Bi - Gay - Lesbien Histoires de Sexe Histoires taboues et histoires de sexe

Xstory Récit d’une expérience de pluralité sexuelle qui m’a marquée à vie

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Xstory

Nous finissons le dîner, nous sommes un peu sonnés par les deux bouteilles de vin que nous avons bues, un peu goguenards, nous attirons l’attention du reste des convives occasionnels qui se trouvent ce soir-là dans le restaurant, quelques curieux nous regardent de loin à cause de notre état éphémère, nous rions aux éclats, Laura s’énerve un peu et nous réprimande, bien sûr, c’est logique, c’est une sœur de la congrégation de Jésus et l’image publique qu’elle donne n’est pas la bonne, je prends mon portable et je leur montre les photos que je voulais tant leur montrer, La grosse Maria est pétrifiée, on dirait qu’elle ne respire plus, même l’énorme glace qu’elle engloutit comme si elle était désespérée, Sandrita rit sournoisement, avec l’innocence d’une personne dont le coefficient mental est inférieur au minimum, Elle regarde ces photos et son contenu livide explose, je la plains, je suis sûr qu’elle est encore vierge, et Laura, eh bien, Laura ne changera jamais, elle se croise encore et encore devant l’image du péché, mais à vrai dire elle ne détache pas ses yeux espiègles de l’écran de mon portable.

Traverser l’adolescence n’a pas été facile, on peut être très cruel à un certain âge et on n’a aucune idée du nombre de mots que l’on prononce sur le ton de la plaisanterie et qui peuvent blesser.

Si les garçons ne m’ont jamais regardée, ni donné trop de surnoms, ce sont certainement les filles qui m’ont le plus blessée, parce que les hommes, eh bien, ce sont des hommes, mais les filles ? nous sommes censées être des complices et des acolytes.

Xstory Récit d'une expérience de pluralité sexuelle qui m'a marquée à vie
Déshabille n'importe qui grâce à l'intelligence artificielle

Ils n’ont pas tardé à me mettre dans le corral des moches, et naturellement mes amies étaient ces filles qui ne correspondaient pas au modèle parfait qu’on exige pour réussir de nos jours, et donc, un peu par empathie, je suis devenue la confidente de Sandrita, la fille qui avait eu une drôle de maladie dans son enfance et qui était pour le moins un peu bête, un peu attardée, tout lui coûtait deux fois plus cher et il fallait tout lui expliquer, Laura en était une autre, une éternelle refoulée complexée, qui passait son temps à se ronger les ongles et qui pleurait presque tout le temps, avec un nez proéminent, trop, ce qui lui avait valu le surnom de sorcière, et elle ne pouvait pas passer à côté de la grosse, atteindre les cent kilos pour une adolescente est un exploit, et la carilinda de María n’avait que le temps de dévorer tout ce qui passait sur son chemin. C’est moi qui fermais le fameux quatuor de la mort, comme on nous appelait par dérision.

Et peut-être aurais-je pu être mis à l’écart à cause de mes insupportables lunettes grossissantes, parce que j’étais presque aveugle, ou peut-être à cause de mon addiction aux livres, être trop intelligent au point d’être l’enfant star permanent de la classe n’était pas bien vu. Mais non, c’était l’autre côté, et certainement celui qui faisait le plus mal.

On m’appelait simplement « méduse », un surnom qui me hante encore aujourd’hui, parce que j’étais très petite, très mince, et quand toutes les filles se sont transformées en seins et en fesses, je suis restée une fille maigre et chétive, sans seins, sans fesses et comme une méduse, parce que je n’avais pas de forme du tout.

Ça m’a fait mal, comme ça m’a fait mal, je n’ai jamais pu m’en remettre, même aujourd’hui ça me fait mal de me rappeler ces jours-là, et je suis reconnaissante d’avoir eu Sandrita, Laura et María pour se soutenir mutuellement et faire front commun devant les jolies filles du cours.

Les années ont passé, à un peu plus de vingt ans, j’avais déjà un double diplôme de graphiste et de marketing, je parlais parfaitement l’anglais et j’étudiais le chinois mandarin, j’avais aussi l’intention de faire un troisième cycle, un master, et j’ai commencé à gagner de l’argent avec ma profession, ce qui me manquait en physique, j’avais beaucoup d’intelligence.

À l’âge de vingt-six ans, certaines choses avaient changé : mes cheveux noirs étaient devenus d’un blond plus qu’éclatant et, grâce à quelques opérations au laser sur ma vue, je pouvais me passer de mes ennuyeuses lunettes grossissantes ; j’avais même un peu retouché mon nez et mes pommettes.

Cependant, il y avait des choses qui ne changeraient jamais, j’avais un fort complexe quand je me regardais dans le miroir, je ne ferais jamais plus d’un mètre cinquante, je ne pèserais jamais plus de quarante-cinq kilos, je n’aurais jamais de seins, je n’aurais jamais de cul et je serais toujours une misérable amedusa. Mes petits bras et mes petites jambes étaient presque maigres, mes côtes étaient toujours saillantes et j’avais du mal à m’accepter telle que j’étais.

Je n’aimais pas me voir exposée, j’adorais les plages, le soleil et le sable, mais je passais toujours mes vacances dans des endroits montagneux ou extrêmement froids, juste pour le besoin de me sentir isolée et d’avoir à porter trop de vêtements chauds, je détestais me voir dans le miroir en maillot de bain, et ce sentiment de haine était potentiellement amplifié sur une plage publique, où tous les défauts physiques que je percevais étaient exposés.

De plus, le fait d’être sur une plage au bord de la mer et de voir de temps en temps des méduses mourantes sur le rivage, ou des enfants innocents qui crient « attention ! une eau vivante », est devenu personnel et je ne pouvais pas m’empêcher d’être angoissée. Parfois, lorsque j’étais perdue dans mes pensées et que quelqu’un disait soudain quelque chose à propos d’« eau vive », ma première réaction était de penser qu’ils se moquaient de moi.

Avec les garçons, ce n’était pas mieux, il se trouve que j’aimais ceux qui ne m’aimaient pas, et bien, presque personne ne m’aimait, et j’avoue avec une pointe de honte que je les payais pour qu’ils me fassent l’amour, le garçon de mes rêves, celui qui n’aurait jamais remarqué une méduse comme moi.

Xstory Récit d'une expérience de pluralité sexuelle qui m'a marquée à vie
Les dernières inscrites

Et si je payais pour l’un, je payais pour un autre, et un autre, et un autre, et c’était ma façon de dépenser de l’argent.

Vers trente ans, je suis tombée amoureuse du mauvais homme, je lui ai offert mon cœur, il m’a offert mon argent. C’était une erreur, une nouvelle pierre d’achoppement dans ma vie, comment supposer qu’il était à mes côtés par intérêt ? comment fermer les yeux sur ses tromperies continuelles ? comment me sentir heureuse en essayant d’ignorer que j’étais une cocue consciente ?

Je me suis donc retrouvée à mi-chemin de ma vie avec un avenir professionnel brillant et une vie sentimentale désastreuse, j’aimais mon intelligence, je détestais mon physique.

Avec les filles on s’écrivait de temps en temps, on se voyait de temps en temps, on ne se perdait jamais de vue, Sandrita était toujours célibataire, à la charge de ses parents et de son grand frère, chose prévisible puisque la pauvre aurait toujours ce petit retard mental, Laura était devenue religieuse, prévisible aussi, une fille trop complexée qui ne pouvait se résoudre à regarder un garçon dans les yeux, et la grosse María avait surpris tout le monde, elle avait épousé un garçon petit, maigre, chauve avec une moustache prononcée, et ils n’avaient pas perdu de temps, ils avaient déjà six enfants, quatre filles et deux garçons.

Et malgré la distance, notre groupe WhatsApp et nos statuts Instagram étaient plus vivants que jamais, tous les deux ou trois mois, nous nous retrouvions tous les quatre pour dîner, pour parler de nous, de nos vies, passées, présentes et futures.

Tout est arrivé par hasard, j’étais un patron important dans une société de marketing bien connue, nous faisions des campagnes publicitaires pour plusieurs entreprises et j’étais celui qui faisait avancer les projets, les idées, les innovations et qui partageait le travail avec mon personnel. Je gagnais beaucoup d’argent, plus que je ne pouvais en dépenser, et c’était peut-être le seul endroit où je ne me sentais pas comme une méduse insignifiante, où je me sentais respecté et où je pouvais tout contrôler.

Nous avions été engagés par un constructeur automobile très célèbre dans le monde entier, dans le monde des voitures, c’était un secret de polichinelle qu’ils étaient sur le point de lancer une nouvelle voiture de sport, un pur-sang comme ils disaient, ce serait une édition limitée à soixante unités, trente en blanc, trente en noir, une façon de célébrer les soixante ans de la marque dans le pays.

La proposition est tombée d’elle-même, je ne pense pas que la réunion ait duré plus de dix minutes, c’était facile, d’imposer l’idée d’un produit jeune, puissant, viril, musclé, les voitures ont beaucoup à voir avec les hommes et nous avons décidé de faire un parallélisme, voitures noires, hommes blancs, voitures blanches, hommes noirs, la stratégie ne pouvait pas échouer.

Xstory Récit d'une expérience de pluralité sexuelle qui m'a marquée à vie
Génère des photos porno grâce à l'intelligence artificielle

On a convoqué beaucoup de mecs musclés et virils, qui correspondaient à la taille de ce qu’on recherchait, on a fait des présélections, puis de nouvelles sélections, comme d’habitude, j’ai tout supervisé de loin, en arrière-plan, à mi-distance, pas trop près pour qu’ils sentent ma pression, et pas trop loin pour qu’ils sentent une liberté totale.

Les choses se sont un peu compliquées, car nous gérions plusieurs projets en même temps, nous étions en retard sur la date convenue, et nous avons également reçu une communication de l’entreprise indiquant qu’elle souhaitait avancer le lancement sur le marché, et qu’il fallait au moins que les publicités soient prêtes. C’était le chaos et j’ai décidé de prendre les choses en main. J’ai laissé à l’équipe le soin de choisir les hommes à la peau blanche et j’ai opté pour les hommes à la peau foncée.

Je les ai convoqués au bureau à la dernière minute, mon agenda était trop chargé, je me souviens qu’il était environ huit heures du soir, il faisait déjà nuit et comme tout le monde avait terminé sa journée de travail, je me suis retrouvé seul avec trois énormes types bruns, seul le personnel de sécurité à l’entrée du bâtiment aurait pu nous interrompre à ce moment-là, et d’ailleurs je les avais prévenus qu’il ne fallait pas les interrompre, ils me connaissaient et il valait mieux ne pas réveiller ce côté-là de ma personnalité.

J’ai pris la position dominante, celle du patron, je les ai fait entrer dans le studio de cinéma et de photographie, j’ai rapidement passé en revue les informations dont je disposais à leur sujet, je leur ai donné plus de détails sur l’idée que nous avions développée et j’ai écouté leurs questions.

J’ai allumé les lumières du studio et je me suis assis dans la position du réalisateur, comme d’habitude, les garçons à ma droite, assis, attendant leur tour. J’ai dit à l’un d’entre eux d’entrer et de poser, je devais voir s’ils étaient bons.

Il a commencé à le faire, il était trop attirant, viril, sexy, il avait un jean déchiré bleu foncé, des baskets noires et une chemise de la même couleur, assez serrée pour marquer toutes les courbes complexes de son torse, il avait un visage dur, avec un regard profond, Je ne le voyais pas comme un professionnel, je le voyais comme une femme et dans ces poses de mannequin, je ressentais une excitation très intime, très secrète, au point que je devais croiser les jambes et serrer très fort mon sexe.

Je lui ai demandé d’enlever sa chemise et de continuer ce qu’il faisait, le brun avait un torse de cinéma, dessiné à la main par le pinceau d’un artiste de l’érotisme, peuplé d’innombrables tatouages, c’était juste une œuvre d’art et j’ai commencé à perdre mon sang-froid.

Je lui ai alors demandé de rester en sous-vêtements, il fallait que je le voie, et pas seulement lui, les deux autres qui attendaient sur le côté ont remarqué que les choses sortaient du cadre strictement professionnel. Mes lèvres étaient sèches et je passais ma langue dessus pour les humidifier encore et encore, l’atmosphère est devenue chaude et j’ai déplacé ma jambe d’un côté à l’autre, je me sentais toute mouillée, je ne savais pas comment déconnecter mon clitoris et mes mamelons, mes tempes palpitaient et ma petite tête folle se noyait dans des pensées morbides.

J’ai regardé les autres garçons et je leur ai demandé de faire de même, il fallait que je compare.

Que dire, le fantasme du gangbang, le fantasme des noirs, le fantasme d’être unique, le fantasme de la perfection masculine, c’était trop.

Xstory Récit d'une expérience de pluralité sexuelle qui m'a marquée à vie
Nouveaux profils

Je suis allée droit au but, je lui ai dit que s’ils me plaisaient bien, ils n’auraient pas seulement le travail, mais un bonus supplémentaire de gratification.

Je me suis levée, j’ai laissé tomber mes vêtements un par un, je suis restée sur mes talons hauts et malgré cela, j’ai à peine atteint la hauteur de ses mamelons, je me suis tenue au milieu d’eux, je me suis sentie comme une pygmée, j’ai sorti mon téléphone portable et j’ai pris quelques photos, parce que les filles n’allaient sûrement pas croire ce que j’étais sur le point de manger.

La sensation était aussi bizarre que chaude, moi, une petite personne insignifiante, minuscule, un microbe, entourée de trois énormes spécimens masculins noirs, ils avaient l’air différents, ils avaient l’air différents, ils sentaient différents, ils étaient grands, ils étaient tous grands, J’ai commencé à frotter la bite de l’un d’entre eux sur son slip et oui, effrayante, je ne pouvais pas supporter ces photos que je prenais l’une après l’autre sans m’arrêter, j’ai mis le téléphone portable de côté, je me suis étirée sur la pointe des pieds et j’ai dû attendre qu’il se penche un peu pour atteindre ces épaisses lèvres africaines, c’était un baiser aussi doux que rude, Je suis allée vers le troisième, celui qui m’attirait le plus, le tatoué, je suis aussi allée vers ses lèvres mais l’animal m’a soulevée en l’air comme si j’étais une feuille de papier, ses mains énormes étaient plus grandes que mes fesses et il s’en servait comme support pour me maintenir assise dessus, puis il m’a léché le cou, et s’est attaqué à mes seins, mes seins minuscules entraient complètement dans sa grande bouche, et c’était trop riche, il les mangeait, mes tétons étaient fébriles pendant que les autres me pressaient par-derrière.

J’ai demandé une minute, je lui ai dit de me lâcher, je voulais aller sur le sol, j’avais beaucoup d’envies de réaliser des fantasmes fous, et heureusement mon imagination n’a pas failli, leurs bites étaient aussi grosses qu’eux, c’était quelque chose d’un autre monde, et ils étaient juste pour moi, j’ai commencé à sucer l’un d’eux, et j’ai masturbé les deux autres, et j’ai tourné, je me sentais si salope, si sale, je ne pouvais pas éviter que mes flux féminins dégoulinent incroyablement le long de mes jambes, comme jamais auparavant.

Comment décrire la sensation, s’ils étaient si épais que je ne pouvais pas les entourer de mes petites mains, s’ils étaient si longs que même mon avant-bras ressemblait à un jouet à côté d’eux, s’ils étaient aussi sombres que mes pensées perverses, s’ils étaient aussi riches que la meilleure des gourmandises.

L’un d’eux m’a pris d’où j’étais, m’a soulevé à nouveau dans ses bras pour me porter jusqu’à la chaise où j’étais assis auparavant, il n’a rien dit, comme un animal il m’a étalé dessus, s’est jeté sur le sol, m’a écarté les jambes et a commencé à me faire une fellation, trop savoureuse, trop irrésistible, j’ai commencé à gémir, à me perdre, les autres mâles m’ont encadré, un de chaque côté, pour que je puisse continuer à le sucer.

Je l’ai attrapé par la base, un de chaque côté et pendant que je crevais de la succion que le salaud me faisait, j’ai commencé à frotter mes tétons avec ces glandes dures et noires, je me sentais venir, je n’en pouvais plus et je voulais juste qu’ils me baisent….

Ils ont changé, ils ont décidé ce qu’ils allaient faire et je n’étais qu’une pauvre marionnette, un des morochos s’est assis sur ma chaise et je l’ai chevauché, c’était une bénédiction pour moi, parce que je pouvais réguler la pénétration, et à la moitié de la bite, je sentais déjà que j’étais complète. Ils essayaient de me forcer à manger encore plus, mais je ne pouvais pas, ce connard allait me déchirer l’utérus si je continuais à pousser, ce n’était pas drôle, mais c’était agréable, je rentrais et sortais avec ce que je pouvais, avec cinquante pour cent de cet anaconda noir c’était plus que suffisant pour moi, je me caressais la chatte, j’aimais ça, et j’en avais encore deux à essayer.

Le tatoué allait faire un mauvais coup, il venait par derrière chercher une double pénétration, et je vous jure que j’aurais adoré, en plus, j’adorais le sexe anal, mais là c’était trop, ils me cassaient la chatte et c’était plus que suffisant, mon cul à cette occasion n’aurait pas supporté.

J’ai préféré les sucer encore un peu, je préférais ça à la pénétration, bon, je n’ai pas une chatte sans fond non plus, et quand j’ai été satisfaite j’ai avoué mon fétiche le plus secret….

Je suis allée sur le côté, j’ai remis mon soutien-gorge et ma chemise en fermant les boutons un par un, ainsi que mon string et la jupe moulante violette que je portais, toujours en talons hauts, une fois de plus j’étais habillée comme la patronne de service, je me suis installée confortablement sur la chaise, j’ai remonté un peu ma jupe pour me permettre d’ouvrir mes jambes sur les accoudoirs et j’ai juste tiré mon string sur le côté en laissant mon sexe ouvert et disponible au premier plan, l’un d’eux est venu se mettre à l’aise et l’a enfoncé profondément en moi, J’ai dû utiliser un de mes bras pour toucher son ventre et l’empêcher d’essayer de l’enfoncer plus profondément que je ne pouvais le supporter, mais c’était riche, c’était doux de sentir son énorme sexe caresser l’intimité du mien et pendant ces interminables secondes, j’ai ressenti les orgasmes les plus profonds de mon existence, je l’ai senti jouir, et comme je l’avais imaginé, ses sucs chauds ont envahi toute ma petite grotte d’amour, il m’a remplie et c’était exquis, me procurant des sensations indescriptibles à narrer.

Puis il a cédé la place au second, qui a lui aussi joui pour moi, et son sexe dur a glissé dans le mien avec le mélange de mes flux et du sperme de la première brune, j’ai cru mourir dans ce jeu et il a lui aussi joui en moi.

J’étais à bout de souffle, au bord de l’évanouissement et en toute hâte mon dessert est arrivé, le garçon tatoué me baisait et je serrais fort mon clitoris, je ne pouvais pas le faire seule….

Lui, contrairement aux autres, l’a retiré de mon trou avant de jouir, je me masturbais encore en regardant son énorme sexe couvert du sperme des autres, ça avait trop bon goût, et encore meilleur quand il a mis le bout de son gland sur mon petit bouton, pour déverser des litres de jus poisseux sur mon pubis.

Je me sentais tellement excitée que j’ai juste tiré sur le tissu de mon sous-vêtement et j’étais satisfaite, avec tout un melting-pot dégoûtant de sperme entre mes jambes que je ne pouvais pas contenir car il débordait partout, et à mon grand regret, j’ai dû aller aux toilettes pour me nettoyer un peu, ne serait-ce que pour pouvoir rentrer à la maison.

Avant de leur dire au revoir, je leur ai annoncé qu’ils avaient gagné le travail, que les prises de vue commenceraient le lendemain et les courts métrages dans une semaine au plus tard, je leur ai aussi assuré qu’ils auraient à la réception trois enveloppes avec de l’argent liquide pour la prime promise, tout cela faisait mal, mais bon sang, cela en valait la peine.

Nous nous sommes dit au revoir, cordialement, à partir de maintenant je ne traiterais avec eux que de manière professionnelle, distante et froide.

Je suis rentré chez moi, j’ai laissé la voiture au garage, j’ai rempli la baignoire d’eau chaude et je me suis versé une coupe de champagne, je suis allé dans l’eau en laissant mes vêtements en chemin, je n’avais besoin d’avoir que trois choses à portée de main à ce moment-là, le verre, la bouteille et mon portable.

Je suis entrée et me suis immergée complètement, j’ai sorti la tête de sous l’eau et j’ai pris quelques instants pour respirer profondément, j’ai fermé les yeux, j’ai revécu l’histoire, petit à petit, j’ai pris le téléphone portable et j’ai commencé à voir une à une les photos que j’avais prises, je me sentais pleine de désir et j’avais encore l’impression de sentir tout mon vagin collé par le sperme, Je me suis assise sur le bord de la baignoire, j’ai pris la douchette et j’ai laissé les minces jets d’eau couler sur ma peau, mes seins, mes mamelons, et passer entre mes jambes, c’était si chaud, si doux, si délicat que j’ai fini par terminer sans me toucher, juste avec les caresses chaudes de l’eau sur mon sexe.

Deux mois après la fin de la campagne, alors que les voitures étaient déjà dans la rue, que tout était un succès et que cette histoire venait gonfler le curriculum de l’entreprise, j’ai recontacté Danilo, le brun avec les tatouages, c’était sympa, je l’ai gardé avec mon argent dans mon cercle pour qu’il puisse me baiser quand j’en avais envie, et je ne regrette pas l’expérience, jusqu’à ce qu’il soit temps de clore cette histoire et de partir chacun de son côté.

La grosse María est tellement concentrée sur mon histoire que la glace a fini par fondre dans sa grande tasse, Sandrita me regarde avec un visage d’incompréhension, entre ses réalités et ses fantasmes, et Laura, Laura sera toujours une folle, je sais que ses habitudes ne sont qu’une façade et même si elle se persécute devant mes mots, il est évident que c’est elle qui envie ma position, je la regarde droit dans les yeux, Je lui prends les mains, et je suis direct, sous le regard attentif des deux autres filles je lui demande si elle se masturbe, je suis très intrigué par sa vie secrète, ses éternels combats avec les saints et les démons, ses péchés cachés, elle le nie avec ses gestes, mais son regard la trahit, je regarde l’heure, il est tard, ce sera pour une autre occasion, je demande l’addition, cette fois je paie, et en plus, il faut que je ramène Sandrita à la maison.

Si vous avez aimé cette histoire vous pouvez m’écrire avec le titre LAS FEAS à dulces.placeres@live.com

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou