Confession Intime Histoire erotique Histoires taboues et histoires de sexe Xstory

Xstory Des vacances inoubliables en Espagne Histoire érotique

Xstory Des vacances inoubliables en Espagne Histoire érotique
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Xstory Le petit restaurant de Barcelone est animé.

Les convives discutent, crient et appellent les serveurs, font sauter les bouchons des bouteilles de vin, font tinter les verres et font éclater de longs éclats de rire. Les chefs cuisinaient les plats locaux préférés et laissaient s’échapper de la cuisine les parfums intemporels du paprika espagnol, de l’ail lourd et du safran.

Au milieu de tout cela, il y avait Christy.

Christy et son amie Marsala mangeaient sous un auvent orné de lumières rouges, jaunes et bleues, qui donnaient au patio une lueur chaleureuse. Christy a grignoté sa Paella Valenciana et son Gazpacho et a siroté son Sauvignon Blanc. Pourtant, au milieu de toute cette merveilleuse nourriture et de la jovialité des dîners, Christy était coincée entre la dépression, la joie et la peur de tout rater. Dans deux jours, elle retournera à Williston Falls, dans le Dakota du Nord. Ce soir, elle tente de s’imprégner le plus possible de Barcelone.

“Cette ville va me manquer”, dit-elle d’une voix triste à Marsala. “Ce dont j’ai besoin, c’est d’un dernier tour à Barcelone.

“Cela fait des semaines que je te dis de louer un de ces vélos électriques. Il y en a partout. Tu iras où tu voudras.” Elle a levé son verre de vin rouge en guise de salut à son idée intelligente. “Moi, je suis là pour quelques bouteilles de vin.”

“Non, non.” Christy rejette l’idée. “Je ne peux pas faire du vélo toute seule.”

“Eh bien, je ne viens pas avec toi. Je serai trop ivre.”

“J’ai besoin de Gregory Peck, c’est lui qu’il me faut. Qu’il m’emmène, comme dans Vacances romaines.” Elle posa son verre et fixa le dessous usé de l’auvent.

Marsala secoua la tête, le vin rouge s’écoulant dans son verre. “Tu n’aurais pas dû regarder ce film. Il faut se rendre à l’évidence : Il n’y a pas de Gregory Peck à Barcelone avec un scooter Vespa pour vous faire visiter la ville. Et d’ailleurs, tu n’es ni une princesse, ni Audrey Hepburn, mais tu es tout aussi jolie.”

“Vous parlez beaucoup quand vous buvez.”

“Je sais. J’ai du mal à fermer la bouche. J’ai envie de dire tout ce qui me passe par la tête. Les choses me viennent à l’esprit et elles sortent de ma bouche. L’alcool rend les conversations avec moi, pour moi, plus difficiles. Pour l’instant, je me tais. Je ne parlerai pas tant que je le pourrai. Attention : Je vais avoir beaucoup de mal.” Elle a fermé les lèvres mais s’est mise à ricaner, ce qui s’est transformé en fou rire. “Boire et ne pas parler, c’est tellement impossible. D’accord, d’accord, d’accord, laissez-moi me ressaisir. Je respire profondément. On ne parle pas, on commence maintenant !”

Dans le silence momentané de Marsala, Christy entendit un chant. Elle regarda par-dessus son épaule et vit un homme qui marchait dans une rue secondaire. C’était le chanteur. Malgré le bruit et la jovialité des mangeurs, Christy entendit sa voix. La voix de ténor riche tranchait les sons – et même les odeurs – qui l’entouraient.

Sa chanson résonnait entre les bâtiments centenaires de la rue. “Amor, Amor Amor”, chantait-il, avec un vibrato d’opéra, “Nacio de ti, nacio de ti, de la esperanza !”

Christy posa sa fourchette. Elle se tordit sur son siège en direction de la voix.

“Vous entendez quelque chose ? demanda Marsala en tenant son verre à moitié vide.

“Amor, Amor, Amor. L’homme est entré dans la lumière de la rue. Il se dirigea vers le café. Finalement, les conversations des convives se réduisirent à un faible gargouillis. Les hommes, pour la plupart, continuaient à parler à table, sans s’intéresser au beau chanteur.

Il chanta brièvement à différentes tables, faisant sourire les femmes intriguées du bout des lèvres et les lorgnant du coin de l’œil.

Au bout de quelques instants, il arriva à la table des filles. Il se contenta de continuer à chanter.

“Amor, Amor, Amor, nacio de dios, para los dos, nacio del alma.

Sa voix était savoureuse, comme la cuisine espagnole préparée et servie par un chef gourmet – quelque chose à savourer.

Christy ne pouvait pas le quitter des yeux, et elle n’arrêtait pas de sourire. Il était mince, vêtu d’un simple pantalon et d’une chemise sombres. Il n’avait pas boutonné les boutons du haut, ce qui laissait apparaître son torse lisse. Elle est attirée par son nez étroit et ses cheveux noirs. Cependant, elle pensait que ses yeux profonds auraient pu divulguer, en un éclair, une sombre diablerie.

À table, il posa sa main sur le dossier du siège de Marsala tout en chantant pour Christy. Christy était enchantée de cette attention. Pourtant, elle se sentait nerveuse, dépassée, excitée et maladroite d’être le centre de son attention parmi les convives du café, en particulier les femmes qui avaient maintenant une graine de jalousie qui bourgeonnait en elles. Mais, en elle, cette concoction d’émotions tourbillonnait et pouvait devenir, à tout moment, explosive.

Elle prit son verre de vin frais dans sa main brûlante. Son pouls battit dans sa paume contre la condensation.

Le verre était une protection. En le tenant et en se cachant derrière lui – bien que ce soit impossible – tous les gens pourraient ne pas la voir comme la figure centrale de l’art du ténor. En même temps, c’est ce qu’elle avait voulu et espéré.

Marsala tenta d’attirer son attention en se tournant sur son siège et en se penchant en arrière pour mieux le voir. Elle resserra ses bras pour gonfler ses seins, mais rien ne pouvait distraire l’homme.

Christy ne tarda pas à saisir son verre de vin tiède et à s’éventer avec la carte des vins. Cet homme était trop fort pour elle. Elle n’avait jamais été aussi charmée.

Enfin, il a tenu la dernière note de sa chanson, puis son vibrato d’opéra a disparu dans la clameur du café. Tout le monde – en particulier les femmes – applaudissait et acclamait le gentleman.

Il salua et fit un bref signe de tête à tout le monde pour les féliciter. Il revint cependant vers Christy.

Il la remercia d’abord d’un simple mot. “Salazar. Mais sa présence se prolongea par un autre remerciement, sans mot.

“Christy. Son nom s’est échappé de ses lèvres.

Il lui prit la main et en embrassa le dessus.

“Viens avec moi. Laissez-moi vous montrer ma ville.”

Christy devint soudain sceptique et choquée. Elle gronda Marsala comme une mère. “C’est toi qui as organisé tout ça. C’est toi qui as fait ça”, a-t-elle murmuré.

“Non, je ne l’ai pas fait.” Elle a levé les mains – y compris son verre de vin vide – en signe d’innocence. “Si je l’avais fait, l’aurais-je laissé t’emmener ? Je le veux.”

Salazar tira le bras de Christy pour lui rappeler qu’il était là, peu importe qui l’avait amené.

“Et toi ? demanda Christy à Marsala en posant son verre.

“Va, sois une princesse. Peut-être que mon prince arrivera avec une bouteille de vin pleine”.

“Je ne peux pas…”

“Vis la vie”, lui dit Marsala. “Bientôt, tu seras coincée dans le Dakota du Nord.”

Malgré un regard inquiet à l’idée de quitter son amie, elle se laissa emmener.

Salazar l’entraîna avec zèle loin du café et dans la rue peu éclairée où il était apparu pour la première fois. À l’autre bout, la rue débouchait sur une belle avenue. Elle n’était pas éclairée par les lumières rougeoyantes des cafés de rue ou par les lumières fluorescentes des clubs de danse de fin de soirée. Au contraire, elle était assombrie par la vie quotidienne. Et, à cette heure de la nuit, la rue était calme et silencieuse. Les gens sont probablement chez eux. Peut-être fatigués par le travail d’aujourd’hui ou préparant les tâches de demain.

Salazar s’arrêta devant un bâtiment carré banal. Il ouvrit une étroite porte de garage. À l’intérieur se trouvait une petite Fiat.

“Avez-vous vu plus de ma ville que les lieux touristiques ? demanda Salazar.

“Je n’ai pas vu grand-chose. J’ai travaillé ces deux derniers mois. Je n’ai pas eu de voiture non plus.”

“Ce soir, on y va.” Les phares de la voiture s’allument et s’éteignent.

“Où vas-tu m’emmener ?” demande Christy.

“Je connais des endroits que j’aime et que je ne reverrai jamais si tu pars.”

“Est-ce qu’on est obligés d’y aller en voiture ? J’aimerais bien faire un tour en Vespa. On peut ?” Christy se tapote les mains comme une petite fille qui s’apprête à recevoir un cadeau d’anniversaire.

Salazar fait une pause pour régler quelques détails logistiques. “Une Vespa, oui. Alors on y va.”

Quelques minutes après un texto de Salazar, un grand homme s’est arrêté le long du trottoir. Le scooter paraissait minuscule par rapport au géant. Il faisait paraître Salazar tout petit. Le scooter grinça lorsqu’il en descendit.

Salazar le remercia.

“Je te présente Christy. Christy, voici Brutus.” Brutus l’embrassa amicalement sur chaque joue.

Ses joues étaient rugueuses à cause de sa barbe, et ses lèvres étaient douces. À sa grande surprise, Christy apprécia son parfum perçant. Il était différent de celui de Salazar, qui avait une eau de Cologne fraîche et océanique. Brutus lui rappelait les cavaliers du Dakota du Nord. L’odeur saine d’un homme qui travaille dur.

Elle grimpa sur le scooter après que Salazar l’eut stabilisé. Elle l’entoura de ses bras.

“Prêt ? demanda-t-il.

“Où allons-nous ?”

“Un endroit que je suis le seul à connaître.”

“Alors, allons-y.” Elle fit tournoyer son bras comme si elle montait un taureau au rodéo.

Salazar partit en trombe. Christy fut secouée en arrière, et elle l’étreignit fermement, espérant ne pas tomber et gâcher leur fuite.

Il roulait vite, sans se soucier des autres véhicules ni des piétons. Il n’était pas du genre à laisser un visiteur faire une visite guidée ou voir les curiosités de la ville au quotidien. Mais pour Christy, les curiosités étaient secondaires par rapport à l’excitation de ces vacances romaines à Barcelone. Christy apprécia le vent chaud sur son visage et l’humidité qui s’accumulait dans l’air. Ses mains se desserrèrent lentement autour de Salazar. Elle tendit les bras pour être libre, voler sur le sol, comme Audrey Hepburn. Mais elle s’accroche lorsque Salazar freine à une intersection.

En attendant l’arrêt, elle remarqua à quel point les cheveux de Salazar étaient noirs et qu’il les avait taillés de façon à ce qu’ils soient parfaitement décolorés. Elle caressa la racine de ses cheveux en y passant l’ongle, puis laissa ses doigts glisser dans l’épaisse chevelure.

Il tendit la main vers l’arrière et lui tapota doucement la cuisse. Puis il est parti en trombe.

Le couple a traversé la ville en trombe. La Vespa grimpait péniblement les collines tandis que Salazar roulait au-dessus des lumières et des bâtiments de la ville.

“Où allons-nous ? demanda Christy.

“Voir Barcelone. Aux Bunkers del Carmel. Tu en as entendu parler ?”

“Non.

“Une fortification militaire espagnole”, dit-il en essayant de prononcer le mot clairement. “Construite en 1937 alors que mon pays était en guerre civile.”

Il emprunta les routes en mauvais état jusqu’à ce que le scooter soit près de la fortification. Après une marche rapide, Christy a pu admirer Barcelone comme jamais auparavant.

“C’est spectaculaire. Christy s’appuie sur l’épaule de Salazar. “Les lumières de la ville sont omniprésentes. Elle fit un tour complet avec la ville tout autour d’elle. Au loin, cependant, l’obscurité s’est soudain installée.

“La Méditerranée”, dit-elle. “Ce doit être la côte. La ville s’arrête. C’est incroyable.”

“Ma ville, Ciudad Condal.”

Salazar lui met le bras sur les épaules pour la diriger vers les montagnes, puis vers les quartiers et autres sites remarquables.

Mais des gens ont commencé à se montrer et à surgir de lieux obscurs. Des amoureux, des touristes, des randonneurs du soir.

“Ce n’est pas l’endroit secret que je pensais”, dit-elle. “On dirait que beaucoup de gens connaissent cet endroit.

Salazar n’avait pas envie d’être entouré de tous ces gens, il l’a donc conduite à la Vespa et a repris le chemin de la ville

“Le prochain endroit a intérêt à être aussi bien que celui-ci”, dit-elle en s’installant sur le scooter derrière Salazar. “Je veux rester ici.

“Nous allons au Parc de Les Aigües.”

“Où est…”, commença-t-elle à parler, mais quand il partit en trombe, elle se calma et s’accrocha à lui.

Sur la pente raide, Christy sentit l’air se réchauffer et sentit la brise salée qui soufflait de la mer. Elle écarta à nouveau les bras et poussa un cri sauvage. Salazar rit. Il s’élança et fila à travers la ville. Il prenait les rues secondaires, coupait les intersections, roulait sur les trottoirs pour dépasser les voitures arrêtées, ignorait les limitations de vitesse. Christy aimait cette excitation, sa liberté, son attitude sans contrainte. Elle a posé son menton sur la base de son cou.

“J’adore ça”, lui dit-elle à l’oreille.

À l’endroit suivant, il a manœuvré le scooter pour monter d’autres collines, puis pour contourner des barricades, le forçant ainsi à se transformer en moto tout-terrain. Bientôt, il roulait lentement sur une ancienne route, la Carretera de led Aigües. Elle serpente à travers les montagnes jusqu’à une autre vue de Barcelone.

Salazar lui indiqua à nouveau les sites à voir, du mieux qu’il le pouvait dans la nuit. Il posa sa main sur son épaule pour lui montrer les quartiers et la basilique de la Sagrada Familia.

Elle posa sa tête sur son épaule. “Merci pour cette soirée. J’en avais besoin.”

“Je vais vous montrer ma ville depuis les endroits secrets.”

“Ce sont plutôt des secrets, même si j’en ai déjà entendu parler mais que je n’ai jamais eu le temps de… Tu as senti ça ?” Christy tendit les mains, paumes vers le haut.

Salazar fit de même. “La pluie. Partons avant que les orages n’arrivent.

Ils montent sur la Vespa et se dirigent vers la ville. En peu de temps, la pluie tomba en abondance. Le sol dégageait l’odeur rafraîchissante du pavé et de la transpiration terrestre. Salazar accéléra. Christy le lâcha et écarta à nouveau les bras. Elle profita des gouttes de pluie qui frappaient son visage et son cou. Bientôt, sa chemise fut mouillée et, alors que l’orage s’intensifiait, ses vêtements et ceux de Salazar furent trempés et leurs cheveux ébouriffés par la pluie.

Salazar s’arrêta sur le trottoir de l’immeuble où Christy et lui s’étaient éclipsés. Il ouvrit la porte du garage dans un grondement métallique. Christy sauta dans le garage, à l’abri de la pluie. Elle s’est appuyée contre la Fiat. Salazar s’approcha d’elle. Christy sentit ses mains serpenter sur sa taille et ses lèvres chaudes effleurer sa joue, son oreille, puis ses lèvres. Christy le laissa agir à sa guise, profitant de lui et de toute la soirée.

Son souffle chaud était merveilleux sur son visage et son cou tandis qu’il faisait glisser sa bouche sur son corps. Ses mains s’étendirent d’abord sur son dos, puis elles s’entrecroisèrent à la base de son cou. Elle l’a rapproché de lui. Christy l’embrassa.

Salazar se détacha d’elle. “Rentrons à l’intérieur. J’ai des vêtements à mettre”.

Il la conduisit dans l’appartement situé au-dessus du garage où se trouvait la Fiat. C’était un endroit exigu. Un casier à vin, une cuisine minuscule, une petite télévision avec des antennes, une causeuse. Il a ouvert une bouteille de vin, et ils ont bu et parlé dans la mesure où leurs langues le permettaient. Elle pensait qu’il avait vécu une vie extraordinaire en ville. Une vie qu’elle n’avait pas connue depuis qu’elle était ici. Après une autre bouteille, elle se blottit contre lui et l’embrassa à nouveau. Ils reprirent là où ils s’étaient arrêtés une heure plus tôt.

Bientôt, dans leur passion, Salazar l’entraîna dans sa chambre. Il déboutonna sa chemise et baissa son pantalon.

Il ouvrit la porte du placard. Christy est restée habillée, incertaine à l’idée de se déshabiller. Mais elle ne pouvait détacher son regard du corps maigre de Salazar. Il n’était couvert que d’un mince caleçon.

“J’ai une grande chemise pour toi. Salazar se tourna vers Christy. “Enlève tes vêtements, que nous puissions nous sécher.”

“Mais je…”

“Vous avez besoin d’aide ?”

Il n’a pas attendu. Il soulève le chemisier de Christy au-dessus de sa tête. Avant de l’enlever, Christy s’est inquiétée de se retrouver entièrement nue.

“Attends, je ne peux pas faire ça. Je veux dire…”

“Enlève ton pantalon. Je peux le sécher, il sera chaud et sec pour le remettre”.

Salazar la poussa doucement sur le matelas. Il glissa ses mains sur ses cuisses et le long de ses jambes. Il saisit l’ourlet inférieur de son pantalon. Elle défit la boucle et il l’enleva.

Bien que mouillée, elle décida de rester en soutien-gorge et en culotte, après s’être débarrassée de la plupart de ses vêtements.

Salazar emporta ses vêtements et les siens dans l’autre pièce. Il les jeta sur la causeuse.

“Salazar, appela Christy, peux-tu m’apporter une serviette ? J’ai besoin de me sécher les cheveux.”

Il prit une serviette dans la salle de bains.

Dans l’embrasure de la chambre, il a demandé : “Combien vaut une serviette pour toi ?”

“Allez, donne-la-moi.” Elle a tendu la main.

Salazar entra dans la chambre et marcha lentement jusqu’à elle, en gardant la serviette derrière lui.

Christy a essayé de l’arracher, mais Salazar l’a facilement tenu à distance.

Christy abandonna après quelques tentatives futiles.

“Très bien, gardez la serviette. Garde la serviette”.

“Laisse-moi te sécher les cheveux.” Salazar posa la serviette sur la tête de Christy. Il frotta, secoua et souleva ses longs cheveux blonds pour les sécher entièrement.

La tête de Christy bougeait et se balançait d’avant en arrière pendant qu’il la séchait.

Assise là, la tête rebondissant dans tous les sens, elle s’est heurtée à une raideur dans son pantalon. Elle remarqua qu’elle était longue et qu’elle se dessinait contre le tissu fin de son caleçon.

Christy s’excusa. “Je ne voulais pas, tu sais, la toucher.”

“Peu importe, pas d’excuses. Mets ta main sur moi. Je peux mieux sécher tes cheveux.”

Alors qu’il lui berce à nouveau la tête, elle touche l’érection de Salazar. Les mains de Salazar tressaillirent et elle secoua la tête de Salazar sous la serviette. Dans le seul but de le taquiner, elle lui a tapoté la queue et a de nouveau senti sa tête tressaillir sous ses mains. Elle la caressa avec la paume de sa main et Salazar bougea la tête à son contact.

Salazar rapprocha son visage de ses hanches.

“Embrasse-moi”, dit-il. “Nous nous sentirons tous les deux plus chauds.

Christy essaya de lever les yeux vers lui, mais ses mains ne voulaient pas lâcher sa tête. Elle comprit alors que son “baiser” n’était pas ce qu’elle avait d’abord cru. Gardant une main sur sa tête, il tripote la braguette de son caleçon, jusqu’à ce que sa dureté apparaisse devant Christy.

C’était un serpent raide enchâssé dans un jardin de poils noirs bien entretenus. Christy a d’abord été timide à l’idée d’embrasser sa bite. Mais elle s’est laissée aller, décidant de le faire une fois. Elle allait bientôt quitter Barcelone.

Christy l’écouta lui parler dans sa langue maternelle, inintelligible pour elle, mais néanmoins charmante. Il a jeté la serviette. Elle sourit à son regard profond et sombre.

Elle a posé ses lèvres sur le dessous de son corps. Entendant le gémissement de plaisir, elle décida qu’un ou deux autres baisers ne seraient pas de trop. Elle a continué à poser ses lèvres sur la longueur, jusqu’à la base. La texture passait de la dureté à ses couilles pendantes. Les poils noirs lui chatouillèrent le nez. Elle a éternué.

“Salud”, dit-il. Il lui a pris le menton et l’a embrassée.

Il la poussa en arrière, l’aplatissant sur le matelas. Il s’est glissé au-dessus d’elle et l’a embrassée à nouveau. D’abord, un léger baiser. Puis, un glaçage le long de ses lèvres. Christy l’a saisi pour l’embrasser longuement. Ils continuèrent à s’explorer et à s’exciter l’un l’autre.

Soudain, Christy s’est arrêtée. Elle a entendu une porte se fermer. Salazar lui prit le menton pour attirer son attention sur lui. Elle a cédé et l’a embrassé plus fort. Elle le fit rouler pour se retrouver sur lui. Elle s’arrêta à nouveau.

“Brutus “, dit-elle entre deux respirations profondes.

Le grand homme resta silencieux. Il se contenta de s’asseoir sur la causeuse du salon, mais resta visible. Salazar attira l’attention de Christy. Il la fit rouler sur le dos et l’étouffa de baisers.

Tandis que ses mains s’accrochaient au corps de Salazar, Christy ne pouvait se défaire de l’idée qu’un autre homme, Brutus en l’occurrence, les observait. Salazar approcha ses lèvres de la base de son cou. L’espace d’un instant, elle jeta un coup d’œil à travers la porte de la chambre. Brutus était là, en train d’observer. Il avait un large sourire.

Une pensée étrange lui traversa l’esprit. Elle la fit frissonner. La mère de Christy lui vint à l’esprit. Elle portait son vieux tablier et se trouvait dans sa cuisine. Elle faisait la vaisselle pendant que les pommes de terre bouillaient sur la cuisinière derrière elle. Elle disait à Christy : “Un homme, une femme”. Mais maintenant, Barcelone disait à Christy : “Deux hommes, une femme, juste une fois. Cela ne se reproduira plus jamais.”

Christy ne voulait pas devenir une vieille femme qui avait tourné au vinaigre à cause d’une vie d’occasions manquées. Elle n’était pas d’accord avec son envie et sa mère. Au lieu de cela, elle se reposa sous Salazar pour profiter de l’attention incroyable qu’il portait à son corps.

Pourtant, l’attirance qu’elle éprouvait pour Brutus était inébranlable. Et il était juste là. Elle tourna la tête vers lui, tandis que l’homme mince au-dessus d’elle embrassait son cou et sa clavicule. Son halètement soudain fit sursauter Salazar. Il se redressa au-dessus d’elle.

Le regard de Christy amena celui de Salazar vers Brutus. Elle n’avait toujours pas détaché ses yeux de la bite que tenait le géant. Sa main s’éleva jusqu’au sommet de la tête de la bite, la recouvrant puis la laissant réapparaître. Elle était massive. Une canne. Une épée. Une lance. Elle correspondait à la taille et au type de forme de Brutus. Elle surpassait celle de Salazar. Elle pensa soudain à donner et à recevoir, à vouloir et à avoir.

Le cœur de Christy battait la chamade et un désir grandissait dans son ventre. Salazar pouvait chanter et la baigner de sa passion. Mais elle était attirée par Brutus. Il était bourru. Il était poilu.

Christy se redressa, ce qui écarta Salazar.

“Brutus”, dit-elle. Sa voix était douce et semblait étrangement envoûtée.

L’homme arrêta ses lentes caresses.

“Brutus”, dit-elle à nouveau, “viens ici”.

Quand il s’est approché, elle a glissé sa main sur son avant-bras robuste, ses doigts parcourant les poils durs. Elle posa sa joue contre le bras. Puis son autre main se dirigea directement vers son érection dénudée.

D’un geste délicat, elle fixa ses yeux noirs pour s’assurer qu’il était satisfait d’elle. “Tu aimes ça ?

Elle sut qu’il appréciait sa main quand ses yeux se fermèrent tandis qu’elle accélérait ses attouchements.

“Allonge-toi”. Elle tapota une place à côté d’elle.

Lorsqu’il s’assit sur le matelas, elle faillit tomber sur ses genoux car le matelas s’inclinait vers l’intérieur à cause de sa taille et de son poids. Elle guida sa bouche vers ses seins, les lui donnant à manger. “Ils sont à toi, Brutus. Tout pour toi.”

Et il se régala. Elle sentit des grignotements puis des morsures sur ses autres seins. Salazar était revenu à l’action.

Christy avait deux hommes qui jouissaient de son corps en même temps. Ils la savouraient de tout leur cœur. Ce n’étaient plus des gentlemen. Ils s’étaient lentement transformés en animaux qui se régalaient de leur proie consentante.

Elle sentait leurs mains se déplacer sur elle. Celles de Brutus étaient calleuses et charnues. Celles de Salazar étaient filandreuses et rapides. La main de Brutus déplaça sa jambe, s’étant emparée de sa petite cuisse. Christy apprécie la rugosité du papier de verre des bras de Brutus contre la peau douce de sa cuisse.

Pendant ce temps, les doigts de Salazar se glissaient dans ses parties les plus intimes. Le long de sa taille, sur ses hanches, juste au sud de son nombril, dans son buisson coquin. Elle sursauta lorsque ses doigts effleurèrent son clito. Le contact était peut-être aussi léger que le passage d’un simple fantôme, mais il a secoué son corps, faisant friser ses orteils. Le glaçage suivant était si agréable que sa bouche a roucoulé. Salazar continua à la masser pour lui procurer des sensations luxueuses.

Malgré ses yeux fermés, elle vit une ombre noire apparaître au-dessus d’elle, comme si elle bloquait le soleil de midi. Elle sentit un autre frôlement de sa chatte. Pas comme un fantôme cette fois, ni comme les doigts de Salazar. Elle ouvrit les yeux pour voir Brutus, le géant, frôler le bout de sa bite contre sa chatte étroite. Elle sourit, sachant qu’il était prêt à entrer.

“Viens à l’intérieur”, dit-elle. “Fais-le doucement. Ne me fais pas mal.” Elle n’avait eu qu’un seul partenaire. C’était un garçon du lycée, minuscule par rapport à Brutus, minuscule même par rapport à Salazar.

Dès qu’elle l’a prévenu, elle a grimacé, son cou s’est tendu, sa bouche s’est crispée, ses yeux se sont gonflés. Elle essaya d’implorer la pitié, tenant Brutus à distance avec sa main, ou du moins l’empêchant de charger à l’intérieur d’elle. Il continua à s’enfoncer, poussant sa bite plus loin, plus profondément. Christy se soulevait et sifflait de douleur. Elle était prête à le supplier d’arrêter quand sa bite recula légèrement. Cela soulagea sa douleur. Elle reprit son souffle, mais la douleur grésillante reprit de plus belle lorsque Brutus avança.

La main de Salazar saisit son visage et le pencha vers lui. Soudain, le bout de sa bite se trouva entre ses deux yeux. Il se déplaça vers l’avant.

En un instant, Christy réalisa que deux hommes étaient sur elle. Une bite était dans sa bouche, et un autre se balançait lentement et plus rapidement contre sa chatte humide et dégoulinante.

Trois d’entre nous – moi et deux autres ? pensa-t-elle, l’inquiétude l’envahissant. Qu’est-ce que je suis en train de faire ? Je ne peux pas faire ça. Mais Barcelone continua à la presser.

Elle commença à les arrêter lorsque Brutus la pénétra complètement. Elle ne l’arrêta pas pour autant. C’était merveilleux, un bain complet d’étincelles sur son corps, immergé dans un bain chaud et fumant. Puis, dans sa joie, elle a sucé la bite de Salazar.

Salazar se retira et Brutus se traîna hors d’elle. Ils changèrent de place. Salazar s’est allongé sur le lit et Brutus est resté inébranlable. Soudain, Christy devint ce qui aurait pu être la douceur entre les deux biscuits durs. Les deux hommes l’ont recouverte, la mettant à quatre pattes sur le matelas. Elle les apprécie tous les deux.

Ils se sont occupés de toutes les parties de son corps. Sa bouche et ses lobes d’oreilles. Sa poitrine et ses mamelons. Une traînée le long de son torse. À sa grande surprise, Brutus l’a prise doucement. Elle aimait qu’il embrasse la chair chaude de l’intérieur de ses cuisses. Il déposa des baisers sur ses genoux. Puis sur le dessus de ses pieds. Bien qu’elle gloussât lorsque sa barbe effleurait la plante de ses pieds, il se concentra sur ses pieds et suça ses orteils. Tout en s’occupant de ses pieds, Salazar enfouit profondément son visage dans sa chatte. Il l’a gobée, a tiré sur ses lèvres, l’a engloutie au plus profond d’elle-même. Mieux encore, elle aimait entendre son expiration lorsqu’il se relevait, puis son souffle profond lorsqu’il redescendait, comme un nageur olympique dans une course effrénée.

Son corps absorba l’affection jusqu’à ce que des picotements et un flou persistant envahissent ses sens.

Les deux hommes se sont retirés. Elle pensait qu’ils l’avaient laissée se reposer. Leurs mains et leurs bouches n’étaient plus sur elle, et elle ne sentait pas non plus leurs quatre mains ou leurs vingt doigts. Néanmoins, leur présence était au-dessus d’elle, de gigantesques tours l’entourant, verticales et parallèles. Elle est restée immobile sur le lit. Ses yeux étaient fermés et sa bouche souriait. Finalement, sa respiration s’est calmée et elle a remarqué un bruit de bave. Le son l’a troublée, mais elle n’a pas voulu bouger – ni y penser, d’ailleurs – parce que cela aurait pu interrompre son inertie. Mais la gifle se poursuivit régulièrement. Elle était agrémentée de grognements et d’un gémissement prolongé. Elle ouvrit enfin les yeux pour voir Salazar se branler la queue. Elle était lubrifiée et scintillait à la lumière du plafonnier. Son visage grimaçait et se tordait. Ses dents s’agrippaient à sa lèvre inférieure. Il poussa un autre gémissement. Soudain, une chaude éclaboussure d’humidité atterrit sur le haut de sa joue et sur son front. Une deuxième goutte, plus lourde, l’atteignit au niveau de l’œil. Elle l’essuya et la jeta par terre.

Brutus caressait toujours sa bite au-dessus d’elle. Elle a regardé son apparence changeante. Il était beau comme dans le Dakota du Nord. Une brute, un homme sauvage, à la peau rude, poilu. Pensant à son pays, elle le poussa.

“Viens, mon grand.” Elle posa sa main sur sa cuisse. “Ne te retiens pas. Donne-le moi.”

Les mains de Salazar écartent les cheveux de Christy de son visage. Il encouragea son ami en espagnol. La main de Brutus devint floue. Il y eut un sanglot hilarant – long, bas, primitif.

“Brutus, s’il te plaît. En plein sur mon visage.”

Christy leva son regard comme vers la lumière du soleil d’été. Et elle l’exhorta.

“Pour moi, fais-le. Je sais que tu le veux. Depuis le moment où tu m’as rencontrée, c’est ce que tu as voulu”. Elle dégagea ses cheveux des mains de Salazar et passa ses doigts dans ceux-ci, repliant les mèches humides derrière chaque oreille.

Brutus laissa échapper un autre grognement gargantuesque, suivi d’un grondement rauque dans sa gorge.

Christy fut frappée de plein fouet par une éclaboussure qui s’étendait de son œil à la racine de ses cheveux en passant par son sourcil. Brutus donna une autre giclée qui atterrit sur sa joue et le coin de sa bouche.

Elle leva son œil unique pour voir un Brutus heureux, tenant toujours sa grosse bite. Un corps soulagé.

Elle tâta le sperme du bout de son doigt.

“Tu veux que je le goûte ? ” demanda-t-elle, taquine.

Elle ne le pensait pas vraiment. La raillerie n’était que cela, un peu de taquinerie au milieu de la folie. Quand le visage du jeune homme s’éclaira à cette remarque, l’idée la fit repenser à sa taquinerie. Tout comme elle n’avait pas envisagé son badinage, elle n’avait pas envisagé de mettre ses deux doigts gluants dans sa bouche en douceur.

Il a ensuite tendu la main vers le sperme qui se trouvait sur ses lèvres et l’a poussé dans sa bouche.

Pour Christy, ses doigts surdimensionnés avaient un goût de sel et une sensation d’insensibilité. Elle a sucé ses doigts, tout comme il avait embrassé ses orteils avec ses lèvres.

Plus tard, Christy a trouvé Marsala dans leur appartement, endormi, après un état d’ébriété évident. Un homme, en caleçon, était allongé sur le sol à côté du canapé. Trois bouteilles de vin rouge vides se trouvaient sur le comptoir de la cuisine.

Christy se tient au-dessus de son colocataire. “Toi aussi, tu as passé une bonne nuit”.

Elle posa une couverture légère sur Marsala. “Au moins, je n’aurai pas la gueule de bois.”

Pendant des années, Christy n’a jamais oublié Marsala, son colocataire fou à Barcelone, ni Brutus, le monstre de la chambre. Christy s’est toujours demandé ce qui lui était arrivé. Elle avait pensé à le demander à Marsala, mais, chaque année, l’idée lui paraissait plus bête et plus absurde. Peut-être qu’un jour, comme cette allumeuse inconsidérée au pied de Brutus, elle pourrait poser la question à Marsala, en lui demandant si elle connaissait un géant rugueux, où il se trouvait, et si elle le chercherait. En vérité, il était avec elle. Elle ne l’a jamais laissé partir.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Si vous avez une adresse GMAIL, je vous offre un premium contre un petit service. Mp ou lucie@xfr.fr Kissoux !

X
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings