Bi - Gay - Lesbien Histoires taboues et histoires de sexe Récit érotique Vieux - Jeunes Xstory

Xstory une Adolescente sans tabou dans un sex-shop

Une femme offerte en gangbang dans un sexshop
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

La première fois que je me suis rendu dans un sex-shop pour acheter un godemiché…. Cela fait maintenant quelques années que j’ai découvert mes préférences sexuelles. Je ne peux parler qu’en mon nom, le contraire serait bien sûr téméraire… mais en tant que jeune femme, je pense que ce n’est pas aussi facile que l’on pourrait le souhaiter. Mais je ne me suis jamais demandé “comment” je voulais quelque chose et je n’ai jamais eu de plan en tête.

Quand j’ai remarqué que j’aimais bien élargir et étirer ma chatte et ma rosette, je me suis dit que ce n’était pas un problème, car il y avait des hommes à tous les coins de rue pour me rendre ce service. J’étais plutôt jolie, pas vraiment impopulaire et, comme on dit, prête à faire n’importe quoi. Cependant, après ma scolarité, j’ai très vite compris qu’il n’y avait pas tant de place que ça pour les femmes comme moi.

Surtout avec ces préférences, les rencontres n’étaient pas faciles et se terminaient souvent de manière inattendue, voire embarrassante. Pour la plupart de mes amis masculins à l’école, j’étais plutôt du genre “copain”, car j’étais plutôt du genre sauvage. Pour les autres filles, j’étais plutôt “effrayant” et inutilisable. La médisance n’a jamais été mon “truc” et si je voulais dire quelque chose à quelqu’un, je le faisais directement en face. Non, cela ne veut pas dire que je me suis battue avec les autres, j’ai plutôt mordu et griffé.

En sport, je préférais jouer au football plutôt que de sauter à la corde et je ne pleurais que lorsque les autres ne le voyaient pas. Bien sûr, cela ne correspondait pas tout à fait au “projet de devenir adulte”. Même si je préférais jouer dans la forêt et aller faire pipi dans les haies, je passais de la petite racaille à la jeune femme. Il ne fallait pas manquer les hommages qui en découlaient, et j’étais de plus en plus contrainte à un rôle.

Celui de la jolie jeune femme qui doit se comporter correctement, ne rien laisser passer et correspondre à un modèle imaginaire. Tout cela était précédé par l’école. En fait, je n’y ai jamais pensé, mais il n’était pas question pour moi d'”échouer” dans le sens où je fréquentais des écoles inférieures. Mon diplôme de fin d’études était fixé et je ne pouvais même pas m’arrêter moi-même. Et pas non plus le fait que j’avais découvert le sexe et que je le vivais d’une autre manière que la plupart des femmes de mon âge.

Mais bien sûr, cela ne se voyait pas à l’extérieur. Et cela allait plus ou moins me réserver quelques surprises au lit. J’ai donc passé mon baccalauréat en trébuchant et j’ai seulement appris à bien sucer et à ne pas souffrir quand un homme veut vous enculer. De l’âge de 18 ans jusqu’à mes 20 ans, j’ai eu des rapports sexuels réguliers. On peut appeler ça des relations stables ou des “occasions”.

Certaines occasions se présentaient souvent, d’autres non. Cela ne me dérangeait pas, car c’était bien ainsi et j’y prenais même plaisir. Cependant, les hommes me demandaient régulièrement si je n’étais pas prête pour une relation sérieuse. Pour moi, c’était comme si on me mettait les mains autour du cou et qu’on me pressait lentement. Ce n’était bien sûr pas mon but de briser les cœurs, mais j’ai vite remarqué que les hommes de mon âge ou un peu plus âgés avaient des objectifs complètement différents et voulaient s’engager.

Bien sûr, j’étais également consciente que j’étais une sorte de trophée pour certains. Cependant, je ne voulais pas être le trophée de quelqu’un et je ne voulais surtout pas m’engager dans une relation basée sur le fait que j’avais de gros seins et que je savais calculer plus que 1+1. Ce que je voulais, c’était m’amuser et ne pas m’engager. Cependant, certaines relations ont pris fin non seulement parce que les attentes dans la vie ne se ressemblaient pas, mais aussi parce que les attentes, les idées et les besoins en matière de sexe ne coïncidaient pas.

Bien sûr, cela se ressentait rapidement au niveau sexuel. Le fait que j’aime sucer profondément n’en fait pas partie, au contraire. Je pense que 99% des hommes aiment même beaucoup que je commence à caresser le gland et à bouger la queue de haut en bas pendant la pipe. Personnellement, j’aime encore plus que sa queue ne soit pas encore dure ou qu’elle atteigne sa taille maximale. Cela me donne la possibilité de le sucer profondément même lorsqu’il est encore endormi, et même d’entourer lentement ses couilles avec la pointe de ma langue, puis de faire glisser mes lèvres lentement mais fermement sur ses couilles rebondies et légèrement frémissantes.

Lorsque cela excitait l’homme et que sa queue grandissait et se gonflait dans ma bouche, je la gardais parfois même dans ma bouche et continuais à la caresser avec ma langue et à la frotter contre mon palais. Pour certains hommes, c’était “normal”, car ils n’avaient pas vraiment de très grosses bites et certaines femmes pouvaient s’en accommoder. Mais il y avait aussi des hommes qui étaient un peu effrayés et qui pensaient que l’on n’avait plus le contrôle.

En général, il s’agit toujours de contrôler. C’est surtout amusant parce qu’une grande partie des hommes pensent qu’ils dominent la femme, alors que c’est la femme qui ne laisse que ce qui lui fait plaisir. Mais ce n’est pas de cela qu’il s’agit, mais du fait que tous ceux qui ont pu me “baiser” ont certes beaucoup apprécié de pouvoir enfoncer leur queue profondément dans ma gorge et que je me suis même laissée baiser dans ma gorge, mais cela n’a rien changé au fait que certains ont trouvé cela “moins excitant” parce que j’étais déjà trop “large” pour eux.

Je veux dire par là qu’ils préféraient sans doute les femmes qui avaient une chatte étroite. Bien sûr, il y avait aussi des hommes qui refusaient le deepthroat, qui en avaient peur, et c’étaient les mêmes qui étaient dégoûtés par le fait que tant de mecs m’avaient déjà baisée dans le cul qu’il s’ouvrait plus largement que la chatte d’une femme de 40 ans. Bien sûr, ce n’était pas le cas,… enfin, peut-être un peu,… c’était plutôt parce que je m’étais découvert un penchant pour les grandes choses.

Et maintenant, je dois malheureusement dire que c’était vraiment le cas, que beaucoup de “relations” et aussi de rendez-vous ont tourné au vinaigre, parce que je ne correspondais pas à l’homme qu’il imaginait, d’un point de vue purement sexuel. Ceux que je connaissais et qui aimaient cela en moi étaient très rares à cette époque. Mais cela n’avait pas d’importance. Du moins pas à moi. Mais cela m’a conduit dans la direction que je suis encore aujourd’hui… à aimer et à apprécier l’étirement et le fisting.

J’ai fait ce que je voulais, j’ai sucé certains mecs tout en mettant ma main dans ma chatte... de temps en temps, les mecs me regardaient faire et y enfonçaient même leur propre main, mais seulement pour se rendre compte que ce n’était pas pour eux. D’autres m’ont vu me mettre trois doigts dans le cul … et je ne les ai plus jamais revus. Et d’autres ont éjaculé dès que je leur ai demandé.

“S’ils pouvaient me mettre leur poing dans le dos”. Certains ont essayé, mais n’ont pas pu… certains avaient déjà du mal à y penser et d’autres ne voulaient tout simplement pas. L’un ou l’autre “condamné” l’a même fait parce que j’étais encore si jeune. Je me souviens même de l’un d’entre eux qui prétendait que seuls les gros pouvaient supporter ce genre de choses et que moi, je ne le pouvais certainement pas… Sa fierté blessée et le fait que je le lui ai montré ont fait que je ne l’ai plus jamais revu.

Tout cela m’a conduit à mettre la main à la pâte. Non seulement la main, mais surtout les petites canettes comme les bombes de laque ou les canettes de RedBull qui, avec un peu de salive, glissaient très vite dans mon entrée arrière. Bien sûr, j’aimais et j’aime toujours qu’on me dilate et qu’on m’étire la chatte, et même si elle est déjà très réceptive, il n’y a rien de plus agréable que de sentir quelque chose d’épais et d’énorme à l’intérieur et de se laisser aller à cette sensation.

Mais il s’agissait aussi toujours d’étirer l’anus. Mon cul n’est pas le plus petit, peut-être que cela vient aussi de l’étirement ? Mais j’ai toujours eu un bassin large… On m’a garanti très tôt des grossesses sans complications. Le fait de m’étirer seule et de m’élargir toujours plus a eu pour conséquence que j’ai exigé et demandé toujours plus. Les boîtes et les bouteilles, c’était bien beau, mais j’étais presque obsédée par le fait de sucer des godemichés qui ressemblaient à de vraies bites.

Apprendre à “throater” et à s’améliorer n’était pas seulement amusant, j’avais aussi l’ambition de ne décevoir aucun homme. Même si, dans ce sens, je ne devais répondre à aucune attente, car aucun homme que je considérais comme un “défi” ne connaissait ce penchant pour l’égorgement de ma part. C’était donc plutôt une veine masochiste en moi qui m’imposait cette contrainte. Ce qui me manquait donc pour mon “bonheur”, c’était de beaux godemichés.

Et bien sûr, certains sites Internet en proposaient un très grand choix, dans des tailles très variées. Le problème était de savoir comment les commander sans que mes parents, chez qui j’habitais encore, ne le sachent… ! Pour la lingerie et les sous-vêtements, cela n’a jamais été un problème. Peu importe si quelque chose était frivole ou inadapté à la vie quotidienne, mes parents… surtout ma mère, ne s’inquiétaient jamais de savoir pourquoi je portais ce genre de choses. C’était probablement ce que l’on appelle les “phases” chez les adolescents et les “nouveaux adultes”.

Même les talons hauts n’éveillaient pas leurs soupçons… après tout, tout était pour moi et j’étais raisonnable, même si j’étais souvent absente jusqu’au petit matin. Je savais qu’il y avait un sex-shop un peu plus loin. De l’extérieur, il était tout petit et à peine reconnaissable quand on passait devant. Pourtant, je l’avais remarqué bien avant, car lorsque je me rendais avec mon père au cabinet d’avocats situé un peu plus loin dans le village, nous passions devant.

Dans ma tête, je m’étais déjà fait la réflexion. Aller là-bas, entrer et peut-être faire un clin d’œil à la gentille vendeuse. Puis choisir l’une ou l’autre chose, payer tout aussi rapidement et repartir. Voilà ma théorie. Le fait est que. Les choses allaient être très différentes et plus difficiles. J’ai décidé de m’y rendre un vendredi. La seule alternative pour moi était le tramway. Je me suis donc habillée comme souvent… jupe et cardigan et je suis partie de bon cœur.

Le trajet jusqu’au tramway me convenait, je l’avais déjà fait des milliers de fois, le simple fait de devoir prendre la direction opposée à celle que je prenais d’habitude m’a donné des idées fantastiques dans la tête. Que se passerait-il si quelqu’un me reconnaissait et me demandait où je voulais aller ?! Bien sûr : chez papa, au cabinet. Tout le monde me regardait. Je savais bien que tout le monde me regardait. Moi, en revanche, je ne regardais personne à l’arrêt de bus.

Au contraire, je me regardais d’un œil critique… tout était bien en place ? Oui, c’est bien, et une fois de plus, je passai directement devant les autres passagers qui attendaient. Ils ne m’intéressaient pas du tout, même si l’un d’eux faisait semblant d’envoyer des SMS, je savais qu’il m’observait. Ou pas ? Mon Dieu, j’étais nerveuse. Le train est arrivé, je suis montée et me suis assise le plus loin possible au fond. Non, pas parce que je pouvais ainsi voir tout le monde dans le train… je l’ai fait avec sagesse, de sorte qu’au terminus, j’étais tout au fond et tous les autres devant moi.

Ainsi, personne ne pouvait voir la direction que je prenais. Le trajet a duré longtemps, plus longtemps que d’habitude. Même si le train semblait aller plus vite que d’habitude. Tout passait devant la fenêtre. Des maisons, des arbres… d’autres personnes. Mais inévitablement, nous sommes arrivés à destination. Je devais sortir. Mon avantage, c’est que j’étais seul entre-temps. Le type qui n’a cessé de me fixer pendant le trajet et qui faisait semblant de regarder par la fenêtre n’était plus là du tout.

J’aurais peut-être préféré avoir une petite conversation agréable et l’imaginer en train de me baiser le cou, plutôt que d’emprunter ce chemin. J’étais seule à la station. Inhabituel… bruyant et pourtant seul. Je me suis dirigée vers le feu et j’ai attendu les interminables secondes jusqu’à ce que le vert arrive. Je me suis mis en route. Il me semblait que je donnais des coups de pied en l’air. Je ne voulais pas aller vite, je regardais mes chaussures et j’espérais ne pas trébucher avec mes talons hauts sur ce tapis rapiécé que les autres appellent trottoir.

Je regardais régulièrement devant moi, mais je ne voyais pas cette petite boutique, tout en devinant exactement où elle se trouvait. Un magasin de meubles, des fleurs devant un magasin, puis un restaurant… Je me suis dirigée résolument vers ce sex-shop. Sa porte était un peu en retrait, de sorte qu’on ne la voyait pas tout de suite. Je craignais qu’au moment où je voulais entrer… quelqu’un ne sorte. Alors quoi ?! La boutique avait une vitrine, mais elle était recouverte d’un film jaune et orange.

Il y était question de cabines vidéo… je ne sais plus quoi, même si j’ai déjà lu ça des dizaines de fois. Aucun souvenir,… Un malaise. Qu’est-ce qui m’attend ?! Mes pas se sont faits plus déterminés. Le trottoir… maintenant en parfait état, comme je l’ai remarqué… émettait le bruit de mes talons. Les autres l’entendent-ils ? Oui, bien sûr qu’ils entendent, regarde, ils te regardent déjà. Mais il n’y avait personne. Moi, j’étais là. Je pouvais le voir et j’essayais de cacher le fait que je me focalisais sur lui. Je me suis concentrée sur mes pas, toujours déterminée… je suis passée rapidement.

Oh là là, espèce d’idiote, pensais-je en m’énervant contre mes jambes. Pourquoi ne se sont-elles pas arrêtées et n’ont-elles pas monté les quatre ou cinq marches ? Dans ma tête, j’avais tout bien imaginé, et maintenant ça. Mais comme une main étrangère, elle m’a saisie et je me suis retournée pour ne faire que les quelques pas en arrière. Je montai les marches aussi vite que possible et aussi élégamment que nécessaire pour m’appuyer contre une porte aussi difficile à ouvrir que celle d’un char d’assaut.

Je suis presque tombée dans le magasin avec la porte et je me suis accrochée à la poignée allongée jusqu’à ce que j’aie une vue d’ensemble de la situation. Je ne sais pas si je devais m’évanouir ou sortir à reculons, mais je n’oublierai jamais l’odeur que j’ai sentie. J’ai tourné sur moi-même et j’ai fermé la porte. A l’intérieur, derrière la porte, il y avait un poster de femme en lingerie.

Je l’ai regardée pendant une seconde, qui m’a semblé durer une éternité. Lentement, je me suis même séparée de la poignée de la porte et je me suis retournée à ma guise, comme au ralenti, vers le magasin. Je ne voyais rien, je ne voyais que des seins, des bites et cela sur des tas de DVD répartis sur des étagères le long des murs. “Bonjour ma chérie”, croassa-t-on dans un coin du magasin que je n’arrivais pas à distinguer. Qu’est-ce que c’était, qui était-ce ? Comme si je n’étais jamais partie d’ici, ça a jailli de moi : “Salut, …bonjour” J’ai vu une caisse, le seul endroit du magasin qui était vraiment facile d’accès, mais je n’ai toujours pas vu de personne.

J’ai fait deux… peut-être trois pas de plus, puis j’ai vu quelqu’un assis derrière la caisse. J’ai d’abord remarqué un grand sourire, puis des boucles si mal coupées que seul le fait qu’elles soient brillantes comme de l’huile était pire. “Salut, comment ça va ?” dit la voix et je dois avouer que je me suis demandé pendant une éternité,… mais probablement seulement deux secondes… si j’avais un homme ou une femme en face de moi.

Bien sûr, c’était un homme. Petit et … oui, pas du tout ordinaire. Une personne tout à fait inhabituelle et différente. Plutôt comme s’il était directeur d’un cirque. Des dents qui brillaient comme du lait frais et une voix qui vous obligeait à vous ressaisir pour ne pas rire. “Je vais jeter un coup d’œil”, me suis-je raclé la gorge. Et j’ai évité le contact visuel. Même si je ne regardais pas, je sentais son grand sourire et ses boucles huileuses… “Naa klaaaaar ma douce”, qu’est-ce que tu cherches?!Question directe ?! Tu peux l’avoir !!! Ma réponse est sortie en sifflant : – haussement d’épaules de ma part – “Je ne sais pas encore”.

Oh là là… embarras pour la future avocate. “Tu veux plutôt quelque chose à regarder ou quelque chose à jouer ?”, a lancé la voix. Je l’ai regardé, j’ai vu ce grand sourire qui aurait voulu me faire croire à toutes les dépravations et perversions. Je n’ai rien dit, j’ai regardé autour de moi sans bouger. Je regardais les DVD. Des femmes avec des bites dans la bouche à s’en étrangler. Certaines se faisaient pisser dans la bouche ouverte. D’autres avaient une queue coincée dans le cul… son visage était déformé.

Celui d’elle essayait de sourire mais on voyait bien qu’elle n’aimait pas ça. D’autres avaient des traces de fouet sur le cul… “T’as déjà eu une bite… ma belle” ?! Qu’est-ce qu’il a demandé ?! Je bouillais… à quoi il pense, je suis une cliente !!! Cela ne me serait jamais arrivé chez H&M… “Oui”, c’est ce qui est sorti de moi, brièvement. “J’aime aussi les bites…”, a lâché le “vendeur”. “Salut, je m’appelle Nina”, lui ai-je lancé en lui tendant la main.

“Paolo”, ai-je demandé ? “Nan, Paul, ma chérie” me dit-il. Je crois que j’ai souri. “Je suis content, tu es jolie, tu n’as pas de petit ami”, me dit-il. “Non, rien de sérieux”, lui ai-je menti… mon dernier petit ami avait sûrement déjà oublié la suivante et moi. “Eh bien, regarde autour de toi. Nina” – “Oui, je le fais” “Il y a des jouets au coin de la rue” a-t-il présenté d’une voix forte… et mes prochains pas m’ont tout naturellement menée à cet endroit.

Je me sentais observée et interrogée. Le silence qui régnait dans ce petit magasin à l’odeur étrange me dérangeait et dégageait en même temps une satisfaction familière et presque étourdissante. J’ai passé devant une multitude de préservatifs, de petites boules bizarres maintenues par un fil et j’ai longuement étudié… sans doute pas une seconde avec mes yeux les différents vibromasseurs. Si petit, me suis-je dit… mais qu’est-ce que je faisais là ? Je suis jeune, je peux avoir n’importe qui et même si je ne le voulais pas, pourquoi un concombre du supermarché ne me suffisait-il pas ? C’était vraiment ce que je voulais ? Apparemment, oui, car du coin de l’œil, je voyais maintenant les gros godemichés.

Certains dans des formes qui me faisaient peur et d’autres qui échappaient totalement à ma compréhension de leur utilisation. Et puis enfin, des bites en caoutchouc qui ressemblaient à de vraies bites d’hommes. Mes yeux les scrutaient et les regardaient plus vite que les yeux d’un chat qui joue. Celui-ci me plaisait et celui-là aussi… il était génial. Je ne connaissais pas vraiment ce genre de choses, même si j’en avais déjà une “réaliste” dans la main et dans la bouche… “Ça te plaît ?! “, m’a-t-on dit dans le dos.

Et je me suis à nouveau demandé ce qu’il voulait vraiment… ne devrais-je pas simplement partir sans un mot ? “Oui”, lui répondis-je. “Ils sont géniaux”, me dit-il. “Tu veux l’essayer ?” rit-il. “Ici ?” rétorquai-je. Mais… qu’est-ce que je viens de dire ? Est-ce que je viens d’essayer de lui faire comprendre que je vais me la mettre devant lui ?!? “Non, je plaisante ma chérie !” et d’une main rapide et surtout experte, il sortit cette chose de son emballage et me la claqua dans la main… si bien que je faillis la laisser tomber.

Cette queue en caoutchouc était lourde dans ma main relativement petite et je sentais la chaleur et le désir monter en moi, ma chatte commençait à tressaillir et à picoter. “Ok, pas mal”, ai-je babillé en faisant semblant d’avoir la moindre idée. “C’est pas mal”, ai-je déclaré, sans trop me forcer, car après tout, j’en avais déjà plus dans le cul et il irait certainement aussi bien.

Ce qui m’excitait bien plus, c’était le fait que je pouvais aussi sucer cette très belle grosse queue en caoutchouc et, avec de l’huile et beaucoup de salive, me l’enfoncer moi-même dans la gorge… pour m’entraîner, au cas où de plus gros viendraient et voudraient aussi le faire. “Oui, c’est gaaail, je la prendrais bien aussi”. Bien sûr, les remarques de l’homme,… qui était d’ailleurs nettement plus petit que moi… m’avaient déjà fait comprendre qu’il était gay.

Jusqu’alors, je n’avais jamais eu de contact aussi direct avec des gays, et encore moins à un niveau où il était question de sexe. En fait, je ne voulais pas le savoir et encore moins le lui dire, mais la question m’a tout de même échappé : “C’est comme ça que tu te mets dans le derrière ?” Ai-je vraiment dit popo ? Ai-je été complètement stupide de poser une telle question à une personne que je ne connais pas du tout ou avons-nous déjà une relation si intime ? “Klaa mignonne” Quoi d’autre… et j’ai eu droit à une tape sur le cul gratuite.

“Il serait trop petit pour ça” j’ai babillé avec assurance et sa main s’est dirigée vers un godemiché encore plus gros en forme de bras avec un poing fermé… “Alors, tu as besoin de ça ? Et avec un léger sous-entendu frivole, il souligna cette question. J’ai littéralement crié “OUAAAAAAAA”, mais en réalité je n’ai pas dit un mot. Je me suis contentée de regarder et de m’émerveiller devant les détails de la main. Je ne pouvais pas le sentir, mais je devinais à quel point mon slip était mouillé.

Un tremblement a parcouru mes genoux et j’ai rapproché mes cuisses et mes talons. Je les ai pressées l’une contre l’autre et j’ai senti le filet de mes collants… j’aurais voulu me toucher l’entrejambe. “Est-ce que ta petite chatte gémit ?” m’a-t-on dit doucement… j’étais de retour au sex-shop après une courte pause… mes pensées ne tournaient qu’autour du poing en caoutchouc et de cette queue monstrueuse avec un sac en caoutchouc Adrigène. “Bien sûr”, ai-je craché sèchement … “. … même à l’arrière !” d’un ton déterminé.

Passer une main dans mon slip et enduire ma rosette d’excitation pour y plonger lentement ma main ?! Non, il ne s’y attendait sans doute pas et ne l’a peut-être pas toléré… mais j’aurais bien aimé le lui montrer.

La porte du magasin s’est ouverte… un “BON JOUR” a martelé comme de l’acier le silence et mes pensées qui étaient justement dans ma chambre et je m’occupais d’un poing en caoutchouc dans mon cul. Ce petit charme de la situation, ce si hautement intime s’était immédiatement évaporé comme l’ombre d’un oiseau dans la nuit. Un homme se tenait dans le magasin, sans faire attention à moi ou au vendeur. Ses yeux se sont enfoncés dans les DVD et il a étudié les possibilités d’insémination de masse avec un regard captivé.

Paul, le vendeur, se dirigea lentement vers sa caisse. J’ai fermé les yeux un moment et j’ai essayé de me changer les idées… j’avais besoin de me ressaisir et de penser clairement. Mais les deux étaient très difficiles à ce moment-là. J’avais un peu peur de cet homme qui était entré dans le magasin, et tout comme l’idée qu’il puisse sortir sa queue et me proposer de la sucer m’effrayait, il me fascinait aussi.

Ces sentiments allaient et venaient en moi… comme dans une partie de ping-pong. Je me mordais les lèvres. Au fond, je savais que mon excitation ne se voyait pas, mais je savais aussi que mes yeux disaient tout. J’ai attrapé le poing en caoutchouc. 80 euros, et tout pour le cul. Mais il ne fallait pas que ce soit la dernière. Cette pensée me fit sourire et un léger ricanement me traversa l’esprit.

L’homme au DVD s’est retourné, a regardé le godemiché et la moitié du bras dans mes mains… Il m’a examinée, ou plutôt il a examiné mon bassin… puis il s’est tourné vers ses DVD. L’un d’entre eux devait déjà être sélectionné. Des femmes minces sans gros seins se font pisser dessus... je n’aimais pas l’idée d’avoir moi-même de petits seins. A petits pas, je me suis dirigée vers la caisse de Paul. Je sentais encore le dessin de mes collants sur mes cuisses.

Et je sentais encore plus la chaleur brûlante entre mes jambes. “Chérie, tu as besoin de lubrifiant ?” a-t-il fredonné doucement, mais cela sonnait comme du heavy metal à mes oreilles. J’ai hoché la tête et il m’a tendu un tube de gel sans rien dire. Je pouvais lire “à base d’eau” et je lui ai demandé de calculer tout cela en hochant la tête en signe d’approbation et en fermant les yeux. Il se doutait bien que j’étais embarrassé par cette situation et son sourire avait également laissé place à un visage sérieux et conscient des affaires.

Je voulais juste sortir de là ! Et j’aurais même voulu disparaître dans le sol. J’ai sorti en tremblant quelques billets de la poche latérale de mon petit sac à dos. Et puis j’ai été traversé comme par un coup de tonnerre, non seulement l’autre homme avec le DVD se tenait derrière moi et j’entendais son souffle comme les vieilles locomotives à vapeur en bas du Main, mais je ne savais pas où mettre le godemiché et le morceau de bras qui ressemblait à une partie d’un cadavre.

Avec force et véhémence, j’ai tout enfoncé dans mon sac à dos qui s’est gonflé lorsque j’ai forcé le poing en caoutchouc à l’intérieur comme s’il s’agissait d’un petit trou virginal. Devrais-je simplement l’enfoncer dans ma chatte humide et collante… ici et maintenant ?! Pourrais-je marcher jusqu’au tramway avec ? Non, Dieu merci, le sac à dos était fermé et, comme une cape d’invisibilité, tout se couvrait de possibilités et de discrets pressentiments. Personne ne pouvait voir ce qu’il y avait à l’intérieur et personne n’en avait la moindre idée.

“Merci, Nina” … dit Paul. Comment connaissait-il mon nom ? Ah oui, je lui ai dit. J’étais encore comme anesthésiée, dans un autre monde. La lumière tamisée du magasin rendait tout si irréel et surréaliste. “Merci”, dis-je… et je me tournai lentement vers la porte. “À bientôt, chérie” croassa encore la voix… “Oui” dis-je. Jamais, pensai-je. L’ouverture de la porte vers le monde normal allait maintenant s’avérer encore plus difficile.

La porte s’ouvrit légèrement et la lumière de l’extérieur m’éclaira si directement le visage que tout parut criard et bruyant. L’étrangeté familière de la boutique avait disparu. La porte s’est refermée derrière moi et j’ai descendu les marches aussi vite que je pouvais avec mes hauts talons. Le klaxon d’une voiture a percé le bruit de la rue avant même que je ne pose le pied sur le trottoir. C’était mon père ? Comment et pourquoi m’a-t-il vu ? Je n’ai pas regardé autour de moi… aucune voiture ne ralentissait à côté de moi.

Puis de nouveau le klaxon, et déjà il était plus loin. Lentement et avec embarras, j’ai regardé devant moi. Puis un peu sur le côté, mais aucune idée de me retourner pour voir la boutique derrière moi. Loin de moi encore l’idée d’apercevoir une personne qui m’aurait vu sortir. J’ai repris en hâte, mais avec élégance, la direction du tramway. J’ai respiré profondément, en essayant de ne pas trop soulever ma cage thoracique.

Bien sûr, je l’ai fait et un jeune homme qui venait à ma rencontre a fixé mes seins qui tremblaient. Je m’en fichais… j’avais fait un pas de plus dans ma passion. Et en plus, je ne m’inquiétais plus du tout que quelqu’un de connu puisse me voir. J’étais en sécurité. Personne ne savait ce que j’avais dans mon petit sac à dos D&G tout élimé. Personne ne pouvait se douter que j’étais vraiment excitée. Arrivée à l’arrêt de bus, je me suis demandée pendant un moment si le jeune homme qui venait à ma rencontre n’avait pas remarqué mes tétons en érection et ne me fixait pas ainsi… ! Peu importe… le train est arrivé.

Cette fois-ci, peu m’importait où je m’asseyais. J’étais maintenant cool et même fière de moi. Rien ne pouvait m’arrêter maintenant. J’ai même été invincible pendant un moment. Mais cela n’a pas duré longtemps, car mon sac à dos est tombé par terre alors que je croisais les jambes. Oh, non, me suis-je dit. J’ai eu la nausée en pensant que la fermeture éclair s’était ouverte et que les deux jouets anormaux en étaient sortis. Tout le monde dans le tramway très fréquenté le verrait.

Elle se fiste elle-même et peut-être qu’elle se met un gros godemiché dans le cul. Toutes les pensées se bousculaient en moi… même le désespoir… comment déclencher un arrêt cardiaque sur soi-même ? Une fraction de seconde plus tard, j’ai aussi soulevé le sac à dos. Tout était fermé, personne n’avait pu voir quoi que ce soit et rien ne s’était ouvert. Satisfaite et soulagée, j’ai pris le sac à dos dans mes bras et l’ai serré contre moi. Si fort que j’ai soulevé mes seins et qu’ils sont presque sortis de mon soutien-gorge que je portais sous mon cardigan.

Je l’ai regardée et j’ai souri, satisfaite. Arrivée à mon arrêt, j’espérais toujours autant ne pas rencontrer quelqu’un que je connaissais ou qui prétendait me connaître. En marchant, j’ai cru sentir un peu de jus de ma chatte couler le long de l’intérieur de mes cuisses. Est-ce que ça se voit ? Peu importe, car mes pensées ne tournaient qu’autour d’une seule chose… mes parents sont-ils déjà rentrés ?! Quand vont-ils arriver et aurai-je encore du temps pour moi ? Je marchais dans notre rue.

Un voisin m’a salué d’un signe de tête. Trop vieux, me suis-je dit, mais il a le droit de me fister aussi. “Waaaaaas”, je viens de penser ?! Les chevaux se sont emballés avec moi. Cet homme pourrait être mon père et il me connaît depuis que je suis toute petite. Il pense probablement même que je joue encore à la poupée ?! Oui, c’est ce que je fais… avec des morceaux de poupées. Dans ce cas, le bras. Ma chatte battait et me démangeait.

Enfin notre maison, juste par le portail… bon, pas de voiture des parents. J’ai la piaule pour moi. Une volupté anormale montait en moi. J’aurais voulu arracher mes vêtements en ouvrant la porte de notre maison. Enfin arrivé, j’étais tellement obsédé et excité à l’idée de toucher à nouveau cette queue en caoutchouc que j’ai presque cassé la fermeture éclair de mon sac à dos. L’emballage volait en lambeaux et je mordais le film plastique qui l’entourait avec mes dents… je devais déjà palper avec ma langue les veines et les couilles de cette bite artificielle.

Je tenais ce colosse dans ma main et je l’ai regardé brièvement avec dévotion et affection. Je lui ai craché dessus et j’ai sucé ma bave. Je l’ai à nouveau craché et l’ai mis un peu dans ma bouche pour absorber moi-même ma salive. Je respirais fort et ma bave tirait des fils sur le gland en caoutchouc de la queue. Je continuais à cracher dessus, à la lécher et à l’engloutir dans ma bouche avec avidité.

Toujours debout derrière notre porte d’entrée, j’ai commencé à m’enfoncer ce géant de caoutchouc dans la gorge. Ma bouche s’est transformée en bouche et j’ai enfoncé la queue de plus en plus profondément dans ma gorge. J’avais envie de m’étouffer mais je ne pouvais pas, au lieu de cela, le godemiché glissait à chaque fois plus profondément dans ma gorge jusqu’à ce que je gémisse d’excitation et que je halete. D’une main, j’ai tâté ma jupe et l’ai relevée.

Mes doigts ont attrapé les mailles de mon slip et les ont tirées pour les déchirer. Je sentis alors la chaleur et l’humidité de mes lèvres palpitantes et les tapotai du plat de la main. Cela m’a fait vibrer et j’ai sorti sans hésitation le gode de ma bouche pour le frotter contre ma chatte mouillée, puis l’enfoncer dans ma chatte humide et collante juste après avoir écarté mon slip d’une main.

Le godemiché, qui ressemblait à une vraie queue, a glissé dans ma chatte comme un petit doigt. Je l’ai enfoncé profondément dans mon trou brûlant et je l’ai déplacé rapidement d’avant en arrière… le frottement a diminué et j’en ai eu envie d’un autre, un peu plus gros. Collante et couverte de la bave de ma chatte béante et exigeante, j’ai de nouveau englouti le gode dans ma bouche. Lentement, je l’ai enfoncé plus profondément dans ma gorge et j’ai remarqué que les œufs en caoutchouc solides s’attachaient à ma lèvre inférieure.

J’ai appuyé à nouveau et j’ai remarqué que ça ne descendait pas plus bas. J’ai ouvert la bouche pour respirer, mais ma soif de queue était si grande que j’ai même essayé d’enfoncer les œufs en caoutchouc dans ma bouche. Malheureusement, je n’y suis pas parvenu et ma déception m’a fait enfoncer la queue profondément et durement dans ma bouche en faisant des mouvements rapides. De ma main libre, je me suis retourné pour trouver la poche dans laquelle se trouvait encore le poing en caoutchouc.

Au fond, je savais qu’il irait à l’intérieur, mais je devenais presque fou à l’idée de sentir ce géant profondément dans ma chatte… Je l’ai enfin eu en main et, dans un élan d’excitation et de désir, j’ai frappé le bras de la baise sur le sol, en espérant que le film s’enlève. Je mordis le godemiché dans ma gorge. De manière à ce qu’il ne glisse pas et que je puisse ainsi arracher rapidement le film plastique. La salive et le bruit de ma chatte rendaient cela difficile et me faisaient presque perdre la raison.

Finalement, le film a été retiré et j’ai senti le caoutchouc. Je frottai ma main contre ma bouche et l’embrassai de telle sorte que ma salive y resta collée. Le godemiché dans ma gorge m’a fait monter les larmes aux yeux et j’avais du mal à respirer. Je me suis néanmoins accroupie et j’ai frotté ma chatte aussi fort et sauvagement que je le pouvais. Ma main glissait d’avant en arrière et dégoulinait rapidement de fluides corporels. Je frottais tout cela de ma main sur la main en caoutchouc.

Je suis remontée de ma position accroupie et j’ai placé mon poing en caoutchouc sous moi. Il ne s’arrêta pas et je dus le positionner d’une main sur ma chatte béante… puis je m’accroupis lentement plus bas. Juste assez pour que le poing pousse un peu mes lèvres de chatte vers l’intérieur et commence à les écarter. Je suis descendue plus bas et, sous mon propre poids, le poing en caoutchouc s’est enfoncé de plus en plus dans ma chatte pleine d’attente. J’ai lutté pour respirer, car dans la position où j’étais assise, mon soutien-gorge et mon haut comprimaient mes seins si fort qu’ils me coupaient presque la respiration.

J’ai gémi bruyamment et la queue en caoutchouc est sortie de ma gorge et est tombée par terre… juste assez pour me faire éructer et faire couler de la bave et des crachats au coin de ma bouche. Le poing en caoutchouc s’est pressé contre mes grosses lèvres gonflées. Lentement et sans relâche, je m’accroupissais de plus en plus jusqu’à ce que cela ne soit plus possible. Sans s’en rendre compte, le poing entier avait déjà glissé sur mon entrée, au fond de ma chatte, et me remplissait.

J’ai commencé à le chevaucher et à le pousser plus profondément en moi. Je devenais folle, car chaque fois que je me levais un peu de ma position accroupie, le poing glissait de ma chatte glissante. La salive coulait au coin de mes lèvres, je goûtais mon rouge à lèvres et sentais mon mascara couler. De ma position accroupie, je me suis laissée tomber sur le côté et j’ai levé une jambe pour la rabattre derrière ma tête. Mon soutien-gorge me coupait toujours l’air et je tirais dessus comme une folle.

La seule chose qui s’est produite, c’est que mes seins ont été définitivement poussés vers l’extérieur et que j’en ai saisi un durement pour le presser moi-même. Le godemiché se trouvait dans une petite flaque de crachat et de bave de ma chatte. Je l’ai attrapé et l’ai pressé contre ma rosette. En fait, je ne pensais pas que cela irait si vite, mais avec une grande respiration et une légère pression, il a plongé dans mon gros cul rond et s’est enfoncé jusqu’à la butée.

Je me suis dit que c’était merveilleux et j’ai voulu replacer le poing en caoutchouc dans mon trou. Ma chatte cherchait littéralement de l’air et s’ouvrait de manière exigeante lorsque je replaçais la moitié de mon avant-bras dans cette position et que je le pressais. Je sentis le godemiché s’enfoncer dans mon cul et être pressé contre le mur lorsque le poing s’enfonça à nouveau profondément entre mes cuisses par de brèves poussées saccadées. Le godemiché a été tellement poussé que je n’ai pas pu le tenir et il a glissé hors de mon cul dans un arc et un “plop”, pour se retrouver dans une flaque de bave et de jus de chatte.

J’ai tâté ma rosette et je l’ai sentie s’ouvrir davantage et commencer à cracher ma propre bave. Sans hésiter, j’ai pris le poing en caoutchouc fermement dans une main et l’ai retiré de ma chatte si rapidement qu’elle faisait le bruit d’une grotte profonde qui pouvait en contenir beaucoup plus. Collant et humide comme le poing, je l’ai pressé dans un sens et dans l’autre le long de mes fesses fermes jusqu’à ce que je sente qu’il était maintenant contre mon cul.

J’ai appuyé dessus en fermant les yeux… et à peine un instant plus tard, j’ai senti le poing entier glisser sur la résistance de ma rosette et s’enfoncer profondément dans mon intestin. Sans rien faire, ma grotte anale a aspiré la moitié du poing en caoutchouc et j’ai repris mon souffle. Je me suis retournée sur le dos et j’ai passé ma deuxième jambe derrière ma tête pour essayer de jeter un coup d’œil. Au lieu d’être expulsé, le poing s’est enfoncé de plus en plus profondément dans mon intestin et j’ai commencé à frapper le bout de mon bras pour aller plus loin.

Les trois quarts du poing en caoutchouc étaient maintenant profondément enfoncés dans mon cul et ma rosette battait et se tendait comme si c’était le paradis. Je devais lever les yeux au ciel tant j’étais excitée et tendue. Ma salive coulait le long de mes joues, le long de mon cou, et ma chatte palpitante me crachait son excitation presque directement sur le visage. Un flot interminable s’est déversé de ma chatte et a plu sur moi. Je respirais lentement. Je n’avais jamais rien vu de tel… Je me léchais les lèvres.

Je respirais un peu mieux, mais cela changea quand ce poing géant en caoutchouc se mit à étirer ma rosette de l’intérieur et sortit. L’entrée de mon anus s’est lentement ouverte et le poing a glissé lentement puis de plus en plus rapidement hors de mon cul. Avec un “clac”, je l’ai entendu tomber sur le carrelage derrière notre porte et mes deux mains ont frotté ma chatte qui était encore gonflée. Je me caressais les fesses et sentais mes collants déchirés.

Mon slip était déchiré et pendait entre mes cuisses… Lentement, j’ai glissé mes mains jusqu’à ma rosette. Celle-ci était ouverte et respirait encore l’excitation. J’y ai mis mes deux mains et je les ai écartées. C’était tellement merveilleux. Un mélange d’excitation, de satisfaction et d’un peu de douleur. J’avais l’impression qu’il allait encore se passer beaucoup de choses. FINDMerci à vous, chers lecteurs, pour votre attention patiente ! Bien sûr, je tiens à préciser que je suis souvent allée dans ce sex-shop qui est mentionné dans mon histoire (histoire vécue, comme je veux le dire).

Parfois, il s’agissait d’une visite qui n’a pas besoin d’être mentionnée, et d’autres fois, il y a eu de très belles expériences que je partagerai avec vous dans une autre histoire (à venir). Merci de m’avoir lu, votre Nina.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

2 Commentaires

Cliquez ici pour poster un commentaire

Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
eu_cookies_bar
eu_cookies_bar_block
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings