Vous êtes ici : Accueil > Faire son Coming Out et parler de sa transidentité
Gay Sexo

Faire son Coming Out et parler de sa transidentité

Faire son Coming Out et parler de sa transidentité

“Je veux vous faire savoir que je suis trans. Mes pronoms sont lui/il et mon prénom est Elliot.”

Dans un message posté mardi 1er décembre sur ses réseaux sociaux, l’acteur Elliot Page, célèbre pour ses rôles dans les films Juno et Inception, a fait son coming-out trans. Une nouvelle qui a suscité de nombreuses réactions, certaines pleines de maladresses, voire ouvertement transphobes.

Avant lui, nombre de personnalités ont fait leur coming-out trans. C’est le cas de l’animatrice de télé américaine Caitlyn Jenner, de l’ancienne militaire lanceuse d’alerte Chelsea Manning, ou de l’humoriste français Océan. Au-delà de ces coming-outs publics, la transidentité est de plus en plus abordée dans l’espace médiatique comme récemment à travers le portrait de Lilie, petite fille trans de 8 ans qui a fait le tour des journaux, ou le documentaire Disclosure sur Netflix.

Pour parler du sujet de la transidentité avec respect et sans maladresses, de nombreuses ressources pédagogiques existent en ligne. RTL.fr vous fait part de ses recommandations.

Des ressources en ligne

Le WikiTrans. Décrit comme “un portail d’information”, ce site internet s’adresse aux personnes trans (ou en questionnement), à leurs proches et à leurs alliés. Réalisé par des personnes concernées, il regroupe toutes les questions que l’on peut se poser sur la transidentité. On y trouve aussi toute une galerie de célébrités trans – dont Elliot Page fait partie depuis mardi !

Represantrans. Fondée par Gabriel Harivelle et Charlie Fabre, deux personnes trans, cette organisation vise à changer les représentations de la transidentité dans les médias et la culture en France. Son site propose notamment des contenus pédagogiques à destination des artistes qui souhaitent aborder le sujet dans leurs productions cinématographiques.

Le guide de l’AJL. Les médias ne sont pas épargnés par les maladresses et la transphobie. Pour pallier ce problème, l’association des journalistes LGBT (AJL) a concocté un guide spécifiquement dédié aux journalistes qui souhaitent traiter de la transidentité : “Respecter les personnes trans”.

Bafe.fr. En 2017 déjà, RTL.fr vous parlait de cette base de données féministe. Trois ans après, son adresse est toujours à enregistrer dans votre historique ! Vous y trouverez nombre de contenus sur la transidentité rassemblés sous les tags “transgenre” et “transidentité”.

Quelques règles de vocabulaire

Transgenre ou transsexuel ? De nombreux membres de la communauté trans préfèrent l’utilisation du terme “transgenre” à celui de “transsexuel”, qui ramène à une vision pathologique de cette identité. On peut aussi parler simplement de “personne trans”. À noter que “transgenre” ne s’utilise pas comme un nom, mais comme un adjectif : on ne dit pas “une (ou un) trans” mais “une personne trans” (ou “une femme/un homme trans”).

Utiliser le bon prénom et le bon pronom personnel. Quand un individu décide d’officialiser sa transition, il change souvent de prénom. Il faut donc respecter son choix et utiliser son nouveau prénom, comme l’explique le comédien Océan. En 2019, l’humoriste a fait son coming out trans dans une vidéo, publiée sur le site Komitid, à l’occasion de la Journée internationale contre les LGBTphobies, le 17 mai 2018.

“Je vous demande à partir de maintenant de m’appeler Océan et de me genrer au masculin”, explique-t-il dans la vidéo. Il convient aussi d’utiliser le pronom personnel qui se rapporte au genre de la personne, même pour parler d’événements du passé.

Ne pas dire : “Il/elle a changé de sexe (ou de genre)”. Les individus qui font une transition ne changent pas de sexe ni de genre, mais mettent leur apparence en adéquation avec ce qu’ils sont et ce qu’ils ressentent. Il vaut donc mieux parler de “transition de genre”. De la même façon, il vaut mieux dire : “il/elle a été désignée comme homme/femme à la naissance”, plutôt que : “il/elle est né-e homme/femme”.

Ne pas spéculer sur les procédures médicales. La GLAAD, une association américaine qui œuvre à dénoncer les discriminations faites à l’encontre des personnes LGBTQ+, a publié quelques conseils sur la bonne façon de parler des personnes transgenres, suite à l’annonce de la transition de Caitlyn Jenner en 2015. L’organisme conseille d’éviter de spéculer sur les procédures médicales effectuées, ou non, par une personne trans. C’est de l’ordre de la vie privée. La GLAAD ajoute qu’un individu n’a pas forcément besoin de passer par la case chirurgie pour être considéré comme trans.

Ne pas confondre identité et orientation sexuelle. Ce sont deux choses différentes et elles ne sont pas nécessairement liées. L’identité correspond à qui on est et comment on se sent. L’orientation sexuelle concerne les personnes par qui on est attiré.

On respecte le choix de chacun et on ne fait pas d’outing. Contrairement au coming-out, l’outing est le fait de dévoiler l’identité ou l’orientation sexuelle d’une personne sans son consentement. Si un individu ne souhaite pas que l’on dévoile sa transition de genre ou son prénom de naissance, alors on ne le fait pas. Auquel cas, il s’agit d’une atteinte à la vie privée.

Source : RTL

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Rencontres

Webcam Skype

telrosegol

Catégories

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Bloqueur de publicités

Notre site web est rendu possible par l'affichage de publicités en ligne pour nos visiteurs. Veuillez envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité.

Bons plans coquins

Visio Skype

skype tel rose amateur

Histoires lues en ce moment

Bons plans

Médias de la Communauté

Sexe à distance

téléphone rose pas cher

Remontons le temps