la BMW de mon père, mais il n’est pas là pour m’en empêcher. J’ai pris la liberté de la nettoyer de fond en comble et de l’utiliser pour moi lors d’occasions spéciales, comme celle-ci.

Je ne l’ai même pas reconnue au premier coup d’œil.

Une robe noire d’une seule pièce orne son corps, la jupe atteignant à peine ses genoux. Elle laisse ses jambes toniques ouvertes à mon regard. Je réalise que c’est la première fois que je la vois porter autre chose que son jean moulant.

Un léger maquillage souligne ses traits. Seules ses lèvres, qui contrastent avec sa peau claire, sont peintes d’un rouge à lèvres rouge foncé.

“Fermez la bouche. Elle sourit.

“Tu es belle”, ma voix n’est qu’un croassement odieux.

“Eh bien, merci !” s’exclame-t-elle en faisant une petite révérence. “On y va ?”

Elle me tend sa main douce. Je l’accepte volontiers et la conduis jusqu’à ma voiture.

Je pense que je dois être l’adolescent le plus heureux du monde.

Je l’emmène à la fête foraine d’été qui vient d’ouvrir sur la plage, remplie de couples comme nous, sortis un vendredi soir. Notre conversation est plus passionnante que les attractions elles-mêmes. Nous parlons de tout et ne manquons pas de sujets. Même le silence entre nous est confortable.

J’apprends aussi qu’elle est une très mauvaise tireuse.

“Elle s’écrie désespérément après sa troisième et dernière tentative d’atteindre les petits extraterrestres en mouvement. Elle veut vraiment cette peluche blanche et duveteuse, mais avec un objectif d’une telle précision, ce serait presque impossible.

Le jeu est prévisible. En y regardant de plus près, les jouets aliens suivent un ‘P’, un ‘O’ et enfin un ‘Z’.

“Ce jeu est truqué”, s’indigne-t-elle.

“C’est faux, ma belle”, rétorque le gardien, tout heureux de son petit gain.

“Tiens, laisse-moi essayer”. Je tends au gardien suffisant deux autres dollars.

Je rate le premier.

“Échauffement”, murmure-je à Claire qui ricane.

Au deuxième et au troisième essai, je fais sortir les extraterrestres de leurs gonds, alors que le Carney a toujours ce sourire idiot sur le visage.

Je lui renvoie la balle.

Je ramasse le nounours bleu perle pour Claire et la licorne blanche pour Breanne pour mes deux tirs réussis.

“Merci. Son sourire me transforme en une bouillie chaude et gluante.

Nous sortons de la fête foraine pour nous rendre sur la plage, un cornet de neige à la vanille dans sa main. Je décline la douceur sucrée, feignant une sensibilité aux plats très froids. Je dois m’inscrire à un camp d’entraînement après quelques mois. Faire attention à ce que je mange maintenant me sera d’une grande aide.

“Je ne me souviens pas m’être autant amusée”, gazouille-t-elle entre deux léchages. Je suis fasciné par la vue de sa langue rose qui s’élance pour lécher le cône de neige.

“Moi non plus”, dis-je, en utilisant ce qui a dû être la meilleure réplique qui ait jamais existé pour les hommes.

Nos chaussures en bandoulière, nous marchons main dans la main sur la plage. Le sable est frais entre mes orteils et l’air frais de la nuit est à peine une caresse sur ma peau. Le doux bruit des vagues qui se brisent sur le rivage ajoute une sérénité tranquille à cet endroit magnifique. Nous nous éloignons du bruit de la fête foraine, chacun absorbé dans ses propres pensées.

Nous nous approchons d’un groupe de rochers au milieu des vagues, dont les bords déchiquetés semblent délaissés sous le clair de lune. Nous grimpons sur les rochers, là où ils rencontrent la mer, et nous nous asseyons.

“C’est beau, n’est-ce pas ? demande-t-elle.

“Oui”, réponds-je, tout aussi fasciné. “Je pense que je pourrais rester ici pour toujours.

À ce moment-là, une vague particulièrement forte s’écrase sur le rocher, aspergeant nos pieds d’eau de mer chaude. En se retirant, l’eau laisse une légère sensation de chatouillement qui la fait rire. Le son est beau et insouciant.

“Mike ?

“Hmm ?”

“Je veux dire quelque chose.”

“Vas-y.”

Elle regarde ses pieds, se concentre, avant de commencer : “J’ai eu une enfance très difficile. Bien que je sois née avec une cuillère en or, je n’ai jamais eu de parents qui m’aimaient. Mon frère, le seul qui me comprenait, est mort il y a quelques années.”

Je sens la douleur affleurer, mais sa voix est neutre. Je sais qu’elle ne cherche pas la sympathie. Elle veut juste que je l’écoute, que je la comprenne, que je comprenne ce qu’elle vit. Je prends sa main dans la mienne et lie mes doigts aux siens, l’encourageant à continuer.

“Tous mes amis essaient de m’utiliser. Ce sont tous des imposteurs. J’ai même essayé de me suicider une fois.” Son emprise sur ma main se resserre douloureusement à mesure que le souvenir refait surface. “Mais je m’en suis remise. Ma cousine Joyce m’a sauvé. Au fil des ans, j’étais devenue cynique, je détestais tout le monde et je me détestais moi-même. Je ne croyais plus que le bien pouvait exister.”

Elle me regarde, un sourire triste colorant son visage. “Puis tu es arrivé et tu m’as prouvé que j’avais tort. Tu es le meilleur homme au monde avec qui je puisse rêver d’être.”

Elle pose sa tête sur mon épaule, tandis que je l’entoure d’un bras protecteur. C’est probablement la première fois qu’elle révèle autant de choses sur elle-même à quelqu’un d’autre que son cousin.

Je me demande comment détourner ses pensées.

“Tu te souviens de ton défi ? Je lui demande.

“Défi ?”

“Que tu me découvres un jour”, dis-je, “avant le bon moment”.

Elle me regarde. “C’est difficile d’étudier un sujet comme vous.”

Je regarde les vagues qui s’écrasent sur le rivage. La scène n’a pas changé, comme si le temps l’avait figée.

“Qu’est-ce que tu vois ?

“Je vois de la tristesse”, dit-elle lentement. “C’est quelque chose qui te rend encore triste, et je pense que c’est la même chose qui t’a fait mûrir en avance sur ton temps.

“Mes parents sont morts il y a deux ans”, dis-je.

“Quoi ?

Incrédulité, choc, tristesse – c’est incroyable comment elle combine toutes ces émotions en un seul mot. Je ne dis rien d’autre, je la laisse digérer le fait. Ce n’est pas tous les jours que je révèle mon passé.

“Mais, le premier jour où nous nous sommes rencontrés, tu as dit que…”

“- qu’ils ne reviendraient pas de sitôt”, je complète ses pensées.

Je suis sûr que son cerveau fait des heures supplémentaires pour assembler les pièces manquantes de mon puzzle.

Tout doit s’emboîter parfaitement maintenant.

“Je suis désolée. Je n’aurais jamais pu le deviner”, dit-elle après quelques instants, et me serre contre elle. C’est réconfortant d’avoir quelqu’un qui vous serre dans ses bras pendant que vous confessez votre horrible passé. Personne n’a jamais fait ça pour moi, pas même ma sœur.

“C’est bon. Tante Sherry, Dan et Claudine m’ont permis de rester saine d’esprit pendant tout ce temps”.

“Comment as-tu pu être aussi calme après tout ça ?”

“C’est une longue histoire.”

“Raconte-moi.”

Je respire profondément. “Mes parents et moi nous sommes disputés. Ils voulaient que je fasse quelque chose, et je voulais tout sauf ça. Nous avons traîné pendant une semaine jusqu’au jour de leur anniversaire de mariage. Nous étions tous dans la voiture lorsque le camion-citerne nous a percutés. En un instant, tout ce que je savais s’est envolé. Pour toujours”.

Une déglutition difficile n’aide pas à soulager le nœud dans ma gorge. Elle me serre plus fort dans ses bras, sans rien dire pendant que je continue.

“Nous n’avons même pas beaucoup parlé cette semaine-là, à part reconnaître l’existence de l’autre. J’ai même dit que je les détestais et que je ne verrais plus jamais leurs visages une fois que j’aurais terminé l’école… J’aimerais juste pouvoir leur dire que je les ai beaucoup aimés une dernière fois. Quand je me suis réveillé du coma, je me suis promis de ne plus rien faire que je puisse regretter à ce point.

“C’est un sentiment étrange, ce regret. Même quand vous pensez l’avoir surmonté, il s’abat sur vous avec vengeance.”

“Je suis tellement désolée”, murmure-t-elle.

“Ne le sois pas.”

Elle ne dit rien d’autre, mais me prend dans ses bras tandis que je ramasse les morceaux épars de mes pensées.

“Ma sœur… elle ne veut même plus voir mon visage maintenant.” Un petit rire sec et sans humour s’échappe de ma gorge. “Elle dit que je suis un rappel douloureux de papa.”

Les souvenirs de ce genre ont cessé de faire souffrir. Tout ce qui reste, c’est une douleur sourde chaque fois que je me remémore les événements d’il y a deux ans. C’est difficile de s’en remettre, mais je fais de mon mieux.

“Je me souviens de quelque chose que quelqu’un a dit”, dit-elle. Un léger sourire se dessine sur ses lèvres. “Vous savez, alors que je me sentais pathétique et au plus bas de ma vie, un homme est venu me voir et m’a dit une chose merveilleuse.

“Qu’est-ce que c’était ? Je demande, vraiment curieux.

“Hier est de l’histoire ancienne, et nous devrions vivre pour aujourd’hui.”

Cela m’a fait sourire. Elle s’en souvient.

“Il faut que tu laisses tomber, Mike”, dit-elle doucement. “C’est mieux ainsi. Tes parents ne voudraient pas voir leur fils aussi malheureux. Ils savaient que tu les aimais malgré ce que tu disais.”

“Probablement”, je le concède.

“Probablement ?”

“D’accord… oui, ils savaient et ne voudraient pas me voir dans cet état.”

Elle m’embrasse doucement la joue. “C’est beaucoup mieux.”

Je me sens en sécurité ainsi, réconfortée par quelqu’un qui a vécu une vie similaire à la mienne. Elle me comprend d’une manière que ma propre famille ne pourra jamais faire. Nous restons assis dans le silence pendant un certain temps. Même si j’aurais aimé dormir ici, j’ai la responsabilité de m’assurer que Claire est en sécurité dans sa maison.

“Allez, Claire”, dis-je à contrecœur, “il est temps d’y aller”.

Elle fait la moue, et je suis très tenté de revenir sur ma décision.

“Je souligne qu’il se fait tard.

“Nous viendrons ici une autre fois, alors ?” demande-t-elle innocemment.

“C’est une bonne façon de m’inviter à sortir”, dis-je.

Elle rit. “C’est parce que je sais que tu ne vas pas le faire.”

“J’adorerais te demander de sortir avec moi.”

“Alors demande.”

Ma gorge se dessèche en un instant.

Elle s’esclaffe. “Tu vois ce que je veux dire ?”

Nous descendons des rochers. Alors que je l’aide à descendre, une impulsion soudaine me prend. Je me racle la gorge et lui fais face. Elle lève les yeux vers moi, attendant que je continue.

“Alors, Claire… je me demandais si tu aimerais, tu sais, sortir avec moi pour un… rendez-vous ?”

Elle éclate à nouveau de rire. Je sens un rougissement gênant envahir mes oreilles et mes joues.

“Qu’est-ce qui te fait si peur ? demande-t-elle. “Tu es si sûr de toi, mais tu hésites à demander à une fille de sortir avec toi.

“Je suppose que j’ai besoin d’un peu plus d’entraînement”, réponds-je avec insolence. “Et alors ?

Elle se rapproche, passe son bras autour de mon cou et me tire jusqu’à ce que nos visages soient à quelques millimètres l’un de l’autre. De si près dans l’obscurité, ses yeux gris doux sont envoûtants, déterminés, mais effrayés. Alors que ses lèvres s’approchent de moi, je réalise.

Elle va m’embrasser.

CLAIRE va m’embrasser !

Avant même que je m’en rende compte, nos lèvres se rencontrent, douces et hésitantes. D’instinct, je l’attire plus près de moi, collant nos lèvres l’une contre l’autre. Je me perds dans cette sensation de douceur et de chaleur. Je tire doucement sur sa lèvre inférieure et la suce. Elle gémit, enroule ses doigts dans mes cheveux et m’attire vers elle pour un baiser plus profond.

Mes mains, avec une volonté propre, parcourent son dos. Je soupire de contentement tandis que son corps se frotte doucement contre le mien, ses seins doux contre ma poitrine et l’odeur chaude de son parfum infusant mes sens.

C’est si parfait, si beau, si… bien.

Malheureusement, le baiser dure si longtemps que je ne remarque pas que mes poumons réclament de l’air. Nous nous séparons à contrecœur, nos lèvres produisant un léger “pop” lorsqu’elles se séparent. Elle enfouit son visage dans ma poitrine.

“Et ça, c’est un oui ? demande-t-elle.

“Wow.”

Nous nous serrons l’un contre l’autre, profitant de la chaleur et de la tranquillité de la compagnie.

“Alors, c’est comme ça d’embrasser quelqu’un”, dit-elle au bout d’un moment.

“Je… c’était une première pour moi aussi.”

Elle lève les yeux vers moi et sourit. “Nous sommes sur le même bateau, alors”.

Chapitre 13

Nous nous embrassons pendant un bon quart d’heure, chaque baiser devenant plus féroce et plus désespéré que le précédent.

C’est bien, mais ce n’est pas assez.

J’en veux plus.

“Nous sommes en retard”, murmure-t-il à nouveau à contrecœur. “Ma tante va faire des siennes si elle apprend mes activités nocturnes.”

“Allons chez toi alors.”

Il déglutit. “Tu es sûr ?”

“Eh bien, quelqu’un veut jouer”, je le taquine en passant une main sur le bourrelet évident de son jean. Il recule sous l’effet du contact illicite.

“Tu es vraiment un imbécile”, dis-je en riant.

Il retrouve très vite son calme. “Ok, appelle quelqu’un de chez toi et dis que tu restes et… tout ce que tu veux”.

J’ai déjà fini d’envoyer un message avant qu’il n’ait pu terminer ses mots. J’attrape sa main et je fonce vers sa voiture.

“Viens, j’ai besoin d’une inspection plus approfondie de tes cadeaux.”

Le trajet jusqu’à sa maison est plein d’impatience. C’est comme si le temps avait ralenti, rendant le court trajet incroyablement torturé. Nous nous embrassons encore pendant les feux rouges, ne réalisant même pas que le feu passe au vert jusqu’à ce qu’un conducteur klaxonne furieusement derrière nous.

Il ouvre les portes de son garage bien avant que nous soyons en vue de la maison et gare la voiture en faisant crisser les pneus. Je ne sais pas comment nous avons traversé la maison, mais nous nous sommes retrouvés sur son lit, dans un amas de bras et de jambes entremêlés. Mes mains sont partout à la fois, comme si c’était la fin du monde et que j’avais trop peu de temps à y consacrer.

“J’ai une idée folle”, dis-je en me retirant du baiser.

“Quoi ?”

“Allons sur le toit”.

Il sourit.

“J’aime ta façon de penser.”

Nous nous précipitons dans les escaliers, en faisant attention à ne pas faire trop de bruit. Il installe les couvertures et les oreillers sur le toit. Je le pousse sur le dos dès qu’il a fini.

“Doucement”, dit-il, mais j’avale ses paroles en l’embrassant.

Je ne me suis jamais sentie aussi… dévergondée, aussi avide du contact de quelqu’un. Comme si une digue s’était rompue quelque part en moi, m’emportant avec son flot. C’est la seule chose que je ne regretterai jamais d’avoir faite dans ma vie.

Il roule sur moi et me tient les mains au-dessus de la tête, me contrôlant efficacement. Comme la dernière fois.

“Ralentis, on ne va nulle part”, dit-il en me souriant. J’essaie de trouver une excuse, mais je me rends compte qu’il a raison. Nous haletons tous les deux comme des chiens en chaleur.

“Il enfouit sa tête dans le creux de mon cou, me donnant des frissons de choc en me caressant la peau.

Son corps chaud est un poids confortable sur le mien. J’enroule mes jambes autour de ses hanches et le serre contre moi, soupirant de contentement tandis qu’il embrasse mon cou et mes épaules. Mon cœur est plein, presque au point d’exploser de joie.

Il embrasse ma joue, ma mâchoire et descend jusqu’à ma gorge. Je sursaute lorsqu’il embrasse une zone particulièrement sensible. Ses lèvres se retroussent en un sourire diabolique tandis qu’il s’attarde sur cet endroit, le léchant et le mordillant, ce qui me fait pousser de petits soupirs. Il mordille mon décolleté tandis que ses doigts cherchent la fermeture éclair.

Mon cœur fait un bond lorsqu’il la trouve, la tient et la tire lentement vers le bas. Le son, au lieu de m’exciter, me fait paniquer.

Il s’arrête.

Me tenant le menton, il me fait lever les yeux vers lui. Ses yeux sont sincères, pleins d’amour et de compréhension.

“Tu es la plus belle personne que j’aie jamais vue, Claire”, dit-il simplement, et juste comme ça, un sentiment de paix et de calme remplace la panique. Il se penche sur moi et m’embrasse à nouveau, nos lèvres se moulant l’une à l’autre.

“Si quelque chose te met mal à l’aise, dis-le-moi et j’arrêterai.

J’acquiesce avec reconnaissance. Il descend la fermeture éclair jusqu’à ma taille. Passant un doigt sur chacune des bretelles qui retiennent ma robe, il l’écarte et la fait descendre jusqu’à ma taille. Ses yeux restent rivés sur ma peau, révélée centimètre par centimètre, alors qu’un morceau de ma dignité est soigneusement écarté. Je soulève mes hanches tandis qu’il descend le tissu jusqu’à mes jambes. Je suis enfin libérée, vêtue seulement de mon soutien-gorge et de ma culotte.

Je me demande si quelqu’un pourrait nous voir sur le toit, avec moi légèrement vêtue de mes sous-vêtements. Peut-être que c’était une mauvaise idée de le faire dans un cadre aussi romantique.

“Personne ne peut nous voir”, dit-il, lisant mes pensées. “Il n’y a que toi et moi.”

Juste moi et Mike.

C’est de la musique à mes oreilles.

Il dépose un autre baiser sur mes lèvres, puis embrasse mon sternum, jusqu’à mon décolleté. Je ne suis qu’une fille avec des bonnets de taille modeste, mais son enthousiasme me donne une énorme poussée d’ego, exaltant mes sentiments vers de nouveaux sommets.

Il passe la main dans mon dos et dégrafe mon soutien-gorge… ou fait de son mieux pour le faire. Je glousse de façon incontrôlable tandis qu’il tâtonne et pousse des jurons.

“Je déteste ce truc”, dit-il, la colère moqueuse dans la voix.

“Peut-être que tu as besoin d’un peu plus d’entraînement. Je souris et passe la main derrière moi pour dégrafer le soutien-gorge et tenir les bonnets d’une main.

Il me regarde avec un désir à peine contenu. Je me sens comme une vierge déflorée par le plus méchant des loups. La panique commence à refaire surface, mais un baiser soudain sur mes lèvres me surprend et me fait ouvrir les yeux. Je n’avais même pas réalisé que je les avais fermés par peur.

” J’aimerais pouvoir te dire à quel point tu es belle pour moi, Claire “, dit-il, un léger sourire aux lèvres. “Tu n’as rien à cacher.

Je souris. “Tu sais toujours ce qu’il faut dire, n’est-ce pas ?”

“Oui, je crois…”, dit-il en laissant tomber le soutien-gorge.

Mes seins, même s’ils ne sont pas les plus gros de l’école, sont bien formés – en forme de goutte d’eau, avec des aréoles et des mamelons rose pâle. Je me suis souvent tenue devant le miroir, souhaitant qu’ils grossissent d’une manière ou d’une autre. Pas aujourd’hui.

“Tu aimes ce que tu vois ? Je lui demande, même si son expression de stupéfaction en dit long.

“J’adore.

Ses mains chaudes me coupent le souffle lorsqu’elles caressent le dessous sensible de mes seins, les soulèvent et les adorent lentement. Mes entrailles se serrent de plaisir lorsqu’il frotte mes boutons durcis, les frottant et les faisant rouler. Son contact, si étranger, fait vibrer mes nerfs d’une décharge électrique lorsqu’il baisse doucement la tête et prend l’un de mes boutons roses dans sa bouche brûlante.

“Oh !”, halète-je, tandis que sa langue humide effleure ma chair.

Mes paupières se ferment tandis que j’absorbe la surcharge sensorielle de deux mamelons stimulés simultanément. Je n’ai jamais remarqué que son autre main descendait vers l’entrejambe de ma culotte. Je sursaute lorsque ses doigts hésitants frottent ma fente à travers ma culotte humide.

Il ne faut que quelques instants pour qu’une petite vague de contractions saisisse mon corps en proie aux affres de l’orgasme. Tout s’écroule et je resserre mes cuisses, écrasant presque sa main.

J’entends à peine son grognement de douleur tandis que je me familiarise avec les sensations étrangères qui courent dans mes veines, me stimulant jusqu’à une limite bien au-delà de mon imagination. Lentement, les muscles de mes jambes se détendent et Mike retire ses mains.

Il s’allonge à côté de moi, me couvrant d’un bras, m’enlaçant de côté, tandis que je remercie les étoiles.

Je ne sais pas pourquoi.

“Tu es adorable les yeux fermés.”

“Vraiment ?” Je demande. J’ai l’impression de vivre une expérience hors du corps, comme si quelqu’un d’autre m’avait posé la question.

Il rit doucement. “Avoir ma main écrasée pour ce joli visage froissé en valait vraiment la peine.”

“Je suis vraiment désolée”, m’excuse-je en lui tendant la main.

“C’est l’autre”, dit-il, amusé. Je l’attrape, mais il la retient. “Ce n’est pas grave, Claire. Tu ne t’es pas cassé d’os.”

Alors que nous sommes allongés là, sans rien faire et dans le silence confortable des étoiles scintillantes, une prise de conscience me frappe.

“Comment se fait-il que je sois la seule à être nue ? Je lui demande.

Il sourit, je me lève et je me mets à califourchon sur lui. J’ouvre ses boutons l’un après l’autre, en les faisant suivre d’un doux baiser. Après avoir jeté le vêtement incriminé, je recommence à l’embrasser dans le cou, en mordant particulièrement fort à un endroit proche de la jonction entre sa gorge et sa poitrine.

“Aïe”, crie-t-il.

Cette morsure fera un bleu sur son cou que tout le monde pourra voir.

“J’aurai du mal à expliquer cela aux gens”, dit-il.

“Je marque mon territoire”, dis-je un peu plus durement que je ne l’aurais voulu. Je ne sais pas pourquoi, mais quelque chose me rappelle ce loser de Jim.

“Toujours à vous, Madame”, répond-il sincèrement en prenant ma main et en l’embrassant doucement.

La réponse était un peu ringarde, mais elle me convient parfaitement. Je lui réponds par un doux baiser sur la joue.

Je déboucle la ceinture et fais descendre son jean et son short d’un seul coup avant qu’il ne puisse protester. Sa bite bondit, enfin libérée. Je tiens sa chair chaude et palpitante avec ma main, m’émerveillant de sa chaleur et de ses pulsations inhérentes.

Mike me regarde avec appréhension. “Écoute, Claire, tu n’es pas obligée de… Oh, doux Jésus !

Les quelques mots qui suivent sont noyés dans ses gémissements de plaisir tandis que j’enveloppe la tête sensible de ma bouche et la tapote délicatement avec ma langue. La fellation ne m’est pas étrangère, mais je n’aurais jamais cru que j’aimerais en faire une.

“Tu disais ? Je lui demande innocemment.

Il refuse en grognant et je retourne avec plaisir à ma mission, qui est de le maintenir en contact avec le Seigneur tout-puissant. Je prends mon temps, m’émerveillant de la façon dont son épaisse tige se durcit dans ma bouche. Un goût étrange envahit mes sens tandis que son précum suinte, le lubrifiant davantage. Je le pompe en rythme, en faisant tourner ma langue et en suçant son gland.

“Tu sais quoi ? demande-t-il avec humour.

“Hmm ? Je fredonne, envoyant des vibrations directement sur sa queue. Il gémit et s’agrippe à une poignée de couvertures alors que le plaisir lui fait perdre le fil de ses pensées.

J’ai envie de glousser, mais cela gâcherait l’effet.

“Se masturber avec mes mains ne sera plus jamais pareil.

Cette fois, je dois faire une pause et rire. Le peu de tension qui subsiste dans mes tripes se dissipe au fur et à mesure que nous rions ensemble.

Après cela, je me replonge directement dans mes devoirs. Ses mains s’accrochent à mes cheveux tandis que son dos s’arque sur le lit de fortune. La tête de sa bite heurte le fond de ma gorge et j’ai un haut-le-cœur. Heureusement, cela ne dure pas longtemps et il se retire, me laissant reprendre le contrôle.

“Claire, je vais jouir”, souffle-t-il au bout d’une minute.

Je le regarde dans les yeux et redouble d’efforts, voyant ses yeux se déconcentrer puis se retourner lorsqu’il éjacule dans ma bouche. La première giclée frappe le fond de ma gorge et je l’avale rapidement, en veillant à ce qu’elle ne déborde pas et ne fasse pas de dégâts.

Mike a un peu le goût de la pêche, une pêche sucrée-salée. Mon réflexe immédiat est de le recracher, mais je le supporte tranquillement, sachant que je fais cela pour lui. Il se calme au bout de quelques instants et frémit sporadiquement pendant que je le lèche. Sa virilité semi-molle sort de ma bouche, apparemment satisfaite pour le moment.

Il passe ses mains sous mes aisselles et me tire vers le haut jusqu’à ce que je sois allongée sur lui. Je pousse un demi cri de peur, mais je me calme lorsque mon bon sens reprend le dessus. Il m’embrasse fort, la possessivité évidente à travers l’acte, comme jamais auparavant.

“Merci”, murmure-t-il.

Je lui réponds en chuchotant : “Merci aussi”.

Il reprend son souffle, tandis que je m’imprègne de la tournure des événements. Jamais, dans mes rêves les plus fous, je n’aurais imaginé faire l’amour avec Mike, sur un toit de surcroît. C’était une idée tellement étrangère. Et maintenant ?

Eh bien, notre position compromettante parle d’elle-même.

La sensibilité s’est un peu émoussée, légèrement renouvelée par le frottement de mes mamelons contre son torse. Je le palpe avec mes mains, lentement cette fois, me demandant si c’est un rêve.

“Je suis réel, Claire”, dit-il, “Tout se passe pour de vrai”.

“Le regretteras-tu demain matin ?” Je lui demande doucement.

Je ne sais pas pourquoi, mais mes insécurités surgissent toujours comme des gâchettes d’humeur juste au moment où je me sens le plus vulnérable.

“Jamais”, dit-il sans hésiter, “demain matin ou les jours suivants”.

Je le serre contre moi, effrayée à l’idée de ce qui se passerait s’il décidait de me quitter. Ce serait trop dur à supporter.

Mike m’embrasse à nouveau, son contact est doux et rassurant. Il frotte mon mamelon et le pince, ce qui provoque une secousse soudaine dans mes sens. Il laisse derrière lui une traînée de baisers humides, ses lèvres traçant un chemin de mes lèvres à mes épaules et jusqu’à mes seins. Il accorde à nouveau une grande attention à mes mamelons, mais cette fois-ci de manière plus brutale. Il suce un mamelon, puis mord le bouton sensible.

Moi ?

Je ne suis plus qu’une masse humide et tremblante. Je suis sûre que ma culotte est complètement imbibée de mon jus.

Il embrasse mon ventre. Plus qu’une source d’excitation, sa langue est chatouilleuse sur ma peau. Je finis par lui donner un coup de pied accidentel.

“Je suis vraiment désolée. Tu vas bien ?”

“Je vais survivre”, souffle-t-il.

Évitant soigneusement mon ventre, Mike descend vers mes pieds en me donnant de doux baisers tout le long du chemin. S’attardant sur mon monticule, il enlève les derniers restes de mes vêtements, je suis maintenant complètement nue. Je soulève mes hanches et regarde le tissu détrempé être soigneusement jeté sur le côté avec ma robe.

Chaque baiser fait passer un frisson de mes jambes à ma colonne vertébrale et directement à ma tête. Je manque de m’évanouir en sentant ses lèvres humides sur l’intérieur de mes cuisses. Mon parfum doit l’envahir car il s’arrête juste à côté de mon sexe.

“Tu veux que je t’embrasse jusque-là ?

Je hoche la tête, craignant que ma voix ne soit trop faible pour répondre.

“Je ne t’entends pas”, me taquine-t-il.

“Je le supplie de m’embrasser par là.

Mes jambes s’écartent et je sens un léger contact de ses lèvres chaudes sur l’intérieur de ma cuisse, à quelques centimètres de ma chatte. Je ne parviens qu’à pousser un gémissement de frustration.

“Pas là”, dis-je.

“Ici ?” demande-t-il en déposant un autre baiser sur mes lèvres extérieures, à quelques millimètres de mon clito palpitant.

“Embrasse-le, s’il te plaît”.

“Embrasser quoi ?”

“Ma chatte”, dis-je exaspérée.

Il passe lentement sa langue sur ma fente, du périnée jusqu’à mon clito qui a mal à sortir de son capuchon. Il l’enveloppe de ses lèvres et le suce doucement. Mon dos se cambre et mes cuisses se rapprochent, mais il les maintient écartées.

Je ne peux pas m’échapper. L’assaut est lent mais implacable. La pression monte à mesure qu’il lèche mes plis chauds, et explose presque lorsqu’il suce mon clito comme un mini-pénis. Mes jambes, maintenues écartées par lui, ne sont d’aucune utilité, alors j’utilise mes mains, griffant les draps doux et attrapant des poignées de cheveux.

J’explose lorsqu’il enfonce fermement sa langue en moi et l’explore. Respirer est une idée étrangère, tout comme voir. Ce n’est pas un raz-de-marée, mais une tempête qui emporte tout sur son passage. Mon cri est rauque, profond et guttural tant les sentiments de joie coulent dans mes veines.

Une autre tempête déferle, inattendue et soudaine, lorsqu’il s’approche de moi et me pince les tétons en rythme, tout en suçant mon clito avec avidité.

Mes cuisses se referment sur sa tête, mes mains sur les siennes essayant d’arrêter et d’augmenter son contact en même temps. Je respire profondément et crie ma joie, sans me soucier du monde qui pourrait m’entendre.

Ma vision s’assombrit sur les bords, et bientôt, je ne vois plus que du noir.

Chapitre 14

~ Jamais seul ~

Je pourrais rester ici comme ça pour le reste de ma vie – entre ses jambes, goûtant sa crème sucrée et entendant ses doux gémissements de plaisir.

Je pourrais continuer à l’infini.

Ses cuisses me bouchent les oreilles et je ne sens que les vibrations de sa poitrine. Je referme ma bouche sur son sexe et le suce à pleines dents, me délectant du contact de la douceur soyeuse de ses lèvres inférieures et du jus sucré qui s’en écoule. C’est glorieux.

Bientôt, ses cuisses perdent leur force et reposent paresseusement sur mes épaules. Je lèche encore, la sentant frémir à chaque coup de langue.

“Arrête”, dit-elle.

“Tu n’aimes pas ça ? Je lui demande, en suçant son clito pour insister.

Elle gémit et s’éloigne. “Ça devient sensible.”

“Oh.”

Je me redresse et m’agenouille entre ses jambes. Avec ses cheveux en bataille et sa peau visiblement rougie, elle est magnifique. De nouveau allongé à ses côtés, je la serre contre moi, sentant sa respiration se normaliser. Je suis heureux et fier de moi. C’est moi qui lui ai fait ça, après tout.

“Où as-tu appris à faire ça ? demande-t-elle, étonnée.

Je souris.

“Des secrets.”

“Tiens !” dit Daniel en déposant un livre très épais sur mon bureau.

“Je lis le titre à haute voix, incrédule, puis je lève les yeux vers lui. “Maître Daniel ? Depuis quand avez-vous le temps d’imprimer des conneries ?”

“Oi ! Ce n’est pas une connerie”. Il brandit le livre avec une expression de pure révérence. “C’est mon cadeau, en avance, pour ton anniversaire.”

Comme je l’ai dit, Dan est intelligent, mais parfois il va un peu trop loin.

“Je ne comprends pas.”

Il s’est tapé la tête en signe de consternation.

“Tu vas sortir avec Claire.”

“Alors… ?”

“Tu es dans la zone ‘Amis’ de son cerveau. Rien de plus qu’une connaissance masculine à qui elle peut parler librement sans se faire draguer, tu vois ce que je veux dire ?” Il commence à faire les cent pas. “Si elle t’a demandé de sortir avec elle, je pense que le jour où elle voudra aller plus loin n’est pas loin. La dernière chose que je veux, c’est que vous fassiez une giclée de deux secondes et que vous partiez chacun de votre côté en chantant Sayonara.

J’ai admis à contrecœur qu’il avait tout à fait raison.

“Lisez-le, c’est tout. Tu ne le regretteras pas, je te le promets.”

En regardant la forme nue de Claire, je remercie mentalement mon cousin pour sa clairvoyance. Son corps pâle est rougi par les efforts qu’elle a fournis et elle caresse ma queue paresseusement. Mike Junior est un vrai soldat qui répond à l’appel du devoir.

“Alors ? Je lui demande. “Et maintenant ?”

“C’est une question rhétorique.”

“J’ai peur”, avoue-je.

Elle se retourne sur moi. “Veux-tu connaître un secret ?”

“Volontiers.”

“Moi aussi, j’ai peur”, murmure-t-elle, son souffle chaud dans mon oreille.

Elle se lève lentement jusqu’à ce qu’elle soit à califourchon sur moi, et place ses mains sur ma poitrine pour me soutenir pendant qu’elle ajuste sa position. Elle se frotte à ma bite lentement, comme la dernière fois, la lubrifiant avec son jus, la préparant à l’inévitable.

“Je suis en sécurité. Tu ne me mettras pas enceinte”, dit-elle en se levant et en positionnant le bout du champignon sur son ouverture, effleurant la tête sensible sur toute la longueur de sa fente. “Laisse-moi faire.

Elle ne bouge pas pendant qu’elle se prépare. Prenant une profonde inspiration, elle plonge sur ma longueur. Une barrière résiste à la poussée de ma bite, puis elle cède. À peine la moitié de ma tige est-elle à l’intérieur qu’elle s’arrête. Les larmes lui montent aux yeux.

“Putain”, murmure-t-elle en tremblant, “ça fait mal”.

Bon sang de bonsoir. Putain de merde.

Ses mains tremblent tandis qu’elle lutte contre la douleur, faisant de son mieux pour accueillir l’intrus. Sa paroi lisse palpite autour de la tête de ma bite, ce qui me donne envie de la pénétrer davantage et de la prendre complètement.

C’est une façon terrible de tester sa maîtrise de soi, mais j’y parviens d’une manière ou d’une autre. Je me redresse et la serre contre moi, passant une main douce sur son dos, l’apaisant tandis qu’elle renifle doucement contre ma poitrine. Lentement, je la sens se calmer et glisser le long du reste de ma tige, sentant ses parois s’étirer à mesure qu’elle accueille une bite à l’intérieur pour la première fois de sa vie.

Nos aines se rencontrent. Nous nous étreignons, chacun faisant de son mieux pour ne pas perdre le contrôle.

“J’ai eu mal, mais pas autant que je m’y attendais”, admet-elle.

“Merci.

“Pour quoi ?”

“Ce n’est pas tous les jours qu’un homme peut faire l’amour avec la plus belle des filles pour la première fois”.

Elle glousse doucement. “Merci à toi aussi.”

“Pour quoi ?”

“D’être toi.”

Nous restons ainsi pendant quelques instants, juste elle et moi dans notre propre étreinte. C’est beaucoup plus tactile que ce à quoi je m’attendais. Mais j’aime cette façon de faire. Je n’oublierai jamais cette intimité.

Claire me repousse à nouveau jusqu’à ce que je sois allongé sur le dos et commence à bouger timidement. Je la laisse volontiers faire le travail et elle tourne ses hanches en cercles lents et serrés, en rebondissant un peu et en essayant de s’adapter à ma taille. Ses entrailles sont comme un gant chaud et velouté qui s’enroule étroitement autour de ma tige et la traite doucement.

J’ai du mal à penser correctement, j’oublie de faire quoi que ce soit d’autre que d’essayer de me retenir.

“C’est bon.”

“D’après ce que j’ai entendu, c’est censé être agréable”, dis-je.

“Ah oui ?” Elle monte jusqu’à ce que ma pointe reste à l’intérieur, et descend avec force. Mes entrailles se serrent alors que je me rapproche dangereusement du point de non-retour.

“Lentement”, je la supplie.

Sa respiration est de plus en plus rapide et irrégulière alors qu’elle se frotte à moi. Je trace un chemin de sa cuisse à son clito avec mes pouces et le frotte doucement. Ses yeux s’ouvrent et elle s’ébroue plus rapidement à l’approche de son propre orgasme.

Je suis le premier à perdre le contrôle.

Mes giclées de sperme recouvrent ses entrailles alors que mon contrôle cède. Je presse la chair douce de ses seins avec mon autre main alors que le plaisir monte à des hauteurs vertigineuses. Le plaisir monte au fur et à mesure qu’elle s’enfonce dans mon corps, et c’est au moment où je pense ne plus pouvoir en supporter davantage qu’elle s’arrête.

Elle reste immobile, mais ses entrailles sont d’une toute autre nature. Elle pulse de façon erratique, la chaleur de son canal lisse me donne des vertiges de plaisir. Elle se mord la lèvre et étouffe ses gémissements. Ses narines s’enflamment. Elle respire fort. Ses ongles s’enfoncent dans ma poitrine, me faisant grincer des dents alors que la douleur se mêle au plaisir.

Lorsque la marée s’estompe, elle s’allonge sur moi, son front reposant sur mon torse. Ma bite glisse hors d’elle. Des picotements électriques jaillissent paresseusement de mes nerfs surstimulés lorsque la tête glisse contre sa peau.

Michael Lehane perd sa virginité.

Au revoir Saint Michael.

Tout ce dont j’ai envie maintenant, c’est de crier à pleins poumons et de faire savoir au monde entier qu’il ne pourrait pas être plus heureux que moi en ce jour, à cette heure.

“Je sais ce que tu penses”, murmure-t-elle. “Vas-y. Fais-le.”

“Vraiment ?” Je demande, surpris.

Elle acquiesce.

Je remplis mes poumons, presque jusqu’à l’éclatement, et je crie jusqu’à l’abandon de mon cœur.

“Woooooooooohhoooooooooo !”

Elle ricane doucement tandis que je m’époumone. Nous rions, nous nous embrassons et nous crions encore jusqu’à ce que nous soyons satisfaits.

“C’est pour nous deux”, dit-elle.

Nous ne parlons pas. Nous n’en avons pas besoin.

Le silence facile parle pour nous.

“Mike ?” demande-t-elle au bout d’un moment.

“Hmm ?

Elle pose un doigt sur ma poitrine, dessinant des motifs abstraits de cercles et de triangles. “Est-ce que tu m’aimes ?”

Je fixe les cieux en pointillés, me demandant ce qu’elle est en train de faire. “Je crois que oui.”

“Tu crois ?”, dit-elle en riant.

“Je n’ai jamais su ce que c’était que d’être amoureux.”

“Et votre famille ?”

“C’est un autre type d’amour. Certainement différent de celui-ci”, je souligne en tâtant sa poitrine.

Elle sourit. “Parfois, j’aimerais que tu arrêtes d’être aussi logique.”

“Moi aussi.”

*

Les premiers rayons du soleil frappent mon visage, me réveillant. Je jure que j’avais fermé les yeux pour les reposer un peu. J’ai fini par dormir toute la nuit.

Claire s’est endormie elle aussi, cette fois à mes côtés, un bras posé sur moi.

“Bonjour.

Elle marmonne quelque chose en retour et se rapproche de moi. Mon bois matinal me rappelle de m’occuper de quelque chose, mais je l’ignore pour le moment.

Je me contente de l’étudier. Son rouge à lèvres est maculé, sans doute la moitié sur mon visage et mon corps. Ses cheveux noir corbeau sont éparpillés et son visage est radieux. Elle a l’air paisible, sereine et éthérée.

Et elle est à moi.

Je sais que je ne peux pas vivre sans elle. Lorsque le moment sera venu pour moi de rejoindre l’Académie, une partie de moi se détestera d’avoir abandonné Claire au profit d’une profession qui n’apporte rien d’autre que de la douleur. Cette prise de conscience me laisse un sentiment d’impuissance. Je la serre dans mes bras, souhaitant que le temps s’arrête. Je veux savourer tout cela… tout ce qu’elle est.

Je ne veux pas la lâcher.

“A quoi penses-tu ? Elle est à peine réveillée, mais suffisamment alerte pour avoir senti mon trouble intérieur.

“A toi”, dis-je. “À nous.”

“Et ?”

“Je t’aime.”

Elle me fixe, la question est évidente dans ses yeux gris. Après tout, j’avais prétendu ne pas connaître l’amour la veille au soir.

“C’est la première fois que je ressens quelque chose pour quelqu’un d’autre”, avoue-je. “Si ce n’est pas de l’amour, je ne sais pas ce que c’est.

Elle m’embrasse, d’une manière douce et persistante.

“Je pensais que tu ne dirais jamais ça.

“Je sais qu’on t’a déjà fait du mal”, poursuis-je. “Je ne suis pas un homme parfait, mais je ferai de mon mieux pour te donner tout ce que j’ai.

“Promets-moi que tu ne partiras jamais. Jamais.”

“Je te le promets.”

Elle m’embrasse à nouveau. Il n’y a pas d’urgence, juste un doux rappel de ce que nous étions. Le baiser devient féroce, mais elle se retire.

“J’ai besoin de toi. Sur le dessus.”

Je me retourne docilement jusqu’à ce que nous soyons face à face. Elle pompe ma tige jusqu’à ce qu’elle soit dure comme de la pierre et enroule ses jambes autour de mes hanches.

“Prends-moi”.

Je glisse contre ses lèvres soyeuses, trouve son ouverture et la pénètre. Elle gémit tandis que je me glisse en elle lentement, centimètre par centimètre. Je m’attendais à un peu de sécheresse, car elle s’était nettoyée la nuit dernière, mais à ma grande surprise, je trouve son canal lisse et prêt. Alors que nos hanches se rejoignent, je pompe rapidement le dernier centimètre en elle, heurtant son clito et lui coupant le souffle.

Cette fois, j’ai plus de contrôle. Je maintiens un rythme régulier en pompant à l’intérieur et en me frottant contre son clito à quelques intervalles. J’enroule mes lèvres autour d’un mamelon en érection, le suçant et la faisant haleter.

Elle frissonne de façon inattendue. Je pousse plus fort en sentant mon propre orgasme approcher. Je m’enfonce jusqu’à la garde et laisse échapper des giclées de sperme en elle. Nous nous fondons l’un dans l’autre. Je reste là, prenant appui sur mes bras et mes genoux au lieu de l’écraser. Elle a un grand sourire sur les lèvres, un sourire qui se passe de mots.

“Je t’aime aussi”, murmure-t-elle doucement.

~* * *~

Que Dieu vous bénisse, vous les lecteurs, d’être arrivés jusqu’ici. Maintenant, cliquez sur les 5 étoiles ci-dessous. Cela prend moins d’une seconde.

Allez-y.

C’est fait ?

Vous êtes géniaux.

Cette histoire est ce qu’elle est grâce à deux femmes merveilleuses.

Tout d’abord, j’aimerais remercier Naoko Smith. Elle a relu ce texte et, à ma grande surprise, n’a pas perdu la raison. Merci beaucoup pour vos commentaires utiles, vos suggestions et vos révisions rapides juste avant le concours.

Je remercie également Lady Ver d’avoir pris le temps d’examiner ce texte et de m’avoir fait part de ses commentaires utiles. J’ai beaucoup appris de ses corrections ici et là, son aide a donc été doublement appréciée.

Les erreurs qui subsistent sont uniquement les miennes.

La section des commentaires est à vous. Faites-vous plaisir. Dites-moi ce que vous avez pensé de cette histoire – en bien ou en mal. Mais ne vous plaignez pas de sa longueur. Je vous avais prévenu à l’avance.

Cette histoire est destinée au concours Literotica Summer Lovin’ Contest 2015. Si vous n’avez toujours pas voté 5, vous serez maudit par un mauvais karma *insérer une tête renfrognée*.

Restez prudents, baisez fort et profitez de ce bel été.

A la vôtre !

Sammael Bard

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Suivez nous sur Twitter

Vanessa rejoint notre réseau de dials chauds !

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings